Aide à la recherche / Lieux de Spectacles et Sorties

LIEUX DE SPECTACLES ET DE SORTIES

Lieux de spectacles et sorties

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les lieux de spectacle et de sorties sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : LIEUX DE SPECTACLES ET SORTIES

L'OPERA-COMIQUE / COMICAL-OPERA
L'Opéra-comique

L’opéra-comique fut construit entre 1781
et 1783 pour la Comédie Italienne par l’architecte Jean-François Heurtier (1739-1822) à la veille de la Révolution. Il fut détruit une première fois par un incendie en 1838, fut à nouveau la proie des flammes en 1887. Une troupe de théâtre composée de comédiens italiens y jouait des pièces italiennes.
 
 
Lors de sa première construction, le théâtre présentait en façade un péristyle ionique à six colonnes de rang et deux en retour engagées dans le mur. Cette architecture sévère voisine de celle de l’Odéon offrait pour seul décor les joints d’appareil du mur de fond. C’est un tout autre parti qui fut choisi par l’architecte Louis Bernier lors de la reconstruction de 1894-1898. Faisant une large place à la statuaire et au décor sculpté, la façade présente de part et d’autre de l’avant-corps central, dans les niches latérales du premier étage, deux statues montrant, l’une, la Musique par Denys Puech (1854-1942) et l’autre, la Poésie par Ernest Guilbert (1848-1913). Au niveau supérieur, un ensemble de cariatides inspirées des figures du Pavillon de l’Horloge au Louvre et remises à l’honneur sous le Second Empire, en particulier à l’attique des pavillons de la cour de la Pyramide du Louvre, supportent le lourd bandeau de la corniche en saillie du théâtre. Leur rythme dansant fait écho à celui des jeunes adolescents en bronze doré fondus par Christofle que l’architecte a perchés sur les fenêtres de l’avant-corps. Sculptées par André Allar (1845-1926), Henri Lombard (1855-1929), Gustave Michel (1851-1924) et Emile Peynot (1850-1932), ces cariatides ont cette gaîté et cette insouciance qui se sont progressivement imposées, au fil du siècle, dans la représentation des figures de cariatides pour répondre aux évolutions mêmes du répertoire théâtral sur le Boulevard. Pour éviter la confusion avec ce qui s’appellera plus tard le théâtre de Boulevard, jugé trop populaire, on construisit la salle dos aux Boulevards, ce qui explique son orientation un peu curieuse aujourd’hui. A quelques mètres du boulevard de Italiens – auquel il a donné son nom – mais orienté dans le sens inverse du boulevard. Rossini, qui dirigea le théâtre de 1824 à 1826, a donné son nom à une rue toute proche. La place Boieldieu – compositeur français du premier quart du XIXème siècle – et les rues Marivaux – célèbre auteur dramatique – Grétry – compositeur belge – et Favart – famille des dramaturges français – qui entourent l’Opéra-Comique ont également un lien avec celui-ci.
 
The comic opera was built between 1781 and 1783 for the Comédie Italienne by architect Jean-François Heurtier (1739-1822) on the eve of the Revolution. It was destroyed once by fire in 1838, was again destroyed by fire in 1887. A group of Italian actors were playing Italian pieces. When it was first built, the theater had a front portico with six Ionic columns and two row back involved in the wall. This severe architecure close to the one of the Odeon has one only decor, the device of back wall joints. This is a different party which was chosen by architect Louis Bernier during the reconstruction of 1894-1898. Making an emphasis on sculpture and carved decoration, the facade has on either side of the central front body, in the side niches of the first floor, two statues showing, one, Music by Denys Puech (1854-1942) and the other, Poetry by Ernest Guilbert (1848-1913). At the top level, a set of figures of caryatids inspired by Pavillon de l'Horloge at the Louvre and given to honor by the Second Empire, especially in the attic of pavilions of the courtyard of Pyramid in the Louvre, bear the heavy headband projecting cornice of the theater. Their dancing rhythm echoes to young teens in gilt bronze melted by Christofle, the architect perched on the windows of the front of the building. Sculpted by Allar André (1845-1926), Henri Lombard (1855-1929), Gustave Michel (1851-1924) and Emile Peynot (1850-1932), the caryatids have this joy and this recklessness that gradually imposed over of the century, in the representation of figures of caryatids to meet the same changes in the theatrical repertoire on the Boulevard. To avoid confusion with what was later called the Boulevard Theatre, considered too popular, the theater was built back facing to Boulevards, which explains its orientation a bit strange today. A few meters from the boulevard of the Italians - which it gave its name - but oriented in the opposite direction of the boulevard. Rossini, who directed the theater from 1824 to 1826, gave his name to a nearby street. Place Boieldieu - French composer of the first quarter of the nineteenth century - and the streets Marivaux - famous playwright - Grétry - Belgian composer - and Favart - French playwrights family - around the Opéra-Comique also have a link with it.

Adresse 
1, place Boieldieu
75002 PARIS

GPS
Latitude : 48.870739
Longitude : 2.337720

Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Richelieu-Drouot (lignes 8 et 9)
Bus : 39/48/67/74/85 arrêt Richelieu-Drouot

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 2ème et découvrir les environs

Liens 
Vous pouvez être intéressés par d'autres lieux situés dans : le 2ème arrondissement
Cet articles se rapporte également à la catégorie : Cariatides et atlantes
D'autres lieux pour : Spectacles et sorties, sont à consulter dans cette catégorie.
 
Ce lieu est évoqué dans les circuits :
Autour du carrefour Richelieu-Drouot et
Les Grands Boulevards

Liens externes sur ce sujet

http://www.opera-comique.com/ 

Source

Wikipedia / Paris Patrimoine
Photo R. Desenclos 2010