Aide à la recherche / Lieux de Culte

LIEUX DE CULTES

Lieux de Culte

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les lieux de culte sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : LIEUX DE CULTE

L'EGLISE SAINT-JOSEPH DES CARMES
 
 
L'Eglise Saint-Joseph des Carmes
 
 
À la suite du Concile de Trente, l’ordre du Carmel est réformé en 1593 et divisé en grands Carmes et Carmes déchaussés. Ces derniers, appelés à Paris en 1610, s’installent rue de Vaugirard.
 
 
L'Eglise Saint-Joseph des Carmes Leur église, achevée en 1630, est pourvue d’une coupole à la croisée du transept. Le cercle étant perçu comme la figure géométrique la plus parfaite depuis la Renaissance, la coupole apparaît comme un support privilégié de la présence divine. Le décor peint est confié vers 1644 à l’artiste liégeois Walthère Damery (1614-1678). Celui-ci a effectué quelques années auparavant un voyage en Italie où il s’est familiarisé avec les nouvelles tendances baroques. Le sujet représenté a très probablement été défini en étroite collaboration avec les Carmes, qui, dans l’esprit de la Contre-Réforme, s’appuyaient sur l’art pour proclamer les vérités et la gloire de la religion catholique face à l’hérésie. Sur la calotte est peint le prophète Elie, fondateur mythique de l’ordre des Carmes, enlevé au ciel sur un char de feu entouré d’anges ; à travers l’espace il laisse tomber son manteau sur son successeur Elisée. Derrière une balustrade peinte en trompe-l’œil à la base du tambour, des disciples contemplent le prodige. Encadrées par des pilastres cannelés, quatre statues peintes en grisaille figurent des saints de l’ordre des Carmes. Le décor de Damery est l’un des rares exemples conservés à Paris d’un vaste ensemble illusionniste à la mode romaine et sans doute l’un des plus précoces. Il constitue un compromis entre deux tendances majeures qui s’affrontent en Italie dans les années 1630 : celle des grandes compositions tourbillonnantes à nombreux personnages de Pierre de Cortone issues de la peinture émilienne du 16e siècle et celle de la recherche de simplification et de concentration du thèmeL'Eglise Saint-Joseph des Carmes sur quelques figures bien individualisées soutenue par Sacchi. Le motif du char tiré par des chevaux vus da sotto in su (en contre plongée) est quant à lui inspiré par le décor de L’Aurore peint par Guerchin à Rome au casino Ludovisi. La composition est clairement divisée en deux registres : la sphère céleste (calotte) et le monde terrestre (tambour), reliés entre eux par le débordement des nuées et le manteau du prophète en suspension dans les airs. Le registre inférieur, ponctué par la verticalité des pilastres feints, s’oppose à la scène tournoyante de la coupole moins bien maîtrisée par le peintre sans doute davantage contraint par le cadre. L’alternance des éléments d’architecture réels et en trompe-l’œil (baies et niches) fait quant à elle fusionner l’espace du décor peint avec celui du spectateur. Le choix de figurer l’instant précis qui précède la réception du manteau par Elisée est un procédé typiquement baroque qui ménage une certaine tension et permet de jouer sur les gestes et expressions des différents personnages entourant la scène.
 
Adresse
70, rue de Vaugirard
75006 PARIS
 
L'Eglise Saint-Joseph des Carmes GPS 
Latitude : 48.848170
Longitude : 2.330554
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Rennes (ligne 12)
Bus : 83 arrêt Fleurus, 89 arrêt Rennes-Raspail
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 6ème et découvrir les environs.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur 
le 6ème arrondissement.
D'autres articles portant sur Les Lieux de Culte
peuvent vous intéresser.
Retrouvez d’autres articles liés à cette église :
 
Liens externes sur ce sujet
http://www.sjdc.fr/
 
Sources
Paris Patrimoine
Photo Richard Desenclos 2009