Aide à la recherche / Lieux de Culte

LIEUX DE CULTES

Lieux de Culte

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les lieux de culte sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : LIEUX DE CULTE

L'EGLISE NOTRE-DAME DE BONNE-NOUVELLE

 

L'Eglise Notre-Dame de Bonne-Nouvelle

La paroisse consacrée à une Vierge annonciatrice d'événements agréables, rendit, dixit la chronique, une fière chandelle à la reine Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII. Stérile depuis une bonne dizaine d'années, massée d'attendre une heureuse nouvelle, la reine au ventre désespérément plat posa la première pierre de l'église en 1628, et s'y abîma en prières en suppliant la patronne des lieux, quoique de bois, d'exaucer sa requête.

 

Dix ans plus tard, ô miracle, les cloches du royaume carillonnaient à tout rompre pour annoncer qu'un garçon était né à la cour, le futur Louis XIV. Mais si l'église mérite, scientifiquement parlant, le détour, c'est parce qu'un jour, le journaliste André Laphin, sortant d'une visite à l'Ecole centrale de TSF, à deux pas de là, et remontant la rue de la Lune, eut une révélation devant le porche de l'église, et se dit à peu près ceci : puisque Notre-Dame de Bonne-Nouvelle dispense du ciel les plus beaux messages à l'humanité souffrante, pourquoi ne pas en faire la sainte patronne de la radio, alors en plein expansion. La première fête solennelle de la Radio se déroula le 4 mars 1936.

Le clocher de l’église de Bonne Nouvelle est le seul vestige architectural de l’ancien édifice. En effet, l’état de vétusté de ce bâtiment était tel dès 1793 qu’il fallut se résoudre à le démolir. Cependant, les paroissiens obtinrent que la tour fût conservée et intégrée au projet de l’architecte Godde. L’administration de la Restauration ne vit aucun inconvénient à ce que ce témoignage de l’Ancien Régime fût préservé, et leur donna satisfaction.

 

Le quartier de la Villeneuve aux gravois, paroisse de Bonne Nouvelle, est bâti sur une butte artificielle, arasée vers 1623, selon un plan en damier à la manière des villes nouvelles d’alors, sur une trame serrée desservie par des rues étroites. Aussi le clocher est-il peu visible dans sa totalité, ce qui accentue son élévation en attirant le regard vers le ciel. En revanche, son impact sur l’espace urbain est limité : tout au plus, sa verticale marque faiblement l’intersection de deux rues, sans les hiérarchiser.

 

L’église du début du 17e siècle était sans doute en bien mauvais état lorsque la Ville la racheta en 1803 à trois paroissiens qui l’avaient acquise en 1797 pour tenter de la préserver de la ruine. La reconstruction de cette église paroissiale fut confiée à un architecte de la Ville de Paris, Etienne Hippolyte Godde. Les travaux, commencés en 1823, seront terminés en 1830. Bâtie également sur un plan basilical, il ne faut pas chercher ici la finesse ou le talent développé par Chalgrin. Il s’agit d’une modeste imitation du modèle, insérée dans un tissu urbain très dense et devant à la mauvaise qualité du sol un choix judicieux de recherche de la légèreté, domaine dans lequel l’architecte est fort habile. Cependant Godde exploite ici un parti mis au point à Boves en Picardie, inspiré du Roule, et qu’il reproduira à Saint-Pierre-du-Gros-Caillou et à Saint-Denis-du-Saint-Sacrement : il établit ainsi sa propre version du modèle basilical, avec un portique à quatre colonnes sans base largement engagé dans la façade, une nef centrale couverte en berceau terminée par une abside en cul-de-four, des collatéraux voûtés d’arête et une suite de chapelles latérales en bas-côtés comprenant les sacristies et commençant d’un côté par la chapelle des fonts baptismaux et de l’autre par celle de la Pénitence. La chapelle de la Vierge exploite judicieusement la forme irrégulière du terrain, et se développe perpendiculairement au bas côté nord.


Tenant pour un style néo-classique particulièrement dépouillé, Godde emploie volontiers l’ordre dorique grec primitif relevé à Paestum. On doit lui reconnaître la juste proportion donnée à l’élévation sur l’angle dans cette rue qui offrait bien peu de recul, ainsi que l’habile intégration de l’ancien clocher dans la composition.

 

 

À Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, il fait appel à Auguste Hesse et Abel de Pujol pour réaliser le grand programme décoratif original qui orne les murs. Ces œuvres monumentales, par leur richesse et leur exubérance, font véritablement partie de l’architecture et créent la surprise qui saisit dès l’entrée, contrastant avec l’austérité de l’apparence extérieure. La sculpture fait ici figure de parent pauvre.

 

Tableau de Giovanni Lanfranco (1582-1647)

Annonciation vers 1617-1619, (derrière le maître-autel)

Caché depuis le Second Empire derrière un orgue qui occupait la totalité du fond du chœur, ce tableau a été redécouvert en 1970 et provient peut-être des collections du cardinal Costaguti à Rome. La toile est assez sombre dans la partie basse tandis que dans la partie haute, un crescendo lumineux baigne les figures d’une lumière orangée. L’alliance de l’éclairage surnaturel aux formes pleines - presque réalistes - des personnages, donne à ce tableau un effet dramatique, accentué par la figure de l’ange à contre jour qui se détache de façon saisissante.

 

Tableau de Lodovico Cigoli (1559-1613)
Vierge à l’Enfant entourée de saints 1601, (derrière le maître-autel, sur la droite)

Cette œuvre provient de l’église San Domenico à Cesena (Emilie-Romagne), détruite au 18e siècle et dont les tableaux furent vendus en 1797. Au 19e siècle, la toile passe probablement dans la collection des princes Demidoff avant d’être donnée à la paroisse de Saint-Honoré d’Eylau en 1863. Elle est enfin intégrée dans la décoration du chœur de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle en 1931. Ici, l’artiste se détache du style maniériste de son maître Allori en reprenant un schéma plus traditionnel de la Vierge trônant entourée de saints, qui annonce les grandes toiles du baroque bolonais. A ses côtés sont représentés saint Jean l’Evangéliste et sainte Marie-Madeleine. Au registre inférieur, on aperçoit la ville de Cesena entre le pape Pie V et saint Dominique.

 

Adresse
25, rue de la Lune
75002 PARIS

GPS

Latitude : 48.869700
Longitude : 2.349929

 

Comment s'y rendre
Métro : Bonne Nouvelle (lignes 8, 9)
Bus : arrêt Poissonnière Bonne-Nouvelle - 20/39/48

 

Plan

 

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 2ème et découvrir les environs

 

Navigation thématique de Paris 
Vous pouvez être intéressés par d’autres articles portant sur le 2ème arrondissement

D’autres articles concernant les Lieux de Culte peuvent vous intéresser.

 

Liens externes sur ce sujet
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle_(Paris)


Source
Wikipedia
Paris Patrimoine
Photo R. Desenclos 2011