NOTRE-DAME - LA CHAPELLE SAINTE-CLOTILDE
 
 
 
 
La Chapelle Sainte-Clotilde
La Chapelle Sainte-Clotilde est la septième chapelle à gauche en entrant dans la cathédrale.
 
 
Au fond, le tombeau du chanoine Yvert mort en 1468. Au bas d’une pierre dressée, le cadavre du chanoine est en proie aux vers. Au-dessus, il comparaît devant le Christ-Juge. Celui-ci, tel que l’Apocalypse le décrit, siège entouré d’anges dans une auréole, un double glaive sort de sa bouche. Ce tombeau est représentatif du sentiment d’horreur de la mort qui se répandit à partir du milieu du XIVe siècle, lorsque les premières épidémies de peste ravagèrent l’Europe. Mais, à côté de cette représentation, subsista celle qui exprimait l’attente, dans la confiance et l’humilité de la grâce du Sauveur, telle qu’on l’entrevoit dans les chapelles du chœur avec le tombeau de Juvénal des Ursins ou ceux des Gondi.
Un dernier may se trouve contre le mur nord-est du transept : La Prédication de Saint-Paul à Ephèse par Eustache Le Sueur (1616-1655).
 
Eustache Le Sueur ou Lesueur, né à Paris le 19 novembre 1616 et mort à Paris le 30 avril 1655, est un artiste peintre et dessinateur français de style baroque, considéré comme l'un des fondateurs de la peinture française classique et parfois surnommé « le Raphaël français ». Le Sueur naît à Paris en 1616. Fils d'un tourneur sur bois nommé Cathelin Le Sueur, il devient, à partir de 1632, l'élève de Simon Vouet, premier peintre du Roi, le plus réputé et apprécié des peintres parisiens de l'époque. Au cours de la dizaine d'années qu'il passe dans l'atelier de Vouet - où sont également élèves Charles Le Brun et Pierre Mignard, il apprend le métier de peintre et de décorateur. Contrairement à ses condisciples, il n'a pas l'opportunité de se rendre en Italie pour parfaire sa formation, comme c'était alors la coutume pour les peintres qui entendaient acquérir un solide métier et faire carrière. C'est donc par la fréquentation des grands palais royaux tels que Fontainebleau et de collections privées parisiennes riches en peintures italiennes du XVIe siècle que le jeune Le Sueur a l'occasion d'étudier les grands peintres de la Renaissance et du début du XVIIe siècle. Ses premiers tableaux sont exécutés d'après des dessins de son maître Simon Vouet et sous sa direction. On y décèle déjà son talent et l'élaboration d'un style personnel : il peint avec une facilité empreinte de lyrisme des compositions caractérisées par une rigueur et un dépouillement toujours plus marqués au fur et à mesure qu'il se détache de l'influence de son maître. À cet égard, si les premiers tableaux du cycle qu'il a peint sur le thème du Songe de Polyphile (cinq sont aujourd'hui conservés dans des musées) se caractérisent par une accumulation de figures et par l'absence d'un véritable souci de composition, les derniers sont moins opulents et plus équilibrés et manifestent une plus grande maîtrise de son art de la part de l'artiste. Cela ne l'empêche pas pour autant de réutiliser des compositions mises au point par Vouet, et qui ont fait sa célébrité, tels que des Vierges à l'enfant et des Saintes Familles, qu'il traite cependant avec plus de sobriété et de retenue.
 
Adresse
Place du Parvis
75004 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.853281
Longitude : 2.349165
 
Comment s'y rendre
Métro : Cité (ligne 4), Saint-Michel (lignes 4, B, C)
Bus : 47 arrêt Cité-Parvis Notre-Dame
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 4ème et découvrir les environs
 
Liens
Vous pouvez retrouver d'autres articles sur le quartier dans : Paris 4ème arrondissement
Par ailleurs retrouvez d'autres articles se rapportant à : La cathédrale Notre-Dame
Un autre élément peut susciter de l'intérêt : Circuit dans l'Île de la Cité
Mais aussi : Parcours médiéval dans le IVème arrondissement
 
 
Sources
Découvrir Notre-Dame de Paris
Photo Wikipedia