Aide à la recherche / CIMETIERE DU PERE-LACHAISE

LE CIMETIERE DU PERE LACHAISE
Le cimetière du Père Lachaise
 
 
 
Cet article permet de situer les personnalités enterrées au cimetière du Père Lachaise au travers de listes - par ordre alphabétique, par division ainsi que celles qui disposent d'ornements (statues, bustes, médaillons, etc.).
 
Il est également possible de localiser les tombes sur des plans de chaque division.
 
L'ensemble concerne environ un millier de tombes sur les quelque 70.000 qui se trouvent au Père Lachaise.
Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à la liste puis sur le nom pour retrouver l'article..
 

Lire la suite : CIMETIERE DU PERE LACHAISE

LES TOMBES DU PERE LACHAISE - VICTOR NOIR
 
 
Les tombes du Père Lachaise - Victor Noir
Victor Noir, nom de plume d'Yvan Salmon, né le 27 juillet 1848 à Attigny et mort à Paris le 10 janvier 1870, est un journaliste français tué à l'âge de 21 ans d'un coup de feu par le prince Pierre Napoléon Bonaparte, un parent en disgrâce de l'empereur des Français, Napoléon III. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise, dans la division 92.
Son meurtre suscita une forte indignation populaire et renforça l’hostilité envers le Second Empire. Victor Noir est le fils de Joseph Jacques Salmon, horloger puis meunier installé à Attigny (Vosges), et de Joséphine Élisabeth Noir. Il a pour frère aîné Louis Salmon, dit Louis Noir, combattant de la Guerre de Crimée, correspondant au journal La Patrie, puis rédacteur en chef du journal Le Peuple.. En mai 1868, Victor Noir est le rédacteur en chef du Pilori, un hebdomadaire éphémère qui présente l'originalité d'être imprimé en caractères rouges et auquel contribuent notamment Arthur Arnould, Alexis Bouvier, Louis Combes, Édouard Lockroy, Eugène Razoua et Jules Vallès. En 1891, la dépouille, devenue un symbole républicain, est transférée à Paris au Père-Lachaise. Jules Dalou, ardent défenseur de la République, réalise son gisant en bronze, où Noir apparaît dans l’état où il aurait été trouvé après le coup de feu. L’œuvre est conçue dans un réalisme dénué de tout ornement. La bouche est ouverte et les mains gantées, les vêtements dégrafés, le chapeau a roulé. Suivant la technique courante à l’époque, Dalou modèle d’abord la figure nue avant de l’habiller, dotant en l'occurrence son œuvre d'une virilité bien moulée par le pantalon. Ce réalisme anatomique entraîne certaines personnes superstitieuses à toucher le gisant depuis des années, d’où une oxydation disparue de la patine et une érosion du bronze sur le relief du visage, l’impact de balle, la partie virile et les chaussures, que présente la statue de nos jours. Un folklore veut en effet que les femmes en mal d’enfants touchent le gisant afin d’être rendues fertiles. C’est surtout par cette tradition, toujours en vogue, qu’est connue la sépulture de Victor Noir. Le modèle en plâtre est exposé au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1890, et le gisant en bronze a été inauguré au cimetière du Père-Lachaise le 15 juillet 1891.
 
Aimé-Jules Dalou, dit Jules Dalou, né à Paris le 31 décembre 1838 et mort dans la même ville le 15 avril 1902, est un sculpteur français. Dalou est né dans une famille d’artisans gantiers. Ses parents protestants l’élèvent dans la laïcité et l’amour de la République. Jules Dalou montre très jeune des dons pour le modelage et le dessin, ce qui lui vaut l’attention de Jean-Baptiste Carpeaux, lequel le fait entrer en 1852 à la Petite École, future École nationale supérieure des arts décoratifs, où il suit les cours d'Horace Lecoq de Boisbaudran. En 1854 il est admis à l’École des beaux-arts de Paris où il étudie la peinture dans l'atelier d'Abel de Pujol et la sculpture dans l'atelier de Francisque Duret. Il commence à gagner sa vie en travaillant pour des ornemanistes. C'est chez l'un d'eux que débute son amitié avec Auguste Rodin. Paris est alors en pleine mutation, Dalou se forge une expérience en travaillant dans les grands chantiers de la capitale en se formant à l’architecture et à la décoration des immeubles sur les grandes avenues parisiennes : à ce titre il participe à la décoration de l'hôtel de La Païva avenue des Champs-Élysées. Il travaille également pour l'atelier d’orfèvrerie des frères Fannière.
 
Adresse
Boulevard de Ménilmontant
75020 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.861417
Longitude : 2.393383
 
Comment s'y rendre
Métro : Père Lachaise (lignes 2, 3),
Bus : 61/69 arrêt Père Lachaise devant l’entrée principale pour les bus se dirigeant vers la banlieue, arrêt Auguste Métivier pour les bus se dirigeant vers Paris centre. Marcher ensuite le long du mur du cimetière donnant sur le boulevard de Ménilmontant, pour rejoindre l’entrée principale.
 
Plan
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 20ème et découvrir les environs
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 20ème arrondissement.
Retrouvez d’autres articles portants sur les tombes du Cimetière du Père Lachaise.
Retrouvez d'autres Statues diverses.
Les articles consacrés aux Statues du 20ème arrondissement peuvent vous intéresser.
 
 
Source
Divers Internet
Photo R.Bataille 2016