Aide à la recherche / CIMETIERE DU PERE-LACHAISE

LE CIMETIERE DU PERE LACHAISE
Le cimetière du Père Lachaise
 
 
 
Cet article permet de situer les personnalités enterrées au cimetière du Père Lachaise au travers de listes - par ordre alphabétique, par division ainsi que celles qui disposent d'ornements (statues, bustes, médaillons, etc.).
 
Il est également possible de localiser les tombes sur des plans de chaque division.
 
L'ensemble concerne environ un millier de tombes sur les quelque 70.000 qui se trouvent au Père Lachaise.
Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à la liste puis sur le nom pour retrouver l'article..
 

Lire la suite : CIMETIERE DU PERE LACHAISE

LES TOMBES DU PERE LACHAISE - LOUIS VISCONTI
La tomebde Louis Visconti
 
 
 
Les tombes de Louis Visconti (1791-1853) et de son père Ennius Quirinus Visconti (1751-1818) se trouvent dans la quatrième division du cimetière du Père Lachaise. Louis Visconti est représenté, sculpté allongé, par Pierre Simart. En bas-relief, son œuvre principale, le tombeau de Napoléon aux Invalides. Un buste de son père le domine, sculpté par David d’Angers.
 
 
Louis Tullius Joachim Visconti est un architecte français né à Rome le 11 février 1791 et mort à Paris le 29 décembre 1853. Louis Visconti était issu d'une célèbre famille d'archéologues : son grand-père Giambattista Antonio Visconti (1722-1784) avait fondé le Musée du Vatican et son père, Ennius Quirinus Visconti (1751-1818), en fut le conservateur. Sa famille s'installa à Paris en 1798 et il obtint la nationalité française en 1799, son père étant nommé conservateur des Antiquités et des Tableaux au Musée du Louvre. Entre 1808 et 1817, Louis Visconti étudia à l’École des beaux-arts de Paris sous la direction de Charles Percier. Il fut également l'élève du peintre François-André Vincent. Après avoir obtenu le Second grand prix de Rome d'architecture (1814) et le prix départemental d'architecture de l'École des Beaux-Arts (1817), il fut nommé architecte-voyer des 3e et 8e Anciens arrondissements de Paris en 1826, conservateur de la 8e section des Monuments publics de Paris (comprenant la Bibliothèque royale, le monument de la place des Victoires, les portes Saint-Martin et Saint-Denis et la colonne Vendôme) en 1832, architecte divisionnaire en 1848, architecte du Gouvernement en 1849. En 1840, il conçut les décorations de la capitale pour la cérémonie du retour des cendres de Napoléon Ier, puis il construisit le tombeau de l'Empereur aux Invalides. Associé avec Émile Trélat pour les travaux de la Bibliothèque royale du Louvre en mai 1848, il donna un premier projet d'achèvement du Palais du Louvre. Nommé architecte du palais des Tuileries le 7 juillet 1852 et architecte de l'empereur Napoléon III le 16 février 1853, il fut chargé de concevoir le projet de réunion du Palais du Louvre et du Palais des Tuileries qui fut réalisé par Hector-Martin Lefuel. En effet, Visconti mourut d'une crise cardiaque en 1853, année de son élection à l’Académie des beaux-arts. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (4e division).
 
Ennius-Quirinus ou Ennio Quirino Visconti (30 octobre 1751, à Rome ✝ 7 février 1818, à Paris), était un archéologue d'origine italienne sous le Premier Empire. Fils de Jean Baptiste Antoine Visconti (1722-1784), également archéologue italien de renom et fondateur du Musée du Vatican, il naît à Rome en 1751. Sa famille descendait d'un fils naturel de Barnabé Visconti. Son père se chargea seul de son éducation et le fit étudier dès son plus jeune âge les langues, vivantes et mortes, la littérature et les sciences. Enfant ingénu et timide, sa prodigieuse mémoire au service d'une intelligence toute aussi exceptionnelle le firent reconnaître comme savant précoce à l'âge de 4 ans ! Le « goût des vers » le domine toute sa jeunesse. Il l'occupe à la traduction des auteurs classiques grecs (Euripide, Pindare) et à la production d'œuvres personnelles : louanges (telles celles qu'il écrivit à l'occasion de la visite de Joseph II à Rome en 1769 qu'il composa en grec, latin et italien), sonnets et autres petits poèmes. On lui érigea dans le cimetière du Père-Lachaise, un tombeau orné de son buste. Un ancien ami, M. Collot, directeur de la Monnaie de Paris, a voulu s'adjoint à la famille de Visconti pour la consécration de ce monument. Le buste fut sculpté par M. Pierre Jean David d’Angers.
 
Pierre-Jean David dit Pierre-Jean David d’Angers, né à Angers le 12 mars 1788 et mort à Paris le 5 janvier 1856, est un sculpteur et graveur-médailleur français. Pierre-Jean David naît à Angers, en Anjou, le 12 mars 1788. Fils d’un soldat retraité de la république qui exerçait, dans sa ville natale, la profession de sculpteur-ornemaniste, David débute ses études artistiques sous la direction de Marchand et Jean-Jacques Delusse professeurs à l’École centrale d’Angers entre 1806 et 1807. Par contrat passé, le 8 avril 1806, avec Louis-François Allard, le père de David d'Angers, s'engageait à faire pour l'église Saint-Rémi de Château-Gontier deux statues. L'abbé Angot indique que ces deux œuvres d'art ont été enfouies en terre lors de la construction de la nouvelle église. Son père s'oppose à la résolution de son fils de se rendre à Paris pour accomplir sa vocation et refuse de financer son départ. Après une tentative ratée de suicide, son père le laisse partir pour Paris avec quarante-cinq francs collectés par sa mère et ses sœurs, et cinquante francs que lui prête son maître, Delusse. À Paris, en 1808, David sculpte des ornements à l’arc de triomphe du Carrousel, puis il travaille sur une frise du palais du Louvre. En 1809, il obtient une médaille à l’Académie, et est remarqué par son homonyme le peintre Jacques Louis David qui le prend sous son aile et le fait travailler dans son atelier. Il suit aussi l'enseignement des sculpteurs Augustin Pajou et Philippe-Laurent Roland. Ses ouvrages, exposés un peu plus tard au concours d’essai, lui permettent de bénéficier d'une pension de six cents francs votée par la ville d’Angers.
 
Pierre-Charles Simart (né à Troyes le 27 juin 1806 et mort à Paris le 27 mai 1857 en tombant d'un omnibus) est un sculpteur français. Son père est menuisier à Troyes. Élève d'Antoine Desboeufs, de Charles Dupaty, de Jean-Pierre Cortot et de James Pradier, Simart remporte en 1833 le premier grand prix de Rome de sculpture avec un relief ayant pour sujet Le Vieillard et les enfants. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1852.Il a sculpté les dix hauts reliefs de la crypte du tombeau de Napoléon 1er aux Invalides ainsi que la grande statue en costume de sacre. Il fut marié et eut plusieurs fils. Parmi ses élèves, on peut citer : Émilien Cabuchet
 
Adresse
Boulevard de Ménilmontant
75020 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.861417
Longitude : 2.393383
 
Comment s'y rendre
Métro : Père Lachaise (lignes 2, 3),
Bus : 61/69 arrêt Père Lachaise devant l’entrée principale pour les bus se dirigeant vers la banlieue, arrêt Auguste Métivier pour les bus se dirigeant vers Paris centre. Marcher ensuite le long du mur du cimetière donnant sur le boulevard de Ménilmontant, pour rejoindre l’entrée principale.
 
Plan
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 20ème et découvrir les environs.
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 20ème arrondissement.
Retrouvez d’autres articles portant sur les tombes du Père Lachaise.
D’autres articles concernant les Statues du 20ème arrondissement sont disponibles.
Par ailleurs, la catégorie Statues diverses dispose d’articles se rapportant aux statues non catégorisées.
 
 
Source
Divers Internet
Photo R.Bataille 2016