Aide à la recherche / CIMETIERE DU PERE-LACHAISE

LE CIMETIERE DU PERE LACHAISE
Le cimetière du Père Lachaise
 
 
 
Cet article permet de situer les personnalités enterrées au cimetière du Père Lachaise au travers de listes - par ordre alphabétique, par division ainsi que celles qui disposent d'ornements (statues, bustes, médaillons, etc.).
 
Il est également possible de localiser les tombes sur des plans de chaque division.
 
L'ensemble concerne environ un millier de tombes sur les quelque 70.000 qui se trouvent au Père Lachaise.
Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à la liste puis sur le nom pour retrouver l'article..
 

Lire la suite : CIMETIERE DU PERE LACHAISE

LES TOMBES DU PERE LACHAISE - HENRI CURIEL
 
 
 
 La tombe d'Henri Curiel
La tombe d’Henri Curiel (1914-1978) se trouve dans la première division du cimetière du Père Lachaise.
 
 
Henri Curiel, né le 13 septembre 1914 au Caire (Égypte) et mort assassiné à Paris le 4 mai 1978, était un militant communiste et anti-colonialiste. Il est le père du journaliste Alain Gresh. Henri Curiel est un fils de banquier et issu d'une famille juive francophone de nationalité italienne établie en Égypte. Il fait ses études dans des établissements français du Caire, comme de « nombreux jeunes gens d'Europe, il lit André Malraux, Paul Nizan, le Gide des allers-retours, et rôde autour du marxisme. » Il fait en général un voyage tous les ans en France, mais c'est son frère Raoul qui est désigné pour aller y faire des études supérieures. Son père le retient pour travailler avec lui à la banque et ainsi lui succéder un jour. Cela n'est pas du tout à son goût, mais comment se révolter contre un père totalement aveugle depuis de nombreuses années ? Dandy de la bourgeoisie égyptienne, il rencontre Rosette Aladjem, juive locale qui s'est donnée une formation d'infirmière avant de faire une licence de lettres à l'université américaine du Caire. La jeune femme lui fait découvrir la pauvreté lorsqu'il l'accompagne aller soigner les paysans travaillant sur les terres de son père banquier. C'est ainsi qu'il rompt avec ses origines bourgeoises pour devenir anti-colonialiste. Il prend la nationalité égyptienne lors de l'abolition des capitulations (en), malgré le fait qu'il ne parle pas la langue arabe, et qu'il ne l'a d'ailleurs jamais parlée couramment. Comme tous les siens, il est anti-fasciste, alors que l'Italie, puis l'Allemagne basculent dans ce type de régime. "Son engagement communiste était fait (…) de culpabilité sociale intense et de foi quelque peu aveugle en la sagesse de l'Union soviétique. Son neveu, George Blake, qu'il recruta semble-t-il précocement, fut l'un des plus célèbres agents doubles du KGB, au cœur de l'Intelligence Service". En septembre 1939, alors que la Drôle de guerre a commencé, il tente vainement de s'engager dans l'armée française. La même année, il fonde l'Union démocratique et participe à la fondation des Amitiés françaises. Celle-ci soutient le général de Gaulle qui depuis Londres appelle à refuser l'armistice signé par le gouvernement de Philippe Pétain. En 1942, il décide de rester pour organiser la résistance à une éventuelle occupation par les troupes de Rommel. Il est arrêté par la police égyptienne et connaît pour la première fois la prison. Le 28 février 1943, il épouse Rosette Aladjem. Il fonde en 1943 le Mouvement égyptien de libération nationale, une des organisations communistes qui, comme leurs rivales Iskra (Hillel Schwartz) et Libération du peuple (Marcel Israël), étaient principalement dirigées par des militants issus des minorités, en particulier des Juifs, à l'instar des autres organisations communistes dans le Machrek, le PC syrien (longtemps dirigé par le Kurde Khalid Bagdache) ou le PC irakien (à forte coloration minoritaire chiite et chrétienne). Malgré ce handicap, ces organisations jouent un rôle dans les grandes manifestations de 1946 qui aboutissent à l'évacuation des villes par les Britanniques2. Henri Curiel passe par la prison à plusieurs reprises à la suite de grèves ou de manifestations qui ébranlent le régime. Après une nouvelle période de détention de dix-huit mois, il est privé de sa nationalité égyptienne par le régime du roi Farouk, expulsé comme communiste le 26 août 1950, et vit ensuite en France jusqu'à sa mort.
 
Adresse
Boulevard de Ménilmontant
75020 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.861417
Longitude : 2.393383
 
Comment s'y rendre
Métro : Père Lachaise (lignes 2, 3),
Bus : 61/69 arrêt Père Lachaise devant l’entrée principale pour les bus se dirigeant vers la banlieue, arrêt Auguste Métivier pour les bus se dirigeant vers Paris centre. Marcher ensuite le long du mur du cimetière donnant sur le boulevard de Ménilmontant, pour rejoindre l’entrée principale.
 
Plan
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 20ème et découvrir les environs.
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 20ème arrondissement.
Retrouvez d’autres articles portant sur les tombes du Cimetière du Père Lachaise

 
Sources
Divers Internet
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2016