Aide à la recherche / Hôtels Contemporains

LES HÔTELS CONTEMPORAINS

Les Hôtels Contemporains

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les hôtels contemporains sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : HOTELS CONTEMPORAINS

L'HÔTEL MEURICE
 
 
L'Hôtel Meurice
 
 
 
L’Hôtel Meurice est ouvert depuis 1835 au 228 de la rue de Rivoli. Au début de son histoire, voici ce pour quoi il avait été ouvert : « Aux voyageurs de l'époque, Le Meurice offrait un style d’hôtellerie alors inédit.
 
 
Tout était fait pour faciliter la vie à l'étranger de passage : acquittement des formalités administratives, utilisation de valets de place attachés à l'hôtel, location d'appartements de toutes dimensions, mise à disposition de salons de conversation, linge blanchi au savon et battu à la main, personnel parlant anglais, bureau de change, équipages, etc. ». En1935, le poèteLéon-Paul Fargue répartissait la clientèle des hôtels parisiens en trois catégories : « la mauvaise, la bonne et celle du Meurice ». Parmi celle-ci, les têtes couronnées abondaient. Le premiermonarqueà avoir fait du nouveauMeuricesarésidence secondaireà Paris fut le roiAlphonse XIIIqui, souhaitant évoluer dans son décor familier, se faisait apporter son mobilier dugarde-meubleroyal deMadrid. Lorsqu'il fut chassé du pouvoir en1931, le monarque déchu fit du Meurice son refuge et le siège de songouvernement en exil. À sa suite, leprince de Galles, les rois d'Italie, deBelgique, deGrèce, deBulgarie, duDanemark, duMonténégro, le shah de Perse, lebey de Tunis, prirent l'habitude de descendre à « l'Hôtel des rois ». Les princes des affaires comme lesRockefeller, les hommes politiques comme le président de la République françaiseDoumergueet le président des États-Unis Roosevelt, le comte Ciano, le Premier ministre britanniqueAnthony Eden, et les artistes deRudyard KiplingàEdmond Rostand, deGabriele D'AnnunzioàPaul Morand, suivirent leur exemple. Entre septembre 1940 et août 1944, l'hôtel réquisitionné par les autorités allemandes abrite la Kommandantur du Grand Paris. Au début desannées 1950, lesfamilles royalesont peu à peu cédé la place aux discrets patrons de multinationales, aux vedettes de l'écran et aux artistes, souvent plus excentriques. Au nombre de ces derniers,Salvador Dalí, le génie « transcendantal » de l'auto-publicité — qu'un de ses anciens compagnons surréalistes avait surnommé « Avida dollars » — fut l’un des hôtes les plus insolites de l'hôtel. Durant plus de trente années, il occupa un mois par an l'ancienne suite royale d'Alphonse XIII dont il constellait les murs de taches de peinture, tandis que sesocelotsapprivoisés se faisaient les griffes sur la moquette. Avec lui, le personnel — qui lui était très attaché et qu'il honorait d'étrennes sous forme de lithographies signées de sa « divine main » — ne manquait pas de distractions. Soit qu'il leur demandât de capturer des mouches dans les bosquets des Tuileries ou de lui amener un troupeau de chèvressur lequel il tirait desballes à blanc ; soit qu'il les priât de jeter sous les roues de sa voiture, à chacun de ses départs, des pièces de vingt centimes, afin qu'il puisse se flatter de « rouler sur l'or » !
 
Adresse
228, rue de Rivoli

75001 PARIS
 
GPS 
Latitude : 48.865184
Longitude : 2.328119
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Tuileries (ligne 1)
Bus : 72, arrêt Castiglione

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur
Le 1er arrondissement.
D'autres articles portant sur la catégorie Les Hôtels contemporains peuvent vous intéresser.
 
 
Sources
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2011