Aide à la recherche / Hôtels Particuliers

 LES HOTELS PARTICULIERS

Les Hôtels Particuliers 

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les hôtels particuliers sont classés par ordre alphabétique.
Attention : lorsque deux liens sont possibles, il y en a un pour l'hôtel proprement dit qui est le nom de l'hôtel et l'autre qui est le nom de l'article dans laquelle il est cité, comme une rue par exemple. Dans ce cas, le soulignement est interrompu entre les deux liens.


Lire la suite : HOTELS PARTICULIERS

L'HÔTEL DE LAUZUN / LAUZUN HOTEL

 

L'Hôtel de Lauzun

L'Hôtel de Lauzun sur le quai d'Anjou est le rival de l'Hôtel Lambert parmi les quelques hôtels particuliers qui conservent leur riche sculptures, peintures, miroirs dorés et l'intérieur de l'époque de Louis XIV.

L'hôtel particulier n'a pas été construit par le duc de Lauzun, dont il porte le nom, mais par un riche financier, Charles Gruyn des Bordes, fils d'un aubergiste devenu riche de son commerce et plus riche encore, selon une pamphlétaire, grâce à des spéculations découlant de son titre de commissaire général de cavalerie pendant les troubles civils de la Fronde. Gruyn des Bordes avait acheté le terrain en 1641. Sa nouvelle épouse, Geneviève de Mony, se hâta d’achever la maison, terminée en 1657 après les dessins de Louis Le Vau. Gruyn dont l’initiale 'G' se trouve entrelacée avec son «M» sur les côtés des cheminées et dans le décor général. Gruyn, cependant, avait Nicolas Fouquet en tant que mécène. En attendant, Antoine Nompar de Caumont, duc de Lauzun, était tombé en disgrâce de Louis XIV et avait passé une dizaine d'années en prison. Lauzun enrichit toutefois de nombreux intérieurs. L'Hôtel de Lauzun fut ensuite transmis à la petite-nièce du cardinal Mazarin, qui avait fui le couvent de Chaillot avec le marquis de Richelieu. En 1709, le marquis de Richelieu a vendu la maison de Pierre-François Ogier, receveur du clergé, qui a encore enrichi son intérieur. L'Hôtel de Lauzun a conservé ses propriétaires aristocratiques jusqu'à la Révolution française. Avec cet événement, l’hôtel avait ses chambres à l'étage et des combles divisé en appartements et loués par des artisans connus. Les appartements à l'étage ont été loués à Charles Baudelaire et Théophile Gautier. Ces deux résidents ont formé leur Club des Hashischins, où ils expérimentèrent le haschich. Alors qu’il y résidait, Baudelaire a écrit les premiers poèmes des Fleurs du Mal. L'Hôtel de Lauzun, qui est actuellement la propriété de la Ville de Paris, a été restauré et est ouvert au public pour des visites guidées uniquement les lundis et mardis.

Hôtel de Lauzun on the Quai d'Anjou is the rival of the Hotel Lambert among the few houses that retain their rich carvings, paintings, gilded mirrors and inside of the Louis XIV period. The mansion was not built by the Duc de Lauzun, whose name it bears, but by a wealthy financier, Gruyn Charles des Bordes, the son of an innkeeper who became rich from his business and even richer, according to a pamphleteer, with speculation arising from the title of Commissioner General of cavalry during the civil disturbances of the Fronde. Gruyn Bordes had purchased the land in 1641. His new wife, Genevieve Mony, hastened to complete the house, completed in 1657 after drawings by Louis Le Vau. Gruyn whose initial 'G' is intertwined with his "M" on the sides of chimneys and the general decor. Gruyn, however, had Nicolas Fouquet as a patron. Meanwhile, Antoine Nompar de Caumont Duke of Lauzun, was disgraced by Louis XIV and had spent ten years in prison. Lauzun enriches however many interiors. Hôtel de Lauzun was then forwarded to the niece of Cardinal Mazarin, who had fled the convent of Chaillot with the Marquis de Richelieu. In 1709, the Marquis de Richelieu sold the house of Pierre-François Ogier, receiver of the clergy, which has further enriched its interior. Hôtel de Lauzun has retained its aristocratic owners until the French Revolution. With this event, the hotel had its bedrooms upstairs and a loft divided into apartments and rented by well-known artisans. The upstairs apartments have been rented to Charles Baudelaire and Theophile Gautier. Both residents have formed their Hashischins Club, where they experimented with hashish. While he was living there, Baudelaire wrote the first poems of Les Fleurs du Mal. Hôtel de Lauzun, which is currently owned by the City of Paris, has been restored and is open to the public for guided tours only on Mondays and Tuesdays.

 

Adresse 
17 Quai d’Anjou
75004 PARIS

GPS 
Latitude : 48.851684
Longitude : 2.359045

Comment s'y rendre
Métro : Pont-Marie ou Sully-Morland (ligne 7)
Bus : 67/86/87 arrêt Pont de Sully/Quai de Béthune

Plan

 

A voir dans les environs

Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives

Naviguer sur la carte Paris 4ème et découvrir les environs.


Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 4èmearrondissement.
D’autres articles portant sur
Les Hôtels particuliers sont disponibles.

Liens externes sur ce sujet
http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_de_Lauzun


Source
Wikipedia
Photos Richard Desenclos 2010