Aide à la recherche / Hôtels Particuliers

 LES HOTELS PARTICULIERS

Les Hôtels Particuliers 

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les hôtels particuliers sont classés par ordre alphabétique.
Attention : lorsque deux liens sont possibles, il y en a un pour l'hôtel proprement dit qui est le nom de l'hôtel et l'autre qui est le nom de l'article dans laquelle il est cité, comme une rue par exemple. Dans ce cas, le soulignement est interrompu entre les deux liens.


Lire la suite : HOTELS PARTICULIERS

L'HÔTEL D'HERCULE
 
L'Hôtel d'Hercule
Sur l’emplacement d’un hôtel construit pour les comtes de Sancerre au 14e siècle, propriété des comtes d’Auvergne au début du 15e siècle, d’un Montpensier en 1428, le président de la chambre des comptes de La Driesche fit bâtir, vers 1470, un hôtel a qui fut donné le nom d’Hercule à cause des fresques et tapisseries relatives aux travaux de ce demi-dieu qui le décoraient.
Vendu en 1493, à Charles VIII par son chambellan, Louis de Hallewin, seigneur de Piennes, propriété en 1499 de Guillaume de Poitiers, seigneur de Clérieux, en 1503, de Louis XII, il appartint en 1514 à Antoine Duprat, premier président au parlement de Paris et qui devait devenir, en 1515, premier ministre Veuf en 1516, il entra dans les ordres et fut, en particulier, archevêque de Sens. L’hôtel passa après sa mort, en 1535, à 72 ans, à son fils aîné Antoine Duprat, chef de la branche des Nantouillet, qui fut prévôt à Paris de 1540 à 1553, puis à son petit-fils, appelé également Antoine, aussi prévôt de Paris de 1553 à 1592. Il resta dans la famille des Nantouillet jusqu’en 1639. C’est là que se situe une aventure qui fit grand bruit à Paris en septembre 1573. L’Hôtel appartenait alors à cet Antoine Duprat, qui se vantait d’être l’homme d’Europe ayant les plus anciens ennemis. Le frère de Charles IX, le duc d’Anjou, futur Henri III, venait d’être nommé roi de Pologne et était sur le point de partir pour Varsovie. Il fit prévenir Nantouillet qu’il irait auparavant faire collation chez lui en compagnie de Charles IX et du roi de Navarre, le futur Henri IV, honneur dont le prévôt se serait fort bien passé. Les trois rois en veine de gaîté, firent grande chère, mais à son insu, les coffres de Nantouillet furent fouillés, 50000 livres et la vaisselle d’argent qui avait figuré sur la table, disparurent, cela pour punir Nantouillet de n’avoir pas voulu épouser la Châteauneuf, une maîtresse que le futur roi de Pologne laissait derrière lui à Paris et dont François de Luxembourg n’avait pas voulu. Le lendemain, le premier président du parlement fit part à Charles IX de l’émotion que ce vol causait aux Parisiens. Sa majesté ayant déclaré n’y être pour rien dans cette affaire, il demanda la permission d’enquêter pour confondre les auteurs du vol. Le roi répondit « Non, non, ne vous mettez pas en peine. Dites seulement à Nantouillet qu’il aura trop forte partie, s’il en veut demander raison. Plus tard l’hôtel fut englobé dans le vaste Hôtel de Savoie-Nemours. Lorsque la duchesse de Savoie divisa celui-ci en 1670, les numéros 5 et 7, habités par les Carignan, branche de la maison de Savoie, devint la propriété d’une demoiselle de Bretteville qui les fit refaire. Ce fut alors l’hôtel Brière de Bretteville. Cour, fenêtres à consoles, lucarnes à fronton, corniche à modillons. Les façades sur cour sont classées.
 
Adresse
7, rue des Grands-Augustins
75006 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.854566
Longitude : 2.341101
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Saint-Michel (lignes 4, C)
Bus : 24/27 arrêt Pont-Neuf-Quai des Grands-Augustins
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 6e et découvrir les environs
 
Liens
Vous souhaitez consulter d'autres articles portant sur le 6e arrondissement
D’autres articles concernant Les Hôtels Particuliers peuvent vous intéresser.

Liens externes sur ce sujet
-

Sources
Dictionnaire Historique des rues de Paris
Photo Richard Desenclos 2013