Aide à la recherche / Hôtel des Invalides

L'HÔTEL DES INVALIDES
 
 
L'Hôtel des Invalides
 
 
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles se rapportant à l’Hôtel des Invalides sont facilement localisables grâce à cette liste. Cliquer sur le titre pour activer le lien vers l’article.

LIRE LA SUITE...HOTEL DES INVALIDES

L'HÔTEL DES INVALIDES - LE MONUMENT A VAUBAN
 
 
Le Monument à Vauban
Napoléon, devenu empereur des Français, fait transférer le 26 mai 1808 le cœur de Vauban dans un mausolée érigé vis-à-vis de celui de Turenne.
Œuvre de Guillaume Trepsat, le mausolée initial érigé dans la chapelle Sainte-Thérèse de l’Eglise du Dôme des Invalides comprend une simple colonne surmontée d'une urne, assise sur une base portant des trophées. En 1847, dans le cadre de l'aménagement par l'architecte Louis Visconti dans la crypte destinée à recevoir le tombeau de Napoléon, ce monument est remplacé par un sarcophage de marbre noir réalisé par le sculpteur Antoine Etex. Vauban est représenté à demi-couché. Il tient un compas et médite sur ses écrits. Il est encadré par les figures de la Science, voilée et de la Guerre, casquée. Le sarcophage est surmonté d'un obélisque encadré de drapeaux et d'étendards. Une inscription et un bas-relief sur le socle rappellent le projet de dîme royal de Vauban et valorisent la dimension politique et réformatrice de l'œuvre de Vauban.
Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban (1er mai 1633 - 30 mars 1707) est un ingénieur, architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien et essayiste français. Il est nommé maréchal de France par Louis XIV.Vauban préfigure, par nombre de ses écrits, les philosophes du siècle des Lumières. Comme le souligne Fontenelle dans l'éloge funèbre prononcé devant l'Académie, Vauban a une vision scientifique, sinon mathématique de la réalité et en fait un large usage dans ses activités. Expert en poliorcétique (c'est-à-dire en l'art d'organiser l'attaque ou la défense lors du siège d'une ville, d'un lieu ou d'une place forte), il donne au royaume de France une « ceinture de fer » pour faire de la France un pré carré — selon son expression — protégé par une ceinture de citadelles. Il conçoit ou améliore une centaine de places fortes. L'ingénieur n'a pas l'ambition de construire des forteresses inexpugnables, car la stratégie consiste alors à gagner du temps en obligeant l'assaillant à immobiliser des effectifs dix fois supérieurs à ceux de l'assiégé. Il dote la France d'un glacis qui la rend inviolée durant tout le règne de Louis XIV — à l'exception de la citadelle de Lille prise une fois — jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, période où les forteresses sont rendues obsolètes par les progrès de l'artillerie. La fin de sa vie est marquée par l'affaire de La Dîme royale : dans cet essai, distribué sous le manteau malgré l'interdiction qui le frappe, Vauban propose un audacieux programme de réforme fiscale pour tenter de résoudre les injustices sociales et les difficultés économiques des « années de misère » de la fin du règne du Roi Soleil (1692-93-94 sont des années de disette alimentaire épouvantables, qui font 3 millions de morts, soit un dixième de la population). Douze ouvrages de Vauban, regroupés au sein du réseau des sites majeurs de Vauban, sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO le 7 juillet 20082,3. Le musée des Plans-reliefs aux Invalides à Paris, contient un nombre important de maquettes et de plans-reliefs de ces places.
Architecte parisien, Guillaume Trepsat fut l'élève de Blondel. Avant la Révolution française, il reconstruisit le château de Saint-Brice-sous-Forêt pour le fermier général Jean-Louis Loiseau de Béranger. En 1791, il construisit le Théâtre du Marais sur un terrain situé rue Culture-Sainte-Catherine, près de la Prison de la Force. Vers 1800, il construisit le fourneau Rumford de la rue du Mail. Il habitait alors dans la rue de Bourgogne, où il avait édifié deux maisons jumelles en 1772.Le 24 décembre 1800, il fut l'une des victimes de l'attentat de la rue Saint-Nicaise, au cours duquel il eut un fémur cassé et dut être amputé. Le Premier consul Napoléon Bonaparte, visé mais ma nqué par l'attentat, lui ayant demandé quelles avaient été ses pensées au moment de l'attentat, Trepsat lui répondit que « toutes ses pensées, toutes ses espérances s'étaient tournées sur le grand homme qui venait d'échapper au plus noir et au plus mal concerté de tous les complots ». Cette preuve de loyalisme lui valut un secours de 4.500 francs, la Légion d'honneur ainsi que la place d'architecte en chef des Invalides. Selon Constant, Napoléon aurait décoré le blessé en lui disant « qu’il y avait longtemps qu’il était le plus invalide des architectes ». Trepsat conserva sa place sous le Premier Empire et fut nommé « architecte des bâtiments de la couronne », au même titre que ses illustres confrères Fontaine et Lepère, ce qui lui permit de diriger des travaux au château de Versailles et au Grand Trianon. En 1804, il édifia la fontaine des Invalides. En 1805, Napoléon le chargea de réaménager le château de Rambouillet. Il fit abattre l'aile est sous prétexte qu'elle était lézardée, ce qui, entre autres dégâts, défigura à jamais l'ordonnance de la cour d'honneur. Pour tenter de réparer sa bévue, il fit ensuite reconstruire la tourelle orientale qu'il avait fait démolir. À la suite de cette intervention, il fut remplacé par Famin. Trepsat resta l'architecte des Invalides jusqu'à sa mort, en 1813.
Louis Tullius Joachim Visconti est un architecte français né à Rome le 11 février 1791 et mort à Paris le 29 décembre 1853. Louis Visconti était issu d'une célèbre famille d'archéologues : son grand-père Giambattista Antonio Visconti (1722-1784) avait fondé le Musée du Vatican et son père, Ennius Quirinus Visconti (1751-1818), en fut le conservateur. Sa famille s'installa à Paris en 1798 et il obtint la nationalité française en 1799, son père étant nommé conservateur des Antiquités et des Tableaux au Musée du Louvre. Entre 1808 et 1817, Louis Visconti étudia à l’École des beaux-arts de Paris sous la direction de Charles Percier. Il fut également l'élève du peintre François-André Vincent. Après avoir obtenu le Second grand prix de Rome d'architecture (1814) et le prix départemental d'architecture de l'École des Beaux-Arts (1817), il fut nommé architecte-voyer des 3e et 8e Anciens arrondissements de Paris en 1826, conservateur de la 8e section des Monuments publics de Paris (comprenant la Bibliothèque royale, le monument de la place des Victoires, les portes Saint-Martin et Saint-Denis et la colonne Vendôme) en 1832, architecte divisionnaire en 1848, architecte du Gouvernement en 1849. En 1840, il conçut les décorations de la capitale pour la cérémonie du retour des cendres de Napoléon Ier, puis il construisit le tombeau de l'Empereur aux Invalides. Associé avec Émile Trélat pour les travaux de la Bibliothèque royale du Louvre en mai 1848, il donna un premier projet d'achèvement du Palais du Louvre. Nommé architecte du palais des Tuileries le 7 juillet 1852 et architecte de l'empereur Napoléon III le 16 février 1853, il fut chargé de concevoir le projet de réunion du Palais du Louvre et du Palais des Tuileries qui fut réalisé par Hector-Martin Lefuel. En effet, Visconti mourut d'une crise cardiaque en 1853, année de son élection à l’Académie des beaux-arts. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (4e division).
Antoine Étex, né à Paris le 20 mars 1808 et mort à Chaville (Hauts-de-Seine) le 14 juillet 1888, est un artiste-peintre et sculpteur français. Le peintre Louis-Jules Étex (1810-1889) est son frère. Antoine Etex est né à Paris, dans une famille d'artisan modeste d'origine lyonnaise, son père est sculpteur d'ornement, sa mère brodeuse. Après l'école primaire, il devient l'aide-apprenti de son père en 1822. Tout en travaillant, il entre à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Bosio en 1823, puis dans celui de Charles Dupaty. Remarqué par James Pradier, Étex devient son assistant pour achever une sculpture du palais Brongniart à Paris. Elève de Pradier, Étex intègre l'atelier du peintre Jean-Auguste-Dominique Ingres à la demande de ce dernier, qui lui conseille de mener qu'une carrière de peintre. Antoine Étex mène une carrière de peintre et de sculpteur de front toute sa vie. Antoine Étex tente sans succès d'obtenir le premier grand prix de Rome en sculpture, et finalement remporte le second grand prix en 1832. Le ministre François Guizot lui obtient une bourse de 1500 francs sur deux ans. Par cette faveur ministérielle, il peut enfin partir pour villa Médicis à Rome, il visite l'Algérie et l'Espagne et réalise à cette occasion de nombreux croquis, dessins aquarelles et peintures. Antoine Étex se marie en 1833 et a deux filles et un fils militaire mort à Saïgon en 1867.
 
Adresse
Eglise du Dôme des Invalides
75007 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.856502
Longitude : 2.312686.
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Varenne ou Saint-François Xavier (ligne 13) Invalides (lignes C, 13)
Bus : 82/92 arrêt Vauban-Hôtel des Invalides, 69 arrêt Esplanade des Invalides
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 7ème arrondissement et découvrir les environs.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 7ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les Cimetières et Sépultures peuvent vous intéresser.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Invalides.
 
Liens externes sur ce sujet
-
 
Sources
Wikipedia
Divers Internet
Photo R.Desenclos 2015