Aide à la recherche / Monuments

MONUMENTS

Les Monuments

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les monuments sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : MONUMENTS

LE PALAIS DE LA PORTE DOREE
 
 
Le Palais de la Poret Dorée
 
 
 
Les architectes Albert Laprade et Léon Jaussely sont pressentis depuis 1927 pour édifier le seul bâtiment destiné à survivre à l’Exposition coloniale internationale de 1931.
 
 
Le Palais de la Porte Dorée L’Etat leur a en effet confié le projet d’un «Musée des colonies» qui deviendra quelques années plus tard «Musée de la France d’outre-mer». Dans le droit fil de la politique impérialiste qu’entretiennent alors la plupart des pays occidentaux, il s’agit pour la France de faire valoir les cultures et les arts de ses possessions dans le monde. L’art « indigène » est à l’époque considéré avec une certaine curiosité paternaliste : il faudra le regard des peintres et des poètes, qui autour de Braque et Picasso se rendent fréquemment à la Porte Dorée, pour reconnaître leur génie et leur puissance expressive. En 1962, André Malraux donne enfin le nom de «Musée des arts africains et océaniens» à ce lieu phare des années 1930. Il semble que très rapidement Albert Laprade ait eu l’idée d’un très vaste relief qui se développerait sur l’ensemble de la façade du bâtiment, au point qu’architecture et sculpture soient parfaitement indissociables. Dans un premier temps, il s’adresse à Antoine Bourdelle, mais c’est sans doute encore plus à son disciple Alfred Auguste Janniot qu’il pense déjà. C’est ainsi que Janniot se voit confier le chantier en 1929. Et quel chantier ! Il doit réaliser le plus grand relief existant à l’époque en Europe (1130 m2) en moins de deux ans. Il s’adjoindra pour ce faire deux compagnons pour sculpter la pierre, Gabriel Forestier et Charles Barberis. Janniot n’en est pas à son coup d’essai, heureusement. Il s’était déjà confronté au relief monumental en 1924 (Monument aux morts de Nice). C’est sans conteste avec le bas relief de la Porte dorée, représentant les contributions des colonies aux richesses de la France, qu’il trouve la mesure de son talent. Voilà bien la preuve qu’il est vraiment destiné aux grandes œuvres monumentales. Dans cette œuvre d’un puissant classicisme moderne, Janniot travaille la pierre sur une épaisseur réduite, de sorte que les plans sont peu différenciés. Il lui faut insister sur le caractère graphique des scènes et synthétiser les formes pour en garder la clarté. La densité plastique provient en bonne partie de l’importance active donnée aux vides autant qu’aux pleins, à la manière des décors des temples d’Angkor-Vat pour les panneaux décrivant l’Asie. Pour l’Afrique, sur une trame de motifs décoratifs végétaux ou animaux qui évoque la tapisserie, il adopte une expression puisée dans l’art de l’Egypte antique, dont il reprend la représentation mêlant les plans de face et de côté et abolissant la perspective classique pour produire une image qui se souvient des recherches cubistes. Il en résulte cependant un ensemble d’une très grande unité, troublée cependant par les ombres portées de la colonnade et de son toit. Ce bâtiment abrite aujourd’hui le Centre National de L’Histoire de l’Immigration ainsi qu’un aquarium tropical.
 
Adresse
293, avenue Daumesnil
75012 PARIS
 
GPS 
Latitude : 48.835301
Longitude : 2.409408
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Porte Dorée (ligne 12)
Bus : T3 arrêt Porte Dorée, 46 arrêt Porte Dorée/Place Edouard Renard
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur
Le 12ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les Monuments peuvent vous intéresser.
 
Liens externes sur ce sujet
-
 
Sources
Paris Patrimoine
Photo R.Desenclos 2011