Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LES STATUES DE LA COMEDIE FRANCAISE - LE BUSTE DE MARIVAUX
 
 
Le buste de Marivaux
 
 
 
Le buste est exposé dans le vestibule de la Comédie française et est l’œuvre de Jean-Jacques Caffieri.
 
 
Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, plus connu sous le nom de Marivaux, né le 4 février 1688 et baptisé le 8 février 1688 à Paris où il meurt le 12 février 1763, est un écrivain français.
Homme solitaire et discret à la personnalité susceptible, longtemps incompris1, il fut un journaliste, un romancier, mais surtout un auteur dramatique fécond qui, amoureux du théâtre et de la vérité, observait en spectateur lucide le monde en pleine évolution et écrivit pour les Comédiens italiens, entre 1722 et 1740, des comédies sur mesure et d’un ton nouveau, dans le langage « de la conversation ». Il est, après Molière, Racine, Pierre Corneille et Musset le cinquième auteur le plus joué par la Comédie-Française.
Dans l’Avant-propos de son ouvrage Marivaux dramaturge, Françoise Rubellin précise que nous n’avons que très peu de documents sur la vie de Marivaux et que de nombreuses informations à son sujet sont erronées. Par exemple : sa date de naissance est inconnue (on ne connaît que sa date de baptême2, sa date de naissance le 4 février 1688 étant supposée car à cette époque on baptisait les enfants trois ou quatre jours après leur naissance), le nom « Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux » n’apparaît jamais comme tel. Marivaux est né Pierre Carlet, puis se fait appeler Pierre Decarlet en entrant dans la faculté de droit, puis signe Carlet de Marivaux pour la première fois en 1716, le nom de Chamblainn 1 étant accolé dans des catalogues de libraires), le lien entre ses motivations à écrire et la banqueroute de Law sont des spéculations, etc.
Sculpteur français (né à Paris le 30 avril 1725, décédé à Paris le 22 juin 1792), fils de Jacques Caffieri, sculpteur et fondeur, Jean Jacques Caffieri étudie d’abord avec son père puis entre dans l’atelier de Jean Baptiste II Lemoyne. Il obtient le prix de Rome en 1748 avec Cain tuant Abel. En 1749, il rejoint l’Académie de France à Rome. En Italie il sculpte une Trinité en stuc qui orne le maître-autel de l’église Saint Louis des Français. Il s’installe à Naples pour collaborer à la décoration du palais de Caserte mais il doit renoncer à ce projet. Après son retour à Paris, il expose pour la première fois en 1757, et il est agréé la même année à l’Académie. Caffieri est l’auteur d’un grand nombre de bustes : Rameau ; Louis XV ; Voltaire ; Benjamin Franklin ; Jean de la Fontaine, la comtesse de Barry ; le prince de Condé ; Lulli ; Hénault ; Helvétius ; Quinault ; Marivaux ; Jean de Rotrou ; Fabri de Peiresc. Caffieri exécute aussi plusieurs bustes d’acteurs (Piron, Buirette de Belloy, Mademoiselle Luzy, Madame Favart, Charles Simon Favart) et il offre le buste de Piron, en échange d’un droit d’entrée à vie à la Comédie Française. Il est l’auteur des statues de Corneille et de Molière, les deux écrivains représentés assis et laissant apercevoir le titre de leurs œuvres, Le Cid, Horace, Tartuffe. Il travaille pour l’Hôtel de la Monnaie (Air, Terre), pour l’église des Invalides (Sainte Sylvie, Saint Satyre, Saint Alipe). Il devient académicien en 1759, avec une statuette en marbre représentant un Fleuve. Il est nommé adjoint à professeur en1765 et professeur en 1773. Caffieri recherchait les honneurs et n’était jamais satisfait ; il écrivait inlassablement des lettres demandant des commandes et la reconnaissance de ses qualités d’artiste. En 1892, à sa demande, il se vit confier le « titre de garde de tout ce qui appartient à l’Académie royale relativement à tous morceaux d’art », et cela sans honoraires. Il meurt d’un crachement de sang, quelques mois plus tard.
 
Adresse
Place Colette
75001 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.863102
Longitude : 2.336017
 
Comment s'y rendre
Métro : Palais Royal (lignes 7, 1)
Bus : 39/48/67/95/39/27/68/81/21 arrêt Palais-Royal-Comédie Française
 
Plan

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 1er et découvrir les environs.

Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles portant sur le 1er arrondissement.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Statues diverses.
Par ailleurs, d’autres articles sont disponibles concernant les statues du 1er arrondissement.

Liens externes sur ce sujet
Sources
Wikipedia
Wikiphidias
Photo T. Plumail 2013