Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LES STATUES DE LA PLACE DE LA BOURSE - L'INDUSTRIE
 
 
La statue L'Industrie
 
 
 
Depuis 1852, quatre statues, représentant l’agriculture, le commerce, l’industrie et la justice consulaire, encadrent le Palais Brongniart. Commandées par Eloi Labarre, six ans avant sa mort, les statues n’auraient sans doute pas été du goût d’Alexandre Brongniart.
 


L’Industrie, par James Pradier (1790-1852),
Assise confortablement sur une enclume, appuyée sur des engrenages et portant un marteau sur l’épaule, on trouve autour d’elle une ruche et une coupe contenant des colliers et des perles, signes de récompense de son travail. En regardant plus précisément, on peut voir un coq français laissant la trace de sa patte sur un globe terrestre. Elle est visible devant la façade postérieure (à gauche) du Palais Brongniart.

James Pradier, nom d'usage de Jean-Jacques Pradier, né à Genève le 23 mai 1790 et mort à Paris le 4 juin 1852 est un sculpteur et peintre français d'origine suisse. Jean-Jacques Pradier est le quatrième enfant d'une famille issue de réfugiés originaires du Languedoc. Suivant la mode de l'époque, il adopte le prénom anglophone de « James ». Il entre en 1804 à l'école publique de dessin. Il rejoint en 1807 son frère Charles-Simon Pradier à Paris où il travaille pour François-Frédéric Lemot avant d'être admis dans son atelier à l'École des beaux-arts de Paris, ainsi que dans ceux des peintres Charles Meynier et François Gérard. Il remporte le grand prix de Rome de 1813 en sculpture pour son bas-relief Néoptolème empêche Philoctète de percer Ulysse de ses flèches. Il est nommé professeur de sculpture à l'École des beaux-arts de Paris le 23 janvier 1828, où il remplace François-Frédéric Lemot. C'est Auguste Dumont qui lui succèdera à son décès en 1852. James Pradier a une liaison avec Juliette Drouet dont naît une fille, Claire Gauvain (1826-1846). C'est Juliette Drouet (peu probable) ou son épouse Louise, qui sert de modèle au sculpteur pour la statue allégorique de Strasbourg, située à Paris, place de la Concorde. Cette liaison prend fin dès que Juliette rencontre le prince Demidoff, qu'elle quittera pour Victor Hugo, alors ami de Pradier. Il fait office de père pour la petite Claire le temps de la courte vie de l'enfant, ce qui compromet les rapports entre les deux artistes. Néanmoins, Victor Hugo mène le cortège avec James Pradier lors des obsèques de Claire, morte à 22 ans.

Adresse
Place de la Bourse
75002 PARIS

GPS
Latitude : 48.869103
Longitude : 2.341330

Comment s'y rendre
Métro : Bourse (ligne 3)
Bus : 20/29/39/74/85 arrêt Bourse

Plan


A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 2ème arrondissement et découvrir les environs.

Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 2e arrondissement.
D’autres articles concernant Les statues diverses peuvent vous intéresser.
Par ailleurs, retrouvez d’autres articles sur Les statues du 2e arrondissement.

Liens externes sur ce sujet
https://fr.wikipedia.org/wiki/James_Pradier 

Sources
Divers Internet
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2014
RetRjmd210614à38#SPsO!53160.,