Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LES SCULPTURES ET STATUES DU PALAIS-BOURBON - PROMETHEE
 
 
 
Le bas-relief de Prométhée
Sur les côtés de la façade, en arrière de la colonnade, un bas-relief, commandé en 1837 et réalisé par François Rude (1784-1855) illustre, sur la droite, Prométhée animant les Arts.
 
 
Au centre du relief, Prométhée, personnification de la création, incline sa torche et donne vie aux arts. On remarque, à gauche, l'Architecture dessinant un dôme à l'aide d'un compas et la Sculpture évoquée par un amour sculptant la tête de l'esclave mourant de Michel-Ange et par le Milon de Crotone de Pierre Puget ; à droite, sont figurées la Musique, avec une lyre, et enfin la Peinture représentée par un homme mûr dont les traits semblent ressembler à ceux de Rude lui-même.
 
François Rude, né le 4 janvier 1784 à Dijon, mort le 3 novembre 1855 à Paris, est un sculpteur français, représentatif de la transition entre le néoclassicisme et le romantisme, dont il est un des maîtres. Né à Dijon, 5, rue François-Rude, à proximité de l'actuelle place François-Rude, il est fils de forgeron. Il apprend le dessin dans cette ville avec François Devosge et est soutenu par le conservateur adjoint du musée des beaux-arts de Dijon, mécène et ardent bonapartiste, Louis Frémiet, dont il épousera plus tard la fille, Sophie. En 1809, il s'installe à Paris et devient élève de l'École nationale supérieure des beaux-arts à l'atelier de Pierre Cartellier, obtenant le prix de Rome de 1812 pour son œuvre Aristée déplorant la perte de ses abeilles. Les circonstances politiques contemporaines font qu'il ne pourra jamais bénéficier du séjour à l'Académie de France à Rome de la Villa Médicis afférent au prix. En 1815, après la chute du Premier Empire et la Restauration des Bourbons, il part s'installer à Bruxelles à la création du Royaume uni des Pays-Bas, pour rejoindre sa belle-famille, où il se met au service de l'architecte Charles Vander Straeten et exécute neuf bas-reliefs pour l'un des pavillons palais de Tervuren, aujourd'hui disparu (mais dont subsistent des moulages). Il y épouse l'artiste peintre Sophie Frémiet, avec qui il a un fils, Amédée, mort prématurément en 1830. Avec l'architecte Charles Vander Straeten, il réalise des commandes officielles du roi Guillaume Ier des Pays-Bas en participant à plusieurs travaux de rénovation et de décoration de palais royaux, châteaux et monuments de Bruxelles comme le Théâtre de la Monnaie ou la Bourse de Bruxelles. Il revient ensuite à Paris en 1827 où il passe progressivement du néoclassicisme au romantisme. Après 1827, il produit une statue de la Vierge pour l'église Saint-Gervais de Paris et une statue de Mercure (Paris, musée du Louvre).
 
Adresse
33, Quai d’Orsay
75007 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.
Longitude : 2.
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Assemblée Nationale (ligne 12), Invalides (lignes C, 8, 13),
Bus : 24, 63, 73, 83, 84, 93, 94 arrêt Assemblée nationale
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 7ème arrondissement et découvrir les environs
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 7ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les Statues et Sculptures diverses peuvent vous intéresser.
 
 
Sources
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2016