Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LE MONUMENT A THEOPHILE ROUSSEL
 
 
 
 
Le Monument à Théophile Roussel
Le Monument à Théophile Roussel par Jean Baptiste Champeil date de 1906. Il se trouve au croisement des avenues Denfert-Rochereau et de l’Observatoire.
 
 
Jean-Baptiste Victor Théophile Roussel (28 juillet 1816 à Saint-Chély-d'Apcher, Lozère - 27 septembre 1903, au château d'Orfeuillette à Albaret-Sainte-Marie, Lozère) est un médecin, homme politique et philanthrope français. Fils de Jean-Baptiste Paulin Roussel, docteur en médecine, et de Céline Augustine Gaillardon, il fait les études à l'école des frères. Par tradition familiale, ses parents l'inscrivent au collège Stanislas de Paris, où il entre à l'âge de treize ans. Dès 1841, il réalise une étude biographique sur un Lozérien célèbre : Guillaume de Grimoard (pape en 1362 sous le nom d'Urbain V), ce qui lui vaut l'éloge de l'Académie des inscriptions et belles-lettres ainsi qu'une médaille d'or. La même année, il est reçu interne des hôpitaux de Paris à vingt-quatre ans. C'est à la Salpêtrière puis à l'hôpital Saint-Louis qu'il poursuit avec brio sa thèse de doctorat en médecine et découvre un cas de pellagre propre à l'Italie et à l'Espagne. De 1842 à 1895, il rédige plusieurs ouvrages à la suite de ses recherches médicales et a pour ami Claude Bernard. Il entreprend un voyage d'études dans le Sud-Ouest, à Toulouse et en Espagne, pour mieux comprendre ce terrible fléau qu'est la pellagre. De retour en Lozère, Théophile Roussel est élu député à trente-trois ans ; il épouse à Saint-Chély d'Apcher, Élisa d'Estrehan. Le couple s'installe à Orfeuillette ; Théophile transforme sa propriété en magnifique château. Ils ont une fille prénommée Jeanne. Théophile Roussel exerce la profession de médecin de campagne tout en continuant ses recherches sur la pellagre. Il est successivement conseiller général et président du conseil général de la Lozère. En 1860, il a une importante activité parlementaire : député de la Lozère, il fait adopter une loi en 1873 contre l'alcoolisme. Président de la société protectrice de l'enfance, il fait voter la loi dite « Roussel » de protection de l'enfance, adoptée en 1874 ; il est également promoteur de la loi de 1889 sur la déchéance paternelle. Jusqu'à sa mort il fut un homme du consensus prêt à accueillir toutes les voix pour faire passer les textes de protection de l'enfance qu'il ne cessa de proposer. Il est élu sénateur sous Mac-Mahon et sera reconduit par deux fois dans ce mandat (1879-1897). Il entre à l'académie de médecine en 1872 et à l'Académie des sciences morales et politiques en 1891. Il meurt dans son château d'Orfeuillette à l'âge de quatre-vingt-sept ans. Il lègue à sa ville natale sa maison paternelle, devenue mairie, sa bibliothèque de cinq mille volumes et une somme importante permettant l'édification de l'Hôpital-Hospice Théophile-Roussel.
 
Jean-Baptiste Antoine Champeil (Paris, 18 février 1866 - Alençon, 11 octobre 1913), d'une famille de Pierrefort en Haute-Auvergne est un sculpteur français. Sculpteur académique, il réalisa plusieurs monuments commémoratifs et des sculptures à sujet allégorique. Champeil naît dans le 19e arrondissement de Paris. Il entreprend des études artistiques à l'École nationale supérieure des beaux-arts où il est l'élève de Charles Gauthier et de Jules Thomas. En 1893, il obtient une mention d'honneur au Salon des artistes français, puis en 1894, un second Prix de Rome en sculpture. En 1896, il présente « Mucius Scaevola devant Porsenna, pose la main dans un brasier », un groupe sculpté avec lequel il obtient une médaille de bronze au Salon de Paris et un premier Prix de Rome, il sera d'ailleurs le premier artiste pensionnaire permanent de la Villa Médicis durant une année. Au cours de son séjour à Rome, il sculpte « La Muse exilée », exposée au Salon de Paris en 1899 et conservée aujourd'hui au musée des Beaux-Arts de Nemours. Par la suite, il sera encore lauréat de nombreuses médailles, à l'Exposition Universelle de Paris de 1900 (médaille d'argent), au Salon de Paris en 1901, au Salon des Artistes français en 1902. En 1906, il est fait chevalier de la Légion d'honneur. Il décède en 1913, âgé seulement de 47 ans.
 
Adresse
Avenue de l’Observatoire/Avenue Denfert-Rochereau
750014 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.838451
Longitude : 2.336485
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Port-Royal (ligne B)
Bus : 38, arrêt Port-Royal-Observatoire
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 14ème arrondissement et découvrir les environs.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 14ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les statues diverses peuvent vous intéresser.
Retrouvez d’autres Statues du 14ème arrondissement.
 
 
Sources
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2014