Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LES STATUES DU CONSEIL D'ETAT - APOLLON
 
 
 
 
La statue d'Apollon
La statue « Apollon » fait partie d’un groupe de huit statues placées au sommet des avant-corps du bâtiment abritant le Conseil d’Etat, qui surplombe la cour d’Honneur des Jardin du Palais-Royal. Elle est l’œuvre d’Augustin Pajou (1730-1809). C’est la quatrième statue en partant de la gauche. Apollon se maintient debout une lyre, l’un de ses attributs habituels.
 
 
Augustin Pajou, né le 19 septembre1730 à Paris, mort dans cette même ville le 8mai1809, est un sculpteurnéoclassique français. Fils d'un sculpteur-menuisier, Augustin Pajou grandit à Paris, dans le Faubourg Saint-Antoine. Élève du sculpteur Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778), il est lauréat du Prix de Rome en sculpture de 1748. Le roi lui offre son aide financière lorsqu'il étudie à l'Académie de France à Rome. Il eut deux enfants : Flore Catherine Pajou, qui épousa le sculpteur Clodion, et Jacques Augustin Catherine Pajou (1766-1828) qui fut peintre d'histoire et de portraits. Nommé professeur de l'Académie royale de peinture et de sculpture à Paris le 7 décembre1760, il est promu recteur le 6 décembre1766, confirmé le 30novembre1794. Il succède à Jean-Marc Nattier et sera remplacé par Jean-Guillaume Moitte en 1809. Comme son ami Charles de Wailly dont il orna la maison de la rue de la Pépinière (actuel 49, rue de la Boétie), il fut protégé par le marquis de Voyer, Marc-René de Voyer de Paulmy d'Argenson. Il œuvra ainsi en 1768-1769 au relief de la grange-écurie du château des Ormes figurant Cybèle recevant toutes les productions de la Terre, transporté par voie d'eau depuis Paris. Pajou participa parallèlement à la décoration de l'hôtel du marquis, dit hôtel d'Argenson ou Chancellerie d'Orléans. Suivant les conseils du grand anticomane Julien-David Leroy, promoteur du goût à la grecque, il réalisa les superbes cariatides en bronze et or de la salle à manger de l'hôtel. Pajou œuvra enfin au troisième grand chantier du marquis de Voyer et de son ami De Wailly : la décoration du corps central du château des Ormes entre 1768 et 1773 au moins, date du dernier contact attesté avec le marquis. Comme De Wailly et Voyer, Pajou fut franc-maçon, faisant partie de la loge des Neuf Sœurs.
 
Apollon (en grec ancien Ἀπόλλων / Apóllôn, en latinApollo) est le dieu grec du chant, de la musique, de la beauté masculine et de la poésie. Il est également dieu des purifications et de la guérison, mais peut apporter la peste par son arc ; enfin, c'est l'un des principaux dieux capables de divination, consulté, entre autres, à Delphes, où il rendait ses oracles par la Pythie. Il a aussi été honoré par les Romains, qui l'ont adopté très rapidement sans changer son nom. Dès le Ve siècle av. J.-C., ils l'adoptèrent pour ses pouvoirs guérisseurs et lui élevèrent des temples. Il est fréquemment représenté avec son arc et ses flèches, ou encore avec une cithare, voire une lyre : on le qualifie alors de « citharède ». Il est également appelé « musagète ». Le surnom de « Loxias », « l'Oblique », lui est attribué à cause de l'ambiguïté de ses oracles. Apollon devient au Moyen Âge puis à l'époque moderne un dieu solaire, patron de la musique et des arts. Au XIXe siècle, et en particulier dans La Naissance de la tragédie de Friedrich Nietzsche, il symbolise la raison, la clarté et l'ordre, considérés comme caractéristiques de l'« esprit grec », par opposition à la démesure et à l'enthousiasme dionysiaques. Ainsi, on a pu écrire de lui qu'il est « le plus grec de tous les dieux » et qu'« aucun autre dieu n'a joué un rôle comparable dans le développement du mode de vie grec ». Il reste l'un des dieux auquel l'on a élevé le plus de temples et consacré le plus de cultes.
 
Adresse
Cour d’honneur du Jardin du Palais Royal
75001 Paris
 
GPS
Latitude : 48.863322
Longitude : 2.336951
 
Comment s'y rendre
Métro : Palais-Royal (ligne 1-7)
Bus : 21 27 29 39 48 67 68 81 95 Palais-Royal-Musée du Louvre
 
Plan
 
A voir dans les environs
Si vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utilise nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 1er et découvrir les environs.
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 1er arrondissement.
D’autres articles concernant Les statues diverses peuvent vous intéresser.
Des articles se rapportant aux Statues du 1er arrondissement sont également disponibles.
Par ailleurs consultez l’article : Promenons-nous autour du Palais-Royal.
 
 
Sources
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2016