Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.
 
 

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LES STATUES DE LA CHAPELLE SAINT-LOUIS DE LA SALPETRIERE - LA STATUE DE SIMON
 
 
La statue de Simon
 
 
 
La statue de l’apôtre Simon se trouve dans la Chapelle Saint-Louis de la Salpetrière, au sein de l’hôpital éponyme.
 
 
Simon le Zélote, ou saint Simon le Cananéen (de l’hébreu שִׁמְעוֹן Shiemone), est un Juif du Ier siècle et l'un des douze apôtres de Jésus-Christ. Dans les traditions orientales, c'est un des quatre frères de Jésus. Simon est mentionné dans les listes des douze apôtres figurant dans les trois évangiles synoptiques (Mc 3, 18 ; Mt 10, 4 ; Lc 6, 15) et les Actes des Apôtres (Ac I, 13). Il figure aussi dans plusieurs sources chrétiennes occidentales, mais ne fait pas partie des Hommes illustres auxquels saint Jérôme consacre une notice. On le rencontre beaucoup plus souvent dans les sources chrétiennes orientales — écrites notamment en syriaque — Son surnom, « le Zélote », associé au discours de Jésus tel que transcrit par les évangiles, conduit certains historiens à penser que Simon était un membre du groupe zélote ou un ancien membre qu'il aurait quitté pour rallier le mouvement de Jésus. Toutefois, la question de savoir s'il appartenait au mouvement zélote est débattue chez les historiens. Pour Gérard Nahon, l'apôtre Simon était un Zélote et Jésus, crucifié entre deux « brigands », a peut-être été « considéré comme zélote par Pilate, qui venait de faire exécuter des Galiléens (évangile selon Luc, XIII, 1). » André Paul estime que « comme d'autres apôtres du Christ, ce Simon devait être un ancien zélote. » Toutefois pour Simon Claude Mimouni, l'appellation « Simon le Zélote » ne renvoie pas au groupe de Judas le Galiléen, mais signifie simplement « Simon le Zélé ». Pour lui, le groupe des Zélotes n'existe pas à l'époque de Jésus, mais son mouvement a toutefois pu relever « d'un de ces mouvements d'opposition de la société installés tant en Galilée qu'à Jérusalem — c'est en tout cas ainsi qu'il a été compris par certains de ses disciples, et notamment par ses frères dont le premier d'entre eux est Jacques — Autrement dit Jésus a très bien pu être l'un de ces révoltés qui ont été si nombreux à son époque. » Dans les évangiles attribués à Marc et à Matthieu on trouve Simon Kananaios (« Cananéen »), probablement la translittération de la tournure hébraïque qannaim, venant du verbe qana, « être jaloux » et signifiant aussi « zélote »1. Pour André Paul, l'auteur de l'évangile attribué à Marc ayant écrit au moment du triomphe de Titus et de Vespasien consécutif à la prise de Jérusalem (v. 71) a conservé la forme hébraïque dans ce texte pourtant écrit en Grec. Kananaios était ainsi incompréhensible par les lecteurs grecs du texte, pour ne pas présenter « un rebelle, comme appartenant au groupe des disciples de Jésus, précaution qu'inspirait à l'auteur le contexte politique de la Rome contemporaine » Une quinzaine d'années plus tard, l'auteur de l'évangile attribué à Luc devait s'affranchir plus facilement de cette contrainte dans la région où il publia son texte. Selon la tradition chrétienne après avoir évangélisé l'Égypte et les Berbères, Simon aurait rejoint l'apôtre Jude de l'autre côté de l'Euphrate pour prêcher « en Perse », ce qui à l'époque correspond à l'empire Parthe. De très nombreuses sources chrétiennes convergent pour parler de cette prédication dans l'espace parthe et au sud de l'Arménie. Simon serait mort découpé à la scie. Dans son Histoire d'Arménie, Moïse de Khorène rapporte une tradition selon laquelle il serait mort à Weriosphora dans le royaume d'Ibérie (Caucase), tout en précisant qu'il n'est pas sûr de cette information.
 
Adresse  
47, boulevard de l’Hôpital
75013 PARIS
 
GPS  
Latitude : 48.838606
Longitude : 2.360810
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Gare d’Austerlitz (lignes 5/10)
Bus : 24/57/61/63/89/91 arrêt Gare d’Austerlitz
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 13ème et découvrir les environs.
 
Liens
Vous souhaitez consulter d'autres articles portant sur le 13ème arrondissement
Cette article concerne également la catégorie Statues et sculptures diverses.
Retrouvez d’autres articles concernant Les Statues du 13ème arrondissement.
 
Sources
Wikipedia
Photo R. Desenclos 2011