LES STATUES DE L'EGLISE DE LA TRINITE - LA STATUE DE SAINT-BONAVENTURE
 
 
La statue de Saint-Bonaventure
 
 
 
La statue de Saint-Bonaventure (1221-1274) se trouve sur la façade de l’Eglise de la Trinité. C’est l’œuvre d’Amédée Doublemard (1826-1900).
 
 
Saint Bonaventure, né en Toscane, reçut au baptême le nom de Jean. À l’âge de quatre ans, il fut attaqué d’une maladie si dangereuse, que les médecins désespérèrent de sa vie. Sa mère alla se jeter aux pieds de saint François d’Assise, le conjurant d’intercéder auprès de Dieu pour un enfant qui lui était si cher. Le Saint, touché de compassion, se mit en prière, et le malade se trouva parfaitement guéri. Par reconnaissance, Jean entra dans l’Ordre fondé par saint François, et en devint l’ornement et la gloire. Le saint patriarche, près de finir sa course mortelle, lui prédit toutes les grâces dont la miséricorde divine le comblerait, et s’écria tout à coup, dans un ravissement prophétique : "O buona ventura ! O la bonne aventure !" De là vint le nom de Bonaventure qui fut donné à notre Saint. Bonaventure fut envoyé à l’Université de Paris, où il devait lier avec saint Thomas une amitié qui sembla faire revivre celle de saint Grégoire de Nazianze et de saint Basile. Tous deux couraient plus qu’ils ne marchaient dans la carrière des sciences et de la vertu, et, d’étudiants de génie, ils parvinrent en peu de temps à la gloire des plus savants professeurs et des docteurs les plus illustres. Les études de Bonaventure n’étaient que la prolongation de sa fervente oraison. Saint Thomas d’Aquin vint un jour le visiter et lui demanda dans quels livres il puisait cette profonde doctrine qu’on admirait en lui. Bonaventure lui montra quelques volumes : mais, son ami faisant l’incrédule, il finit par montrer un crucifix qui était sur sa table, et lui dit : "Voilà l’unique source de ma doctrine ; c’est dans ces plaies sacrées que je puise mes lumières !" Élu général de son Ordre malgré ses larmes, il continua ses travaux ; mais, de tous, celui qui lui fut le plus cher fut la Vie de saint François d’Assise, qu’il écrivit avec une plume trempée dans l’amour divin, après avoir visité tous les lieux où avait passé son bienheureux père. Saint Thomas vint un jour lui rendre visite, et, à travers sa porte entrouverte, l’aperçut ravi, hors de lui-même et élevé de terre, pendant qu’il travaillait à la vie du saint fondateur ; il se retira avec respect, en disant : "Laissons un Saint faire la vie d’un Saint." Bonaventure n’avait que trente-cinq ans quand il fut élu général des Franciscains, et il avait à peu près cinquante-et-un ans quand le pape Grégoire X le nomma cardinal-évêque d’Albano. Les envoyés du Pape le trouvèrent, lui, général de l’Ordre, occupé, avec plusieurs frères, à laver la vaisselle. Ce grand Saint mourut deux ans après.
 
Amédée Doublemard, né le 8 janvier 1826 à Flavigny-le-Grand-et-Beaurain (Aisne) et mort le 20 juillet 1900 à Paris, est un sculpteur français. Amédée Doublemard est issu d'un milieu modeste, son père était garde champêtre. Il entre à l'École des beaux-arts de Paris en 1842 dans l'atelier de Francisque Duret. Il remporte en 1854 le deuxième grand prix de sculpture pour son œuvre, Hector et son fils Astyanax. Il obtient le prix de Rome en sculpture de 1855 avec son bas-relief Piété filiale de Cléobis et Biton. Partant l'année suivante pour Villa Médicis, il réside trois ans à Rome. Il débute au Salon de 1844 où il expose un Buste d'homme. il participe régulièrement aux Salons jusqu’en 1898. Doublemard reçoit une médaille de troisième classe en 1863 et une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1889. Il est décoré de la Légion d'honneur en 1877. Apprécié pour ses qualités de portraitiste, il exécute, dès son retour à Paris, des bustes de personnalités politiques et artistiques de la société française de la seconde moitié du XIXe siècle. Il travaille pour le théâtre de la Gaîté et pour l'église de la Trinité à Paris. Il réalise des monuments à la mémoire du maréchal Sérurier à Laon, Simón Bolívar à Guayaquil (Équateur), Camille Desmoulins à Guise, Béranger à Paris, l'amiral Hamelin, Odilon Barrot, Octave Feuillet, Régnard. Une de ses œuvres les plus connues est le Monument au maréchal Moncey, érigé sur la place de Clichy à Paris. Il est nommé Rosati d'honneur en 1893. Il lègue à l'Institut un capital permettant d’aider les élèves sculpteurs à se préparer au concours du prix de Rome.
 
Adresse
Place Estienne d’Orves
75009 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.877037
Longitude : 2.331503
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Trinité (ligne 12)
Bus : 26/32/43/68/81 arrêt Trinité
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 9ème et découvrir les environs.
 
Liens
Vous souhaitez consulter d'autres articles portant sur le 9ème arrondissement.
Cette article concerne également la catégories Statues et sculptures diverses.
Retrouvez d’autres articles dans la catégorie Les statues du 9ème arrondissement.
 
Liens externes sur ce sujet
 
Sources
Wikipedia
Photo Richard Desenclos 2017