Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LES STATUES DU PALAIS DE JUSTICE - LE BUSTE DE JEAN-ETIENNE-MARIE PORTALIS
 
Le buste de Jean-Marie Portalis
 
 
 
Le buste de Jean-Etienne Marie Portalis (1746-1807), par Barthélémy Frison (1816-1877) se trouve dans la Galerie des Bustes de la Cour de Cassation, au Palais de Justice.
 
 
Jean-Étienne-Marie Portalis fut ministre des cultes, académicien, avocat à Aix et député au corps législatif. Il fut membre de la commission de rédaction du code civil.
 
Jean-Étienne-Marie Portalis, né le 1er avril 1746 au Beausset (Var) et mort à Paris le 25 août 1807, est un avocat, homme d'État, jurisconsulte, philosophe du Droit français, membre de l’Académie française et Grand aigle de la Légion d'honneur (1805). Il est connu pour avoir été l'un des rédacteurs du Code civil. Issu d'une vieille famille bourgeoise, fils de notaire, Portalis étudia chez les oratoriens de Toulon puis de Marseille, et suivit les cours de l’École de droit d'Aix-en-Provence. En même temps il débutait dans les lettres par un essai intitulé Observations sur l'ouvrage intitulé Émile ou de l'éducation (1763), et par une brochure qui fit quelque bruit dans sa province : Des préjugés. Reçu avocat en 1765 (il n'a alors que 19 ans), il débuta avec succès au barreau d'Aix, il ne tarde pas à s'imposer parmi les tout premiers jurisconsultes de Provence. Il se forgea très vite une réputation, exerçant ses talents dans plusieurs procès retentissants comme celui contre Beaumarchais (auteur du Mariage de Figaro) ou celui de Mirabeau. Son modèle intellectuel est d'Aguesseau. Portalis se fit surtout remarquer, dans les discussions, par la simplicité qu'il apportait à ses plaidoiries : c'était rompre avec les traditions, les vieux avocats blâmèrent le ton du débutant, qui riposta, dit-on, avec vivacité : « C'est le barreau qui a besoin de changer d'allure, et non pas moi ! ». La science juridique de Portalis se révéla pour la première fois dans un écrit intitulé : Sur la distinction des deux puissances, écrit composé à l'occasion d'une lutte engagée par le clergé contre le parlement d'Aix : l'auteur fut l'objet de violentes attaques, mais se défendit à son honneur. Une consultation qu'il publia en 1770, à la demande de M. de Choiseul, sur la validité des mariages des protestants en France, lui valut des éloges de Voltaire, et le désigna bientôt pour les fonctions d'assesseur d'Aix. Député aux États de Provence, il y tient un rang distingué. Il retrouva, sa mission expirée, de brillants succès au barreau, et se vit confier plusieurs affaires qui eurent un grand retentissement. Il s'illustra à l'occasion d'un procès intenté contre Beaumarchais. Mais sa première vraie célébrité lui vint de sa défense de la cause de la comtesse de Mirabeau, plaidant en séparation de corps contre son mari, le célèbre comte de Mirabeau, qui se défendit lui-même. En cette année 1783 on parlera de ce procès jusqu'à Paris, il lui vaudra une rancune à vie de la part du Comte de Mirabeau, défait. Il sera initié franc-maçon puis rejoindra la loge les Arts et l'Amitié à l'Orient d'Aix-en-Provence dont il sera successivement orateur puis vénérable. En 1787, Portalis devint le second des quatre administrateurs électifs de la province de Provence, connus sous le nom de procureurs du pays. L'année suivante, il rédigea, au nom de l'ordre des avocats du parlement d'Aix, une Lettre au garde des sceaux contre les tentatives de l'archevêque de Sens, Loménie de Brienne, pour amener un changement dans la constitution du royaume et le rétablissement des états de Provence. Cette lettre fut bientôt suivie d'un autre écrit sur le même sujet, intitulé : Examen impartial des édits du 8 mai 1788.
 
Barthélémy Frison est un sculpteur français (né à Tournai (Belgique) le 21 septembre 1816, décédé à Paris le 3 mai 1877), Frison suit l’enseignement de Jules Ramey et d'Augustin Dumont. Il entre à l’Ecole des Beaux-arts en 1842 et expose pour la première fois au Salon de 1857. Il intervient à l’Hôtel de Ville de Paris (Le comte de Chabrol), au Palais du Louvre (Vénus genitrix), à l’Opéra de Paris (La Prudence). Il travaille aussi pour les églises de Saint Eustache (Jésus quittant la maison de sa mère) et de la Trinité (Saint Thomas). Il remporte une médaille de troisième classe au Salon de 1851, une mention honorable à l’Exposition universelle de 1855, une médaille de deuxième classe au Salon de 1863. Il devient français en 1848.
 
Adresse
Boulevard du Palais
75001 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.855788
Longitude : 2.345096
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro/ : Cité (ligne 4)
Bus : 21/38/85/96 arrêt Palais de Justice
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 1er et découvrir les environs.
 
Liens
Vous souhaitez être informés sur d'autres sites du 1er arrondissement.
Vous désirez en savoir plus sur Les statues et sculptures diverses.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les statues du 1er arrondissement.
 
Liens externes sur ce sujet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_de_justice_de_Paris
https://www.courdecassation.fr/cour_cassation_1/visite_cour_11/premier_etage_14/galerie_bustes_78.html