Aide à la recherche / Statues de l'Hôtel-de-Ville

LES STATUES DE L’HÔTEL-DE-VILLE
Statues de l'Hôtel-de-Ville  
 
 
Cet article est une forme d'aide à la recherche. Les articles concernant les statues de l’Hôtel-de-Ville sont classés par ordre alphabétique.
 

Lire la suite : STATUES DE L'HOTEL-DE-VILLE

LES STATUES DE L'HÔTEL-DE-VILLE - LA STATUE D'ALEXANDRE LENOIR
 
 
La statue d'Alexandre Lenoir
 
La statue d’Alexandre Lenoir (1761-1839) par Alfred-Charles Lenoir (1850-1920) se trouve sur la façade sud de l’Hôtel-de-Ville au premier niveau.
 
 
Marie Alexandre Lenoir, né le 27 décembre 1761 à Paris où il est mort le 11 juin 1839, est un médiéviste français, conservateur de musée, connu pour avoir créé et administré le Musée des monuments français. Il fut le premier maître d'Honoré Daumier. Élève au collège des Quatre-Nations chez les pères de l'Oratoire, Alexandre Lenoir intègre en 1778 l'Académie royale de peinture et de sculpture et fait son apprentissage auprès du peintre Gabriel-François Doyen. Il abandonne rapidement cette carrière et s'essaye à l'écriture. Au début de la Révolution française, on décide la réunion, pour éviter leur dispersion et leur destruction, de tous les objets d'art des biens nationaux confisqués aux différentes maisons religieuses, afin qu'ils soient entreposés dans un même lieu. L'Assemblée constituante nomme Alexandre Lenoir, grâce au soutien de Jean Sylvain Bailly, gardien du dépôt des Petits-Augustins (1791-1795), et l'installe dans le « ci-devant » couvent des Petits-Augustins. Le 1er août 1793, la Convention décrète la destruction des tombeaux des « ci-devant rois » de la basilique Saint-Denis. Alexandre Lenoir est le témoin de la destruction des tombes royales, des ossements jetés dans une fosse. Il se bat contre le vandalisme révolutionnaire sur les objets d'art mais parvient à sauver du saccage les statues et les gisants qu'il fait entreposer au couvent des Petits-Augustins. Il est dépositaire d'une série de reliques royales (notamment l'omoplate d’Hugues Capet, un fémur de Charles V, les côtes de Philippe le Bel et de Louis XII, la mâchoire inférieure de Catherine de Médicis, les tibias du cardinal de Retz ou de Charles VI, qui seront rapportées un siècle plus tard dans le caveau des Bourbon de la basilique Saint-Denis). En 1795, le Musée des monuments français, dont il est nommé administrateur et le reste jusqu'à sa disparition, ouvre ses portes au public. Ce musée propose un parcours chronologique de salles dédiées à chaque période, et le musée a une influence durable, bien que Lenoir y ait mis en scène et reconstitué des monuments sans aucune garantie scientifique. Le mouvement romantique en est particulièrement imprégné (Victor Hugo au premier chef: adolescent, il habitait non loin du musée), et son empreinte sur l'historiographie est prégnante. Le musée est démantelé en 1815, et les lieux dévolus à la nouvelle École des beaux-arts. En 1816, Louis XVIII charge Alexandre Lenoir de replacer les dépouilles royales, et le nomme administrateur des tombeaux de la basilique Saint-Denis. Il décède en 1839, profondément meurtri par la disparition de “son” musée. Écrivain prolixe, il laisse derrière lui plus d'une centaine d'œuvres de toute nature (essais, rapports, catalogues, théâtre…). Alexandre Lenoir était l'aîné des huit enfants de Catherine Louise Adam († 1790) et d'Alexandre Lenoir père (1723-1802), bonnetier du roi dont la boutique est sise rue Saint-Honoré près du palais des Tuileries. Son père avait épousé en premières noces Marie Charlotte Mouton qui lui a donné quatre autres frères et sœurs. Le 7 février 1794, Alexandre Lenoir avait épousé Adélaïde Binart, peintre, élève comme lui de Doyen. Ils ont eu trois enfants, Zélia (1795-1813), Albert (1801-1891, architecte d'histoire, fondateur du Musée du Moyen Âge et père d'Alfred Lenoir) et Clodomir (1804-1887, peintre d'histoire).
 
Charles Alfred Lenoir, né le 12 mai 1850 à Paris, où il est mort le 27 juillet 1920, est un sculpteur français. Alfred Lenoir fréquente l'École impériale et spéciale des beaux-arts, dont il sort diplômé en 1869 et couronné du Prix d'expression (Concours de la tête d'expression en sculpture). Il reçoit aux Beaux-arts l'enseignement de Jules Cavelier et d'Eugène Guillaume. On sait par les Goncourt qu'il obtint le second prix au concours de Rome, et que, découragé, il alla passer néanmoins huit mois en Italie à ses frais. Alfred Lenoir expose au Salon à partir de 1874. Il obtient une médaille de deuxième classe à l'Exposition universelle de 1878. En 1889 et 1900, c'est la médaille d'or qu'il obtient aux Expositions universelles de Paris. Favori des commandes publiques, il réalise plusieurs statues allégoriques de la République, des statues pour le Palais de justice du Havre et pour l'Hôtel de ville de Paris (dont celle de son aïeul Alexandre Lenoir), de la statue d'Hector Berlioz, puis de Paul Bert, du maréchal Canrobert (Saint-Céré), de Victor Duruy (Villeneuve-Saint-Georges), ainsi qu'une France de Charlemagne pour le pont Alexandre-III. En 1908, Alfred Lenoir est nommé inspecteur général de l'enseignement du dessin. En 1910, Alfred Lenoir fait paraître un ouvrage intitulé Anthologie d'art, sculpture, peinture : Orient, Grèce, Rome, moyen âge, Renaissance, XVIIe et XVIIIe siècles, époque contemporaine. Le peintre Albert Besnard, son ami d'enfance, en fit le portrait, ainsi que celui de son épouse avec ses deux filles. Alfred Lenoir est le fils de l'architecte et archéologue Albert Lenoir (1801-1891), fondateur du musée de Cluny, secrétaire général des Beaux-Arts. Il est également le petit-fils d’Adélaïde Binart, peintre, et de l'archéologue Alexandre Lenoir (1761-1839), fondateur du musée des monuments français, administrateur des monuments royaux de Saint-Denis. Membre de la Société nationale des beaux-arts, de la Société des amis des monuments parisiens, ainsi que de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, Alfred Lenoir était officier dans l'ordre de la Légion d'honneur. Il repose au cimetière du Montparnasse, dans la 2e division, aux côtés d'Alexandre Lenoir et de son fils, André Lenoir (1880-1939), qu'il a eu de son union avec Jenny Desrues.
 
Adresse
Place de l'Hôtel-de-Ville
75004 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.856505
Longitude : 2.352404
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Hôtel-de-Ville (lignes 1, 11)
Bus : 38/47/67/69/72/74/75/76/96 arrêt Hôtel-de-Ville
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 4ème et découvrir les environs
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d'autres articles portant sur le 4ème arrondissement.
Cet article est lié à la catégorie Les statues de l'Hôtel de Ville, mais aussi à celle des Statues du 4ème arrondissement.
 
 
Sources
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2013