Aide à la recherche / Statues de l'Opéra

LES STATUES DE L’OPERA

Les statues de l'Opéra de Paris

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et médaillons de l’Opéra-Garnier sont classés par ordre alphabétique.

Lire la suite : STATUES DE L'OPERA

LES STATUES DE L'OPERA - LE BUSTE DE BERTON

 
Le buste de Berton
 
 
Le buste d’Henri-Montan Berton (1767-1844) orne la façade nord-ouest de l’Opéra Garnier. Commandé par Charles Garnier, il est l’œuvre de Louis-Emile Durandelle (1839-1917).
 
 
Henri-Montan Berton, né le 17 septembre 1767 à Paris où il est mort le 22 avril 1844, est un violoniste et compositeur français. Deuxième rejeton d’une dynastie de compositeurs qui jeta quelque éclat sur la musique française pendant près d’un siècle, Henri-Montan Berton éclipsa la renommée paternelle de Pierre-Montan Berton. De bonne heure, il apprit la pratique de l’art dans lequel il devait s’illustrer, et ses progrès furent si rapides qu’en 1782, à quinze ans, il fut jugé digne d’être admis parmi les violons de la scène lyrique parisienne. Rey d’abord, et Sacchini ensuite lui enseignèrent la composition. Il reçut de ces maîtres l’éducation musicale alors en vigueur et qui se composait beaucoup plus de procédés que de notions théoriques. Mais il y a des professeurs qui valent mieux que leurs leçons, et Sacchini fut un guide utile pour Berton qui se destinait à la musique théâtrale. L'influence de Paisiello ne fut pas non plus étrangère au développement artistique de Berton qui s'était pris d'une vive admiration pour une des plus jolies partitions de ce maitre, la Frascatana. Pressé de se produire et d’ailleurs encouragé par Sacchini, Berton, à l’âge de dix-neuf ans, fit entendre ses premiers ouvrages (1780). C’étaient des oratorios ou cantates. L’année suivante (1787), il débuta à la Comédie-Italienne par un opéra-comique, les Promesses de mariage. Cet essai, favorablement accueilli par le public, était d’un heureux augure. Le compositeur soutint la bonne opinion que son début avait donnée de lui en faisant représenter successivement la Dame invisible ou l’Amant à l’épreuve en 1787, Cora et les Brouilleries en 1789, les Deux Sentinelles en 1790, et enfin les Rigueurs du cloître (1790), la première œuvre qu’il ait fortement empreinte de son individualité. Le trait distinctif du talent de Berton était le sens de la scène, qualité qui se remarquait surtout dans les opéras qu’il a écrits entre les années 1799 et 1803, notamment dans Montano et Stéphanie et Le Délire qui sont ses deux principales compositions. Ponce de Léon, opéra bouffon en trois actes dont il fit les paroles et la musique, et qui fut représenté aux Italiens le 4 mars 1797, était déjà un ouvrage de mérite, mais il fallait un violent mélodrame pour donner l’essor aux facultés scéniques de Berton.
 
Adresse
Place de l'Opéra
75009 PARIS

GPS
Latitude : 48.871351
Longitude : 2.332002
 
Plan

Comment s'y rendre
Métro : Opéra (lignes 7,8, 9)
Bus : 20, 21, 22, 27, 29, 42, 52, 53, 66, 68, 81, 95 arrêt Opéra

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 9ème et découvrir les environs
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d'autres articles sur le 9ème arrondissement.
Vous avez accès aux articles portant sur les Statues du 9ème arrondissement.
Cet article est lié à la catégorie Les Statues de l'Opéra-Garnier.

Sources
Wikipedia
Divers Internet
Photo R. Desenclos 2013