Aide à la recherche / Statues de l'Opéra

LES STATUES DE L’OPERA

Les statues de l'Opéra de Paris

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et médaillons de l’Opéra-Garnier sont classés par ordre alphabétique.

Lire la suite : STATUES DE L'OPERA

LES STATUES DE L'OPERA - LE MEDAILLON DE PERGOLESE
 
 
Le médaillon de Pergolèse
Le médaillon de Jean-Baptiste Pergolèse (1710-1736) orne la façade de l’Opéra Garnier. Commandé par Charles Garnier, il est l’œuvre de Charles Gumery.
Jean-Baptiste Pergolèse (Giovanni Battista Draghi dit Pergolesi en italien), né le 4 janvier 1710 à Jesi, dans la province d’Ancône, dans les Marches et mort le 17 mars 1736 à Pouzzoles près de Naples est un compositeur italien du XVIIIe siècle. Son nom lui vient de la ville de Pergola, d’où sa famille était originaire. Enfant très doué, il est envoyé dès l’âge de douze ans au célèbre Conservatoire dei Poveri di Gesù Cristo à Naples où il est l’élève de professeurs réputés et exigeants dont Francesco Durante. Il y reçoit une solide formation musicale centrée sur l’apprentissage de la beauté et des difficultés de l’opéra napolitain et de la polyphonie religieuse.Son chef d'œuvre de fin d'étude au conservatoire, La conversione e morte di San Guglielmo d'Acquittana, donnée en 1731, le rend célèbre. Sa jeune renommée lui fait recevoir immédiatement la commande de son premier opéra pour la saison du Theatro San Bartolomeo qui commence alors : Salustia. Il est joué en hiver de la même année et connaît un grand succès. Il en va de même l’année suivante pour son Frate ’innamorato (Le Frère amoureux). En 1732, il devient maître de chapelle du prince Ferdinando Colonna Stigliano, écuyer du vice-roi de Naples.Pergolèse écrit aussi des œuvres religieuses. Il compose ainsi, pour la ville de Naples qui vient d’être victime d’un violent séisme en 1732, sa grande Messe solennelle à dix voix, pour double chœur, deux orchestres et deux orgues ; ainsi que des Vêpres solennelles à cinq voix. Ces allers et retours entre la musique profane et la musique sacrée sont alors fréquents pour les compositeurs de l’époque ; les compositeurs italiens font en effet jouer leurs œuvres profanes et religieuses pour un même public et avec le soutien des mêmes mécènes ; ils adaptent ainsi régulièrement leurs œuvres profanes en œuvres religieuse ou l’inverse, ce qui crée une proximité entre elles. Le jeune compositeur compose ensuite plusieurs opéras et autant d’intermezzi. En effet, ces intermèdes dans le goût napolitain sont de petites farces fort en vogue jouées pendant les entractes des operas serias pour distraire le public. Il fait jouer ainsi en 1733 La serva padrona Intermezzo per musica (La Servante maîtresse), pendant les entractes de son opéra principal, Il Prigionier superbo. Cet intermède deviendra une œuvre autonome qui connaîtra un succès exceptionnel tout comme Livietta e Tracollo, joué en 1734, qui connaît également une carrière indépendante de son opéra principal. En 1735, la santé du jeune musicien commence à décliner, et l’oblige à se retirer au début de l’année suivante au monastère des Capucins de Pozzuoli, près de Naples. Il écrit pour les bons Pères Coi Cappuccini di Pozzuoli, et c’est vraisemblablement dans leur monastère que Pergolèse compose son Salve Regina et son célèbre Stabat Mater qui lui avait été commandé par son mécène, le duc de Maddaloni. Atteint de la tuberculose, Pergolèse meurt en 1736, à l’âge de 26 ans.
 
Charles Gumery, né le 14 juin 1827, mort le 19 janvier 1871, est un sculpteur français. Né dans le quartier de Vaugirard à Paris, Charles Gumery grandit dans le village de Passy, aujourd'hui inclus dans le 16e arrondissement, où son père, Nicolas, est maître d'école. Élève d'Armand Toussaint, il obtient le prix de Rome de sculpture en 1850 et est pensionnaire à la Villa Médicis. Il devint l'un des sculpteurs les plus réputés du Second Empire. Il enseigne à l'École des beaux-arts de Paris. Plusieurs de ses œuvres ornent l'Opéra Garnier. Il a réalisé les 2 médaillons en bronze qui ornent la stèle de la sépulture d'André-Marie Ampère et de son fils Jean-Jacques, au cimetière Montmartre à Paris, ainsi que le médaillon qui orne la sépulture de son maître Armand Toussaint au Cimetière Montmartre. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 29 juin 1867. Charles Gumery meurt en 1871 des suites des privations subies pendant la commune de Paris. Il est inhumé au Cimetière de Montmartre où la stèle de sa sépulture est surmontée de son buste réalisé par le sculpteur Jean Gautherin, son élève.
 
Adresse
Place de l'Opéra
75009 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.871351
Longitude : 2.332002
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Opéra (lignes 7,8, 9)
Bus : 20, 21, 22, 27, 29, 42, 52, 53, 66, 68, 81, 95 arrêt Opéra
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 9ème et découvrir les environs
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d'autres articles sur le 9ème arrondissement.
Vous avez accès aux articles portant sur les Statues du 9ème arrondissement.
Cet article est lié à la catégorie Les Statues de l'Opéra-Garnier.
 
 
Sources
Wikipedia
Divers Internet
Photo R. Desenclos 2013