LA TOUR CLOVIS
 
 
La Tour Clovis
 
 
 

L’ancien clocher de l’abbatiale Sainte-Geneviève qui fut construite au début du VIème siècle selon le vœu de Clovis 1er, roi des Francs, et dans laquelle il fut inhumé avec sa femme, la reine Clotilde.

L’abbaye de Sainte-Geneviève, fondée par Clovis puis protégée après sa mort par la reine Clotilde, abritait les reliques de Sainte-Geneviève ainsi que les tombeaux des souverains francs. Elle fut par la suite remaniée au XIIème et XIIIème siècle. Devenue vétuste, elle est remplacée sous Louis XV par la nouvelle église Sainte-Geneviève aujourd’hui Panthéon. L’ancienne église est finalement détruite après la Révolution, en 1807, alors que les bâtiments conventuels deviennent le lycée Napoléon, puis Henri IV. Le clocher, appelé Tour Clovis, est le dernier vestige de l’église abbatiale. La moitié inférieure de la tour date du XIème siècle alors que la partie haute date du XVème. La haute flèche qui couronnait autrefois l’édifice a été abattue en 1764. Restauré en 1895, ce haut symbole de l’histoire de France, qui culmine à 45 mètres de hauteur fut le théâtre d’expériences sur la vapeur menées par Arago et Dulong. Depuis le début du XIXème siècle, la force d’expansion de la vapeur était de plus en plus utilisée pour remplacer les sources d’énergies primitives. Il arrivait toutefois que dans les distilleries, les mines ou encore à bord des bateaux les chaudières explosassent. Alerté du nombre croissant d’accidents, le gouvernement consulta l’Académie des Sciences pour connaître la pression exercée par la vapeur aux températures élevées. La tâche échut à Dulong, qui venait de remporter, avec Petit, le grand prix de physique pour ses recherches sur la transmission de la chaleur et à Arago. Les deux hommes commencèrent par étalonner un manomètre pour les hautes pressions. Mais pour ce faire, encore fallait-il disposer d’un long tube de verre rempli de mercure. Ils songèrent à la tour Clovis pour installer leur appareillage.La colonne de verre, raccordée à un manomètre, se composait de treize tubes de cristal, long chacun de deux mètres. Les manipulations débutèrent. A l’aide d’une pompe les opérateurs refoulaient le mercure dans la colonne, mesuraient au micromètre la différence de niveau du métal dans le grand tube et notaient la hauteur du baromètre. Ils introduisaient ensuite une nouvelle charge de mercure et recommençaient les mesures. Efforts payant puisqu’ils vérifièrent que la loi de Mariotte, en vertu de laquelle le produit du volume d’air par sa pression reste constant, était exacte, jusqu’à une pression de 27 atmosphères.
 
Adresse 
23, rue Clovis
75005 PARIS

GPS 
Latitude : 48.
Longitude : 2.
 
Comment s'y rendre
Métro : Cardinal-Lemoine (ligne 10)
Bus : 89, arrêt Lycée Henri IV
 
Plan

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 5ème arrondissement et découvrir les environs.

Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 5ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les Vestiges sont disponibles.
Par ailleurs, cet article se rapporte également à la catégorie Autour du Culte.
 
Liens externes sur ce sujet
-

Sources
Paris Savant
Paris Patrimoine
Photo R.Desenclos 2009