Aide à la recherche / Vestiges

LES VESTIGES

Vestiges

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les vestiges sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : VESTIGES

L'ANCIEN PORCHE DE LA PRISON DE LA ROQUETTE
 
 
L'ancien porche de la prison de la Roquette

Les prisons de la Roquette étaient des établissements pénitentiaires situés dans le XIe arrondissement, de part et d’autre de la rue de la Roquette.
Ouvertes en 1830, elles sont définitivement fermées en 1974. Aujourd'hui, à l'emplacement de la petite Roquette se situe lesquare de la Roquette, le plus grand de l’arrondissement. On guillotine dès la fin de 1851 à l'entrée de la Grande Roquette, dans la rue, que l'on appellera place de Roquette. Quelques jours plus tard, des maçons cassent le pavage de la rue et installent cinq dalles rigoureusement plates dans le sol. Ces dalles sont destinées à accueillir les pieds de la guillotine, d'où le nom d’« abbaye de cinq-pierres », trouvé par un facétieux pour désigner ce lieu. Trois semaines après le décret, le 16 décembre 1851, les portes de la prison s'ouvrent devant un assassin, Joseph Humblot, lequel n’a que vingt pas à faire pour se retrouver sur la bascule de la guillotine. Le 17 juin 1872, Roch, exécute devant la prison, Moreux, assassin d'une prostituée, mais sans avoir recours à l'échaufaud, provoquant ainsi la colère de la foule qui ne voit guère que le sommet de « La Veuve ». Soixante-neuf condamnés à mort sont finalement exécutés rue de la Roquette. Le dernier Alfred Peugnez, est décapité à l’aube du 2 février 1899, peu avant la fermeture de la Grande Roquette. C’est également dans ces prisons que les révoltés de la Commune de 1871 fusillent sommairement des otages, des religieux et un magistrat. Au cours des années 1890, les intellectuels dénoncent les conditions inadmissibles dans lesquelles vivent les occupants du dépôt des condamnés. La pression se fait de plus en plus dure. Félix Faure fait fermer, en 1899, la prison, qui est désaffectée, et les condamnés sont transférés à la prison de la Santé. L’année suivante, les bâtiments sont démolis et à leur place, on construit des immeubles d’habitation. À la même période, l'ancien directeur tenta de vendre les dalles de la guillotine au musée Carnavalet, après les avoir fait desceller. Le Musée refusa et le directeur n'eut d'autre ressource que de faire replacer les dalles. Ce qui fait que, d'une croix classique, la position de ces dalles forme désormais une croix de St André. Celles-ci sont toujours visibles de nos jours, au carrefour des rues de la Croix-Faubin et de la Roquette.
Adresse
143, rue de la Roquette
75011 PARIS
GPS
Latitude : 48.858964
Longitude : 2.385280
Plan
Comment s'y rendre
Métro : Voltaire (ligne 9)
Bus : 61/69 arrêt Roquette-Père Lachaise ou Saint-Maur-Sevran
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 11ème arrondissement et découvrir les environs
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 11ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les Vestiges peuvent vous intéresser.
Liens externes sur ce sujet
-
Sources
Wikipedia
Photo Richard Desenclos 2011