Aide à la recherche / Architecture

ARCHITECTURE


Architecture

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant l’architecture sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suiteARCHITECTURE

ARCHITECTURE - LES MAISONS A BOUTIQUES

 

Les maisons à boutiques

 

En 1737, Jacques Gabriel présente les dessins d’une belle maison à loyer, en s’inspirant étroitement de l’ordonnance donnée, deux ans plus tôt, pour la maison du notaire Camuset, 14, rue François Miron, à l’angle de la même rue des Barres.

Au-dessus du rez-de-chaussée entresolé, où s’ouvrent deux boutiques, de part et d’autre de la porte piétonne, s’élèvent trois étages, dont la hauteur ne décroît que discrètement, trahissant la maison de rapport. La façade de pierre, encadrée de deux chaînes de refends, est partagée en deux parties inégales, les trois travées de droite sont plus richement ornées, avec leurs fenêtres à chambranle plat et leurs balcons de fer forgé, que les cinq autres travées, avec leurs fenêtres sans chambranle avec leur simple barre d’appui, très certainement par souci de convenance au-dessus des deux boutiques du rez-de-chaussée encadrant la porte piétonne. L’extrême sobriété des modénatures, comme le dessin classique des ferronneries, témoignent de la persistance du goût sévère. Seules l’étroitesse des trumeaux et l’absence d’allèges indiquent la date plus tardive.

17, rue des Barres, 4ème, sur les dessins de Jacques V Gabriel, par le maître maçon Michel Fauvel, pour la fabrique Saint-Gervais, 1737-1739.

4-6, rue de la Huchette, 5ème, 1729, avec son rez-de-chaussée à arcades de boutiques embrassant l’entresol, creusées de refends, cette grande maison, bâtie à la place de deux autres, reprend l’ordonnance des maisons de la rue du Bourg-Tibourg, mais les clés sont ici ornées de beaux mascarons sculptés.

Les maisons à boutiques 4-12, rue François Miron, 4ème, 1733-1734, par Jacques Vinage. Reconstruction, pour la fabrique Saint-Gervais, de onze maisons locatives du XVème siècle sur un dessin uniforme, avec une porte piétonne toutes les deux boutiques. La sobriété du dessin, sans mascarons ni chambranles, est relevée par la qualité de l’appareil de pierre et l’élégance des appuis de fer forgé, au goût discrètement rocaille.

Rue Saint-Denis, à l’angle de la rue Greneta, 2ème, par Jacques-Richard Cochois et Jean Beausire pour Claude Aubry, en 1729.

Liens
Vous souhaitez consulter d'autres articles portant sur
l’Architecture.
Vous êtes intéressés par des articles consacrés aux Architectes de la Capitale.

Par ailleurs, les principales définitions architecturales se trouvent dans le Dictionnaire d’Architecture.


Sources
Grammaire des immeubles parisiens
Photos R.Desenclos 2011