Aide à la recherche / Circuits Touristiques

 LES CIRCUITS DE PARIS
 
 
Paris Circuits
 
 
Voici la liste des articles se rapportant à la catégorie "Circuits".
Cliquer sur un lien pour accéder à l'article.
 

PAR LES PASSAGES DE PARIS (2)

 
Par les Passages de Paris 2
 
 
Si vous venez du circuit "Par les Passages de Paris (1)", poursuivre avec le texte du premier paragraphe. Sinon vous reporter au paragraphe qui suit.
 
 
Reprendre la rue Saint-Denis vers le sud pour atteindre la rue Saint-Sauveur que sera prise à droite. Elle coupe la rue Dussoubs, puis la rue des Petits Carreaux. Peu après ce croisement, (nous sommes rue Léopold Bellan) sur la gauche se trouve Le Passage Ben-Aïad.
 
Métro : Sentier (ligne 3)
Bus : 20/39/74/85 arrêt Réaumur-Montmartre
A droite du métro Sentier, prendre la rue d’Aboukir vers la rue Montmartre. Arrivé au carrefour avec la rue Montmartre, la prendre à gauche, puis tout de suite à gauche la rue Léopold Bellan pour atteindre, plus loin sur la droite :

Les Passages de Paris 2 Le Passage Ben-Aïad
Le Passage Ben Aïad est un vestige du Passage du Saumon construit au milieu du XVIIIème siècle par l’entrepreneur Rondel et reconstruit en 1826-1828 par l’architecte Rohault de Fleury. Quatre allées composaient le Passage du Saumon : une allée principale de 175 m reliait les rues de Montorgueil et Montmartre. Elle était coupée transversalement par les Galeries Mandar, des Bains et du Salon où l’on trouvait des boutiques pour la plupart occupées par des modistes, qui firent du passage un haut lieu à la mode jusqu’au Second Empire. Lire la suite dans l’article : Le Passage Ben-Aïad.
 
Revenir vers la rue Montorgueil et la descendre vers le Forum (à droite). Au 78 :
 
Le restaurant « Le Rocher de Cancale »
Ce restaurant historique se signale au promeneur par sa façade moulurée en bois et plâtre, et par une enseigne, encastrée dans l’encoignure au ras du sol, qui ne manque pas d’originalité : un rocher couvert de moules et d’huîtres. Durant deux siècles, la rue Montorgueil fut le parc à huîtres de Paris, enregistrant des ventes annuelles record : au milieu du XIXème siècle, on y écoula jusqu’à six millions de douzaines de coquillages en un an. Lire la suite dans l’article : Le restaurant « Le Rocher de Cancale ».
D’autres articles portant sur Les Restaurants peuvent vous intéresser.
 
Puis au 51
 Les Passages de Paris 2
La pâtisserie « Stohrer »
Quand Marie Leszczynska, fille du roi Stanislas de Pologne, épousa en 1725 le roi Louis XV, son pâtissier Stöhrer la suivit à la cour de Versailles. Cinq ans plus tard, en 1730, Nicolas Stöhrer ouvrit sa pâtisserie à Paris, au 51, rue Montorgueil. Nicolas Stöhrer fit son apprentissage à Wissembourg dans les cuisines du roi Stanislas de Pologne. Grâce à une brioche polonaise sèche que le roi Stanislas avait rapportée d'un voyage, Nicolas Stöhrer invente le baba. Il enrichit cette brioche en  l'arrosant de vin de Malaga, en la parfumant au safran et en ajoutant une crème pâtissière, raisins secs et raisins frais. Lire la suite dans l’article : La Pâtisserie Stöhrer.
D’autres articles portant sur Les boutiques anciennes peuvent vous intéresser.
   
Arrivé à la hauteur de la rue Marie Stuart, prendre celle-ci à gauche et aller jusqu’à l’entrée d’un passage prestigieux :
 
Le Passage du Grand Cerf
En 1825, la maison du « roulage du Grand Cerf », qui était le terminus des Messageries Royales, fut démolie. La date d’ouverture du passage reste imprécise. Il fut sans doute ouvert en 1835. Le style de la verrière est cependant plus tardif. Son histoire est étroitement liée à l’histoire du quartier : le quartier Saint-Denis était en 1830 le plus populaire et industrieux de Paris où l’on y trouvait des petites fabriques et des ateliers. L’apparition de passages plus luxueux fit de l’ombre au Passage du Grand Cerf. Pourtant, la qualité de son architecture mérite une attention. Lire la suite dans l’article : Le Passage du Grand Cerf.
 
Le traverser, puis couper la rue Saint-Denis pour atteindre :
 
Les Passages de Paris 2 Le Passage du Bourg-l’Abbé
Construit au début des années 1860 par l’architecte Henri Blondel entre le Passage du Grand Cerf et le Passage de l’Ancre, le Passage du Bourg l’Abbé formait une longue promenade qui permettait de s’abriter des intempéries et du trafic. À l’origine, il débouchait dans la rue du même nom. Il fut amputé de plusieurs mètres lors de la percée du boulevard de Sébastopol et de la création de la rue de Palestro. La porte du passage ouvrant sur cette rue est remarquable. Lire la suite dans l’article : Le Passage du Bourg-l’Abbé.
 
Notons un passage peu connu de l’autre côté du boulevard de Sébastopol, qui relie la rue de Turbigo à la rue Saint-Martin, Le Passage de l’Ancre.
Vous êtes à proximité de la station de métro Etienne Marcel (ligne 4).
Tourner à gauche dans la rue Palestro, puis à gauche dans la rue de Turbigo et encore à gauche dans la rue Etienne Marcel. On passe alors devant :
 
La Tour de Jean Sans Peur
Cette tour est un des rares exemples d’architecture féodale dans la capitale. Héritier, au tout début du XV° siècle de l’hôtel d’Artois situé sur l’enceinte de Philippe Auguste, le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, s’y enferma après avoir fait assassiner Louis d’Orléans, frère du roi, le 23 novembre 1407, provoquant ainsi une guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Redoutant la vengeance armagnaque, il fit construire dans son hôtel une tour rectangulaire et fortifiée, haute de 23 mètres. Lire la suite dans l’article : La Tour de Jean sans Peur.
D’autres articles portant sur Les Enceintes et les Fortifications peuvent vous intéresser.
 
Poursuivre sur ce trottoir dans la rue Etienne Marcel. Tourner à droite dans la rue Montmartre. On remarquera au 142 :
 
La Presse à Paris
Pendant plus d’un siècle, ce quartier, entre les rues de Richelieu, Saint-Marc, Montmartre et Réaumur fut le royaume de la presse. Rue de Richelieu siégaient « Le Temps », « Le Journal », « L’Aurore », « L’Humanité ». « L’Intransigeant » passa de la rue du Croissant à la rue Réaumur dans un immeuble qui abrita aussi « Paris-Soir, puis « France-Soir ». En face, aux 111 et 113 de la rue Réaumur, se tenaient « La République » et « La Liberté ». Lire la suite dans l’article : La Presse à Paris.
D’autres articles portant sur Les Bibliothèques et l’Information peuvent vous intéresser.
 
Puis au coin de la rue du Croissant :
 
Le Café CroissantLes Passages de Paris 2
Au 146 rue Montmartre se trouve le Café Croissant, qui, comme la devanture l'indique, est un café historique, anciennement dénommé « A la Chope du Croissant », lors de sa création, en 1820. C'est en effet là, en pleine salle, que Jean Jaurès fut assassiné le 31 juillet 1914. Lire la suite dans l’article : Le Café Croissant.
D’autres articles portant sur Les Lieux et bâtiments historiques peuvent vous intéresser.
 
Nous pénétrons dans le :
 
Neuvième arrondissement
 
Vous êtes à proximité de la station de métro Grands Boulevards (lignes 8, 9)
Continuer à remonter la rue Montmartre, puis, après les Grands Boulevards, la rue du Faubourg Montmartre jusqu’au croisement avec la rue Richer, la rue de Provence et la rue Cadet. Au passage on côtoie :
 
Le Palace
La salle est inaugurée en 1921 sous le nom d'Eden comme «société anonyme de music-hall et de cinéma» par l'entrepreneur de spectacles Léon Volterra. Rebaptisée théâtre du Boulevard en 1923, elle prend le nom de Palace sous la direction d'Oscar Dufrenne et Henri Varna. La salle est transformée en cinéma en 1946, puis, de 1975 à 1978, redevient un théâtre dirigé par Pierre Laville. Le bâtiment du faubourg Montmartre est presque à l'abandon, mais le ministre de la Culture de Valéry Giscard d'Estaing, Michel Guy, choisit l'endroit pour y installer le tout nouveau Festival d'automne à Paris. Lire la suite dans l’article : Le Palace.
D’autres articles portant sur Les Lieux de Spectacles et de Sorties peuvent vous intéresser.
 
Et en face :
 
Les Passages de Paris 2 Le Bouillon Chartier
Il se trouve à deux pas des Grands Boulevards et de l'Opéra Garnier. Il faut savoir que l'établissement se nommait à sa naissance en 1896, Le Bouillon. Il fut classéMonument Historiqueen 1989.Ici on respire les siècles passés, la nostalgie vous étreint lorsque l'on comprend que les meubles à tiroir servaient à ranger les serviettes des clients qui allaient eux-mêmes les chercher et les ranger à la fin du repas. On peut alors s'attendre à pénétrer dans une brasserie chic et douloureuse pour le porte-monnaie. Lire la suite dans l’article : Le restaurant (bouillon) Chartier.
D’autres articles portant sur Les Restaurants peuvent vous intéresser.
 
Puis à hauteur du croisement évoqué plus haut :
 
La boutique « A la Mère de Famille »
Dès 1761, c’est dans cette boutique, au 35 rue du Faubourg Montmartre, que Pierre Jean Bernard fonde la Maison Bernard, ancêtre de la confiserie « A la Mère de Famille ». En 1791 son gendre reprend l’affaire. Ce dernier a trois filles dont l’une se marie à une grande famille d’épiciers de la rue Saint-Antoine, les Bridault. C’est elle et son mari, Jean-Marie, qui reprennent le magasin en 1791. Lire la suite dans l’article : La boutique « A la Mère de Famille ».
D’autres articles portant sur Les boutiques anciennes peuvent vous intéresser.
 
Revenir légèrement sur vos pas (sur le même trottoir) pour atteindre :
 
Le Passage VerdeauLes Passages de Paris 2
Ouvert en 1846 par la Société du Passage Jouffroy, il reçut le nom de l’un des membres de cette société. Dans le prolongement des passages Jouffroy et Panoramas, il a toujours souffert de la comparaison. C’est pourtant l’un des plus clairs, des plus aérés, avec sa haute verrière en arête de poisson et un dessin très épuré de lignes néo-classiques. Dès l’ouverture de l’Hôtel Drouot, le Passage attire de nombreux collectionneurs. Outre de vieux livres, on trouve dans ce passage, des appareils photographiques d’occasions, des meubles anciens, des broderies. À cet agréable bric-à-brac s’ajoutent plusieurs restaurants et salons de thé.
 
Traverser la rue de la Grange Batelière pour prendre le passage suivant :
 
La Grange Batelière
La Grange-Batelière est une rivière au cours aujourd'hui souterrain qui passe non loin de l'Opéra de Paris. Elle passe toujours sous le grand magasin "Printemps Haussmann", à côté de l'Opéra, des visites y étaient même organisées, mais les normes de sécurité ont forcé le magasin à y bloquer l'accès. De même lorsque l’on pénètre dans le magasin des Galeries Lafayette, elle coulait sous la grille disposée entre les deux portes. Lire la suite dans l’article : La Grange Batelière.
D’autres articles portant sur L’Eau à Paris peuvent vous intéresser.
 
Le Passage Jouffroy
Crée en 1836, c’est l’un des passages les plus fréquentés. En effet, en 1882, M. Meyer, directeur du journal « Le Gaulois » eut l’idée de s’associer avec M. Grévin, alors célèbre caricaturiste, pour créer une galerie de personnages en cire. Le passage Jouffroy est le premier passage construit entièrement en fer et en verre.Ses structures métalliques témoignent de l’évolution des techniques, des colonnes de fonte soutiennent les planchers et s’élèvent jusqu’à la verrière. Le passage fut le premier à être chauffé par le sol. Remarquer la verrière en ogive. Lire la suite dans l’article : Le Passage Jouffroy.
 
Les Passages de Paris En sortant, à gauche, se trouve l’entrée du Musée Grévin
 
Le Musée Grévin
L'un des musées les plus célèbres et les plus fréquentés de Paris. Inauguré le 5 juin 1882 en pleine montée en puissance de la science, le musée lui a pourtant réservé une très modeste place. A l'origine, les statues de cire, selon l'initiateur du projet, devaient être des copies conformes des gloires du temps. Il demanda au caricaturiste Alfred Grévin de sculpter les figures illustres de l'actualité. Lire la suite dans l’article : Le Musée Grévin.
D’autres articles portant sur Les Musées et Expositions peuvent vous intéresser.
 
Nous sommes donc boulevard Montmartre.
Les stations de métro la plus proche sont Grands Boulevards et Richelieu-Drouot (lignes 8/9).
Les lignes de bus 20, 39 et 48 possèdent des arrêts à Grands Boulevards et Richelieu-Drouot (sens ouest).
Si vous poursuivez par le circuit « Les Passages 3 ».
Traverser le boulevard Montmartre pour rejoindre le Passage des Panoramas.
 
Liens
D’autres articles portant sur les Galeries et Passages peuvent vous intéresser.
Retrouver d’autres articles portant sur :
Par ailleurs ce circuit Les Passages de Paris 1 est jumelé avec deux autres circuits :
Les Passages de Paris 3.
 
D’autres part, retrouvez d’autres Circuits.
Deux circuits proches du point d’arrivée peuvent vous intéresser :
 
Sources
Se reporter aux articles pour identifier les sources.
Photos R.Desenclos 2008/2015