Aide à la recherche / Circuits Touristiques

 LES CIRCUITS DE PARIS

 Paris Circuits

Voici la liste des articles se rapportant à la catégorie "Circuits".

Cliquer sur un lien pour accéder à l'article.

Lire la suite : Les Circuits touristiques

PROMENADE DANS L'ÎLE-DE-LA-CITE

 

 L'Île de la Cité
 
 
 
Berceau ou cœur de Paris selon les uns ou les autres, l’île de la Cité recèle une multitude de points d’intérêts dont nous espérons vous aider à faire le tour.
 
Les liens mentionnés au fil des lignes renvoient vers des articles complémentaires ou plus complets Vous pouvez effectuer ce circuit en utilisant les articles complémentaires avant, pour bien suivre le déroulé du circuit ou après, pour compléter les informations et les relier aux photos que vous n’aurez pas manqué de faire. Ce circuit dure environ 2h30, visites non comprises.
Les visites potentielles sont :
La Conciergerie
La Sainte-Chapelle
La crypte de Notre-Dame
La cathédrale Notre-Dame
Le trésor de Notre-Dame
Les tours de Notre-Dame
Le mémorial de la déportation
 
L’Île de la Cité est divisée entre le 1er et le 4ème arrondissement.
 
Comment y aller :
La station Pont-Neuf (ligne 7) permet de débuter le circuit sur le Pont-Neuf.
Les arrêts de bus
21/24/27/58/67/69//70/72/74/75/76/81/85 arrêt Pont-Neuf-Quai du Louvre
24/27 arrêt Pont-Neuf Quai des Orfèvres.
24/27 arrêt Pont-Neuf Quai des Grands Augustins.
24/27 arrêt Pont-Saint-Michel Quai des Orfèvres.
21/38/47/85/96 arrêt Cité Palais de Justice
47 arrêt Cité Parvis de Notre-Dame
Traverser la moitié du pont qui repose en son centre sur l’île de la Cité. Remarquer l’aspect de ce pont qui a été rénové au début du XXIème siècle.
 
Le Pont Neuf Le Pont-Neuf
Achevé en 1604, le Pont-Neuf est l'un des plus vieux ponts de Paris. A sa construction, il présentait trois caractéristiques originales : celle d'être pourvu de trottoirs alors que ceux-ci ne seront généralisés qu'au XIXème siècle, celle d'être orné de 384 mascarons – masques grotesques  agrémentant ses corniches – et celle de ne pas posséder de maisons construites sur son pavement, exception faite des boutiques qui étaient installées sur les demi-lunes qui existent toujours aujourd'hui. Le Pont-Neuf enjambe la Seine, dont on dit que le nom est erroné. Lire la suite dans l’article Le Pont-Neuf. Vous pouvez également être intéressés par un article portant sur La Seine.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.

L’île de la Cité
En 52 avant Jésus-Christ, il n’y a rien ou presque sur les îlots qui composeront l’île de la Cité dans le futur. Jules César appelle d’ailleurs Lutèce - du gaulois luto = marais ou du latin lutum = boue -, le petit oppidum ou temple qui se situe sur l’un des îlots. Vivent là quelques pêcheurs qui jettent leurs filets dans le fleuve. Pour se rendre compte de la transformation opérée durant ces deux mille ans, il faut se rendre au square du Vert-Galant pour descendre de sept mètres et ainsi atteindre le niveau où vivaient les Parisii de l’époque. Lire la suite dans l’article L’Île de la Cité.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Quartiers.
 
Trône au centre la statue d’Henri IV dont le quatre centième anniversaire de l’assassinat a été célébré en 2010.
 
La statue d’Henri IVLa statue d'Henri IV
Henri IV, né Henri de Bourbon (13 décembre 1553 à Pau - 14 mai 1610 à Paris) fut roi de Navarre (Henri III de Navarre, 1572-1610) puis roi de France (1589-1610), premier souverain français de la branche dite de Bourbon de la dynastie capétienne. Contemporain d'un siècle ravagé par les guerres de religion, il y fut d'abord lourdement impliqué en tant que prince de sang et chef protestant avant d'accéder au trône de France. Pour être accepté comme roi, il se convertit au catholicisme, et signa l'Édit de Nantes, traité de paix autorisant la liberté de culte pour les protestants, qui mit fin pendant deux décennies aux guerres de religion. Il fut assassiné le 14 mai 1610 par un fanatique charentais, François Ravaillac, rue de la Ferronnerie à Paris. Voir l’article La rue de la Ferronnerie. Lire la suite dans l’article La statue d’Henri IV.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Statues.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Statues du 1er arrondissement.
Descendre les marches pour se diriger vers le square du Vert-Galant.
 
Le Square du Vert-Galant Le square du Vert-Galant et les Templiers
Le square du Vert-Galant se trouve à l’ouest de l’île de la Cité. Le niveau du square est situé sept mètres plus bas que le niveau de l'île de la Cité, ce qui correspond au niveau qu'avait autrefois l'Île. L'Ile de la Cité était à l'origine constituée de trois petite îles : l'île du Passeur aux Vaches, l'Ile de la Gourdaine et l'Ile aux Juifs, où se trouve le jardin. Lire la suite dans l’article Le Square du Vert-Galant.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Espaces Verts.
 
Après avoir fait le tour de la pointe, au cours duquel on peut admirer (dans le sens des aiguilles d’une montre) : l’Hôtel de la Monnaie, la Brigade fluviale des Sapeurs-Pompiers, l’Institut de France, le Pont des Arts, le Louvre, la Samaritaine, remonter les escaliers. Lorsque l’on se trouve devant la statue d’Henri IV, on remarque que l’Île de la Cité s’élargit. A droite débute le Quai des Orfèvres, à gauche le Quai l’Horloge et en face se trouve la Place Dauphine. Traverser pour rejoindre la Place Dauphine.
 
La Place DauphineLa Place Dauphine
Appelée Dauphine en l’honneur du dauphin, futur Louis XIII, elle constitue la seconde place royale parisienne du XVIIe siècle, après la place des Vosges. De 1792 à 1814, elle a porté le nom de place de Thionville.
•          Le 23 a appartenu à Nicolas Joss, orfèvre, alors à l’enseigne de la Croix Verte.
•          Le 17 a appartenu à l’avocat Martin Langlois qui facilita l’entrée d’Henri IV dans Paris le 22 mars 1594.
•          Le 12 a appartenu, en 1689, au président de Harlay, petit-fils du fondateur de la place. La Gazette des Tribunaux occupe cette maison depuis 1878.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Places.
 
La forme triangulaire de la place donne une belle vue sur les marches du Palais de Justice, maintes fois vues dans des films ou des reportages de télévision. Pour accéder au trottoir du Palais, on traverse la rue de Harlay.
 
La rue de Harlay
Petite rue, qui ne mesure que 120 mètres, dont le côté impair est occupé par le Palais de Justice, elle a été ouverte en 1607, lorsque le Pont-Neuf fut entièrement terminé. A l’époque, le côté pair fermant la place Dauphine était occupé par des bâtiments servant d’annexes au Palais de Justice. Ces immeubles ont été détruits en 1874.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Rues.
 
Le Palais de Justice Le Palais de Justice
La façade occidentale du Palais se trouve sur l’emplacement de l’ancien hôtel du président de Harlay (1607). Elle a été construite entre 1587 et 1868 par Duc, dans un mélange de style antique et égyptien.
Sur le site du Palais de justice s'étendait autrefois le Palais de la Cité qui fut la résidence et le siège du pouvoir des rois de France, du Xe au XIVe siècle et dont il ne reste aujourd'hui que deux vestiges : la Conciergerie et la Sainte Chapelle. Lire la suite dans l’article sur Le Palais de Justice.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Monuments.
 
Prendre le quai de l’horloge, sur la gauche.
 
Le quai de l’horloge
Ce quai, commencé en 1580 a été achevé en 1611.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Quais.
 
Cette partie du quai est occupée par la façade nord du Palais de Justice, avec comme bâtiment principal la Conciergerie.
 
La ConciergerieLa Conciergerie
La Conciergerie est le principal vestige de l’ancien Palais de la Cité qui fut la résidence et le siège du pouvoir des rois de France, du Xe au XIVe siècle et qui s’étendait sur le site couvrant l’actuel Palais de justice de Paris. Elle  fut convertie en prison d’État en 1370, après l’abandon du palais par Charles V et ses successeurs. La prison occupait le rez-de-chaussée du bâtiment bordant le quai de l’Horloge et les deux tours ; l’étage supérieur était réservé au Parlement. La prison de la Conciergerie était considérée pendant la Terreur comme l’antichambre de la mort. Peu en sortaient libres. La reine Marie-Antoinette y fut emprisonnée en 1793. Voir l’article La Conciergerie. Les quatre tours qui flanquent le bâtiment sont dans l’ordre :
La tour Bonbec qui doit son nom au fait que s’y trouvait la salle où était pratiquée la « question » (la torture) qui faisait avouer les suppliciés (bon bec = bonne parole). Cette tour, construite vers 1250 est la plus ancienne des quatre tours. Elle était jadis moins haute que les tours qui suivent.
La tour d’Argent, allusion au trésor royal qui y avait été gardé. Cette tour et sa jumelle ont été construites vers 1300. Sous la Terreur, Fouquier-Tinville eut ses bureaux au premier étage de ces deux tours.
La tour de César, ainsi nommée en souvenir de la présence des romains et dû au fait que la tour est bâtie sur des fondations romaines.
La tour de l’horloge.
Visite possible de la Conciergerie non comprise dans le temps défini pour le circuit.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Monuments.
 
La tour de l'Horloge La tour de l’horloge
A l'angle du boulevard du Palais et du quai de l'Horloge, la tour de l'horloge du Palais de Justice dresse ses 47 mètres. Elle date d’environ 1353. Sur la façade du côté du boulevard du Palais, elle est ornée de la première horloge publique de Paris. Elle avait été installée pour tenter de substituer au temps imprécis des cadrans solaires, celui, plus régulier des horloges. Lire la suite dans l’article sur la Tour de l’Horloge.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les cadrans et mesures.
 
Le boulevard du Palais
Ce boulevard relie le pont au Change qui vient de la rive droite, plus précisément de la Place du Châtelet, au pont Saint-Michel, qui aboutit à la Place Saint-Michel. Il est bordé du côté pair par le Palais de Justice et côté impair, par le Tribunal de Commerce, la Place de Lutèce et des cafés et magasins. En outre, il est possible de prendre des tickets pour visiter la Conciergerie, au guichet situé quelques mètres après la tour de l’horloge et pour visiter la Sainte-Chapelle au guichet situé après les grilles du Palais.
•          Au 1, le tribunal de Commerce, voir l’article Le Tribunal de Commerce.
•          Au 4, le Palais de Justice, voir l’article Le Palais de Justice.
•          Au 7, la préfecture de police, voir l’article La Préfecture de Police
•          Au 9, la caserne de la Cité
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Boulevards.
 
La Sainte-ChapelleLa Sainte-Chapelle
Visite possible de la Sainte-Chapelle non comprise dans le temps défini pour le circuit. Lire la suite dans l’article sur La Sainte-Chapelle.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Monuments.
 
Tourner à droite au coin du boulevard du Palais et du quai des Orfèvres. Là se trouve le cœur de la préfecture de police, le fameux 36.
 
Le quai des Orfèvres
Le quai des Orfèvres se trouve entre le pont Saint-Michel et le Pont-Neuf. Il mesure un peu moins de 400 mètres de long. Il a été créé sous le nom de rue Saint-Louis en 1623, mais il y avait alors des maisons sur le bord de la Seine. Le nom provient de celui des orfèvres qui occupaient les maisons de cette rue. Il s’y trouve un Musée historique de la préfecture de police. On remarquera à la hauteur du 14, en levant les yeux, un très beau cadran solaire.
Visite possible du Musée historique de la Préfecture de Paris non comprise dans le temps défini pour le circuit. Lire la suite dans l’article Le Quai des Orfèvres.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Quais.
 
Remarquer à droite le pont Saint-Michel qui mène à la rive gauche, vers la place Saint-Michel.
 
Le Pont Saint-Michel Le pont Saint-Michel
Construit en 1378, reconstruit plusieurs fois et en dernier lieu en 1857. Le pont actuel est constitué de trois arches de 17,20 mètres chacune, et large de 30 mètres. La construction du pont en pierre fut décidée en 1378 par le Parlement de Paris après accord avec le chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le prévôt de Paris, ainsi que les bourgeois de la ville. Son emplacement fut fixé en aval du Petit-Pont, dans l'axe de la rue Saint-Denis, du Grand-Pont sur la rive droite et de la rue de la Harpe sur la rive gauche. Ceci permettant une traversée directe de l'île de la Cité. Le prévôt de Paris d'alors, Hugues Aubriot, fut chargé de la maîtrise d'ouvrage financée par le roi. La construction s'étala de 1379 à 1387. Lire la suite dans l’article Le Pont Saint-Michel.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.
 
Continuer tout droit vers Notre-Dame.
 
Le quai du Marché Neuf
 
A droite se trouve le plus petit pont de Paris.
 
Le Petit-PontLe Petit Pont
Il relie la rue de la Cité à la place du Petit-Pont et à la rue du Petit-Pont qui se prolonge par la rue Saint-Jacques. Le premier pont situé à cet endroit date de la période romaine de Lutèce et portait déjà ce nom. Son nom provient du fait qu'il permettait franchir le petit bras du fleuve. Par opposition, un « Grand-Pont » existait également au IXe siècle sous le règne de Charles le Chauve et permettait de franchir le grand bras de la Seine. C'est au Moyen Âge, en 1185, que la première réplique est construite par décision de Maurice de Sully, puis détruite en 1196 par une crue, ce qui sera le sort des cinq ouvrages édifiés entre 1200 et 1390. Lire la suite dans l’article Le Petit-Pont.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.
 
Au début du parvis de Notre-Dame se trouve la crypte dans laquelle on pourra observer les fondations des premiers bâtiments, découvertes lors du creusement d’un parking.
 
La Crypte de Notre-Dame
Visite possible de la Crypte de Notre-Dame non comprise dans le temps défini pour le circuit.
 
Le Parvis de Notre-Dame La Place du Parvis de Notre-Dame
Le parvis d’aujourd’hui est six fois plus vaste que celui de l’époque du Moyen Âge. D’ailleurs, on peut remarquer que le pavage du sol représente le tracé des anciennes rues. On trouve sur le parvis l’étoile de bronze qui marque le point zéro des routes de France. Ce point date de 1769 et était représenté auparavant par un poteau dit « de justice » devant lequel certains condamnés venaient présenter « l’amende honorable ». Lire la suite dans l’article La Place du Parvis.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Places.
 
Sur la droite en regardant la cathédrale :
 
La statue de Charlemagne
Elle est très décalée par rapport à la place et jouxte le square Charlemagne.
Lire la suite dans l’article La Statue de Charlemagne.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Statues.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Statues du 4ème arrondissement.
 
Sur la gauche de la place du parvis l’entrée principale de :
 
L’Hôtel-DieuL'Hôtel-Dieu
Au 1 de la Place du Parvis-Notre-Dame se trouve l'hôpital de l'Hôtel-Dieu. Fondé au cœur de l'île de la Cité, au VIIème siècle par Saint Landry, évêque de Paris, l'Hôtel-Dieu est le plus vieil hôpital de Paris et l'un des premiers à avoir vu le jour en France, voire en Europe occidentale. Ravagé par un incendie en 1772, l'ancien Hôtel-Dieu se trouvait à l'emplacement du square Charlemagne. Les bâtiments actuels construits à l'instigation du baron Haussmann et inaugurés par le président Mac-Mahon, datent de la fin de XIXème siècle. Lire la suite dans l’article L’Hôtel-Dieu.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Hôpitaux.
 
Prendre la rue de la Cité à droite et remarquer sur la gauche :
 
La Préfecture de Police
Lire la suite dans l’article La Préfecture de Police.
Retrouvez d’autres articles portant sur Le Monde Public : Les Pompiers et Uniformes.
 
Traverser cette rue pour déboucher Place Louis Lépine au :
 
Le Marché aux Fleurs Le Marché aux Fleurs
Le Marché aux fleurs et aux oiseaux de Paris est situé depuis 1808 sur la place Louis-Lépine et le Quai de Corse, derrière le Tribunal de Commerce en bordure de la Seine, à proximité de Notre Dame. Le marché aux fleurs s'abrite sous des pavillons métalliques et propose une importante offre de fleurs, de plantes et d'arbustes. Il est ouvert tous les jours de 8h à 19h. Le marché aux oiseaux ouvre le dimanche et propose une grande variété d'oiseaux dont certains rares, des cages, des graines et autres accessoires. Lire la suite dans l’article Le Marché aux Fleurs.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Marchés.
 
Le traverser et rejoindre le quai. Sur la gauche, le pont qui relie l’île à la place du Châtelet est :
 
Le pont au Change
Après la disparition au IXème siècle, lors d’une incursion des Normands, du Grand-Pont primitif datant du temps des Romains, Charles le Chauve ou plus probablement Robert le Pieux (996-1031) fit construire, pour le remplacer, un pont que l’on plaça un peu plus en aval, soit dans l’axe de la rue Saint-Denis dont l’importance grandissait avec le développement de la riche abbaye de Saint-Denis et celui de la foire du Lendit. Détruit par les inondations en 1280, il le fut à nouveau en 1296. On le reconstruisit en bois, comme antérieurement, mais un peu obliquement. Lire la suite dans l’article Le Pont au Change.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.
 
Le bâtiment qui fait le coin du boulevard du Palais et du quai de la Corse est le Tribunal de Commerce.
 
Le Tribunal de CommerceLa tribunal de commerce
Le tribunal de commerce recouvre l’emplacement des églises Saint-Barthélémy et Saint-Pierre des Arcis. Il était situé antérieurement au premier étage du Palais Brongniart et a été installé ici en 1865 dans un immeuble spécialement construit pour lui, de 1860 à 1865, par l’architecte Bailly. Lire la suite dans l’article Le Tribunal de Commerce.
Retrouvez d’autres articles portant sur Le Monde Public : Commerce et Finance Commerce et Finance.
 
Prendre le boulevard du Palais sur le trottoir de gauche, et déboucher sur :
 
La rue de Lutèce
Retrouvez d’autres articles portant sur les Rues.
 
Traverser cette large rue qui longe la Préfecture de Police et le Tribunal de Commerce, puis couper la Place Louis Lépine pour prendre à gauche :
 
La rue de la Cité
Retrouvez d’autres articles portant sur les Rues.
 
Au bout, tourner à droite sur le Quai de la Corse, mais remarquer auparavant le :
 
Le Pont Notre-Dame Le pont Notre-Dame
C'est à sa place que le premier pont de Paris, appelé Grand-Pont franchissait la Seine sur son grand bras dès l'Antiquité, dans le prolongement du Petit-Pont. En 886, le siège de Paris et les attaques normandes le condamnent, et il est remplacé par un pont de planches justement nommé pont des Planches de Milbray, qui tiendra jusqu'aux inondations de 1406. En 1413, Charles VI fait construire le premier pont qui sera appelé Notre-Dame, un solide ouvrage de bois reliant l'île de la Cité à la rue Saint-Martin sur lequel on construira jusqu'à soixante maisons.  Il s'effondrera pourtant le 28 octobre 1499. Lire la suite dans l’article Le Pont Notre-Dame.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.
 
Le Quai de la Corse
Ce quai a été construit en 1786. Il s’appela d’abord Breteuil, remplacé entre 1800 et 1873 par Desaix, puis jusqu’en 1929 par celui de la Cité. Les pépiniéristes et les maraîchers peuvent y séjourner depuis 1836. Il mesure 280 mètres de long.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Quais.
 
Remarquer devant :
 
Le pont d’ArcoleLe Pont d'Arcole
Ce pont relie le quai de Gesvres à celui de la Corse, sur l’île de la Cité. Il mesure 90 mètres. D’une seule arche, il a remplacé, en 1855, une passerelle suspendue de six mètres de large, reposant sur une pile intermédiaire, accessible aux seuls piétons, construite en 1828, alors qu’elle était demandée depuis le XVIIIème siècle. On l’appelait passerelle de Grève, puisqu’elle conduisait à la place de ce nom (place de l’Hôtel-de-Ville), mais plus souvent de la Balance, du fait du balancement qui s’y produisait lorsqu’on l’empruntait. Lire la suite dans l’article Le Pont d’Arcole.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.
 
Poursuivre sur le quai, jusqu’à l’intersection avec :
 
La rue d’Arcole
Prendre à droite. Remarquer sur la droite un descriptif de la ville sur l’activité des lavandières entre le pont d’Arcole et le pont Notre-Dame. Poursuivre la rue d’Arcole jusqu’au bout et déboucher devant :
 
La cathédrale Notre-Dame de ParisLa cathédrale Notre-Dame
Dans les tours de Notre-Dame nichent des faucons crécerelles. Cet élégant petit rapace, de la taille d'une tourterelle, à la livrée rousse ponctuée de noir et aux ailes fines et longues, pratique deux sortes de vol : le vol voltigeant typique des faucons, et le vol sur place destiné à surveiller son terrain de chasse. Il maintient cette position en battant rapidement des ailes face au vent la queue largement déployée. On dit qu'il fait le Saint-Esprit. Le faucon crécerelle défend son aire contre les intrusions sur un périmètre de dix à douze mètres. Son territoire de chasse, en revanche, peut s'étendre à trois kilomètres. Ici, il le partage avec ses voisins. Les faucons de Notre-Dame ont en effet de la famille à Saint-Sulpice, à la tour Saint-Jacques et au Château de Vincennes ainsi qu'à l'Arc de Triomphe et à la Basilique du Sacré-Coeur, au Dôme des Invalides, à la Tour Eiffel, au Petit Palais et à la Défense. Entre 25 et 30 couples ont été recensés dans la capitale, à la fin des années 80, par le centre ornithologique d'Ile-de-France. La meilleure saison pour les voir parader est le mois d'avril, la saison des amours.
 
Très curieusement, l’immense majorité des Parisiens ignore totalement que la couronne d’épines du Christ, considérée comme la seconde relique la plus importante de la chrétienté après le saint Suaire de Turin, est présentée dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris à la vénération des fidèles, une fois par mois.
Voir les articles portant sur La Cathédrale Notre-Dame de Paris. 
 
Visite possible de la cathédrale Notre-Dame non comprise dans le temps défini pour le circuit.
Il est également possible de visiter le Trésor de Notre-Dame et de monter au sommet des clochers. Ces deux activités ne sont pas comprises dans le temps défini pour le circuit.
 
Passer devant Notre-Dame. Le pont devant vous mène au quai Saint-Michel. C’est :
 
Le Pont au Double Le pont au Double
En 1515, il est demandé à François Ier de construire un pont sur le petit bras de la Seine, afin d'installer des malades près de l'Hôtel-Dieu. Il est alors construit en 1626. En 1634, deux édifices y sont construits. Le Pont au Double tire son nom du montant du péage qu'il fallait acquitter pour l'emprunter : un double denier. En 1709, le pont s'écroule. On le reconstruit et il subsiste jusqu'en 1847. En 1883, il est remplacé par une arche en fonte pour les besoins de la navigation. Lire la suite dans l’article Le Pont au Double.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.
 
Entrer à gauche dans :
 
Le Square Jean XXIIILe Square Jean XXIII
Le terrain qui longeait la cathédrale Notre-Dame était occupé jusque dans les années 1830 par le Palais de l’Archevêché. Célèbre pour sa beauté, la grandeur de ses pièces et son jardin dessiné par Gabriel Thouin, il fut malheureusement saccagé par les émeutes anti-légitimistes du 14 février 1831. Rasé, il fut remplacé par un jardin en 1837. En 1850, Viollet-Le-Duc et Lassus construisirent le presbytère et la sacristie de la cathédrale Notre-Dame, qui jouxte le jardin. Le comte Rambuteau, préfet de la Seine de 1833 à 1848, fut chargé de la création du jardin actuel. Lire la suite dans l’article Le Square Jean XXIII.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Espaces Verts.
 
Longer Notre-Dame et admirer ses contreforts. La contourner et sortir à gauche dans la rue du Cloître-Notre-Dame. Prendre en face :
 
La rue Chanoinesse
Au 26 de la rue Chanoinesse, une cour tout en longueur, peut-être un ancien passage, maintenant condamné possède sur des pierres du sol de bien étranges marques. Ce sont des traces de lettres gothiques gravées sur ce qui était à l’époque des pierres tombales. On y trouve une authentique boutique de marchand de vins du XVIIIème siècle, avec sa grille. Le restaurant, à l’enseigne du Vieux Paris, y perpétue la tradition depuis le XVIème siècle (1594).
Lire la suite dans l’article La rue Chanoinesse.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Rues.
 
Au bout de cette rue, tourner à droite dans :
 
La première enceinte de Paris La rue de la Colombe
Cette rue portait déjà ce nom en 1223.
Au 4, vieille maison, grille de marchand de vin, porte basse surmontée d’un médaillon, vieil escalier.
Au 6, une inscription attire l’attention sur la double raie de pavés indiquant, sur la chaussée, l’emplacement et l’épaisseur de la première enceinte de Paris, celle de Lutèce, élevée en 276 lors de l’invasion des Barbares. Lire la suite dans l’article La Première enceinte de Paris.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Rues.
 
Tourner à droite dans :
 
La rue des Ursins
Cette rue s’appelait en 1321 la rue du port Saint-Landry. Son nom actuel vient du nom d’une famille qui possédait un hôtel.
A l’angle de la rue des Chantres et de la rue des Ursins, une vieille maison attire l’attention par son aspect vénérable. C’est l’une des rares demeures rescapées des travaux d’Haussmann qui, à l’exception de la place Dauphine et de quelques rues près de Notre-Dame, détruisirent beaucoup l’île de la Cité. Lire la suite dans l’article La vraie-fausse maison médiévale.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Rues.
 
La petite rue des Chantres, longe la curieuse fausse maison médiévale.
Cette rue, habitée par les chantres de Notre-Dame, portait déjà ce nom en 1540.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Rues.
 
Monter sur :
 
Le Quai aux FleursLe Quai aux Fleurs
Maintes fois contée, l’histoire d’Héloïse et d’Abélard a élevé ses acteurs au rang de personnages mythiques. Ces Roméo et Juliette parisiens se connurent dans l’île de la Cité. Nantais d’origine, Abélard gagna Paris en 1100 pour y suivre l’enseignement de Guillaume de Champeaux. Devenu lui-même professeur de renom, il accéda bien volontiers à la requête d’un chanoine de Notre-Dame, Fulbert, lui demandant de donner quelques leçons à sa nièce, Héloïse. La jeune fille était alors âgée de 18 ans alors qu’Abélard en avait 39, mais cela n’empêcha pas l’élève et son professeur de tomber éperdument amoureux l’un de l’autre. Lire la suite dans l’article sur la maison d’Héloïse et Abélard.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Quais.
 
Poursuivre le Quai aux Fleurs et aller jusqu’au :
 
Le Square de l’île de France
Le square de l’Île de France se situe entre les ponts de l’Archevêché et Saint-Louis, il marque avec la Mémorial de la Déportation, la pointe sud-est de l’Île de la Cité.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Espaces Verts.
 
Dans le square, on peut pénétrer dans :
 
Le mémorial de la Déportation
Visite possible du Mémorial de la Déportation non comprise dans le temps défini pour le circuit.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Cimetières et Sépultures.
 
Le Pont de l'Archevêché Remarquer sur la droite :
 
Le pont de l’Archevêché
Le pont de l'Archevêché tient son nom de l'archevêché qui se situait au Sud-Est de Notre-Dame, entre la cathédrale et la Seine. Cet édifice fut détruit suite aux émeutes anticléricales des 14 et 15 février 1831 et au pillage dont il fut la cible. Lire la suite dans l’article Le Pont de l’Archevêché.
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.
 
Reprendre le Quai de l’Archevêché et rejoindre :
 
Le pont Saint-Louis
Le pont Saint-Louis relie l'île de la Cité à l'île Saint-Louis. L'actuel pont en usage est le septième reliant les deux îles depuis 1630. Le pont Saint-Landry (1630-1634) fut le premier des sept. En 1717 un pont de bois est reconstruit, à sept arches, et appelé "Pont Rouge" à cause de la peinture utilisée. Il est détruit en 1795, par les crues. Lire la suite dans l’article Le Pont Saint-Louis.Le Pont Saint-Louis
Retrouvez d’autres articles portant sur les Ponts et Passerelles.
 
Ici se termine la visite de l’île de la Cité.
Ce circuit peut être jumelé avec celui de l’Île Saint-Louis, qui débute de l’autre côté du pont Saint-Louis.
Il est possible de reprendre le métro à « Cité » (ligne 4) dont les entrées sont situées Place Louis Lépine.
 
Liens
D’autres articles portant sur les Circuits peuvent vous intéresser.
Retrouvez d’autres articles concernant le 1er arrondissement.
D’autres articles sur le 4ème arrondissement sont accessibles.
 
Sources
Wikipedia
Dictionnaire historique des rues de Paris
Photos R.Desenclos 2008/2015