Aide à la recherche / Circuits Touristiques

 LES CIRCUITS DE PARIS
 
 
Paris Circuits
 
 
Voici la liste des articles se rapportant à la catégorie "Circuits".
Cliquer sur un lien pour accéder à l'article.
 

LE LONG DE LA RUE LAFAYETTE

 

Le long de la rue Lafayette

 

La rue Lafayette est la grande artère du nord-est de Paris. Elle traverse les IXème et Xème arrondissements, commence au 38 rue de la Chaussée d’Antin dans le IXème et se termine au 1 Place de Stalingrad et au 205 quai de Valmy, à la limite du XIXème.
 
 
Elle mesure 2830 mètres. Elle a été ouverte en 1823 entre les rues du Faubourg Saint-Martin et du Faubourg Poissonnière. Le nom d’Yves Gilbert de Motier, marquis de La Fayette (1757-1834) lui a été attribué après 1830. On lui réunit sous ce nom, en 1849, la partie intra-muros du Chemin de Pantin. Cet ensemble est prolongé jusqu’à la rue du Faubourg Montmartre en 1859 et jusqu’à la rue de la Chaussée d’Antin en 1862.
 
Comment s’y rendre
Elle est desservie par les stations de métro Chaussée d’Antin (lignes 7, 9), Le Peletier (7), Cadet (7), Poissonnière (7), Gare du Nord (4, 5, B, D), Louis Blanc (7, 7bis), Jaurès (2, 5, 7bis).
Les lignes de bus qui la parcourent sont le 26, 32, 42, 48, 54, 65.
 
A gauche, après le grand magasin qui fait le coin de la rue de la Chaussée d’Antin, se trouve la Cité d’Antin.
 
La Cité d'Antin Du 6 au 16, les immeubles ont été construits sur les limites sud de l’Hôtel de Montesson, incendié le 1er juillet 1810.
Situé à l'angle des rues Lafayette et de la Chaussée d’Antin (à l'emplacement de l'actuelle Cité d’Antin), il avait été construit par Alexandre Théodore Brongniart, vers 1770, pour Madame de Montesson, maîtresse du dus d’Orléans. Un long passage voûté reliait la rue à la cour. Vers la rue Taitbout, la façade sur le jardin était rythmée de pilastres ioniques, à l'image des hôtels construits dans le quartier par Etienne-Louis Boullée. Siège de l'ambassade d’Autriche sous le Premier Empire, l'hôtel fut le théâtre d’un terrible incendie en 1810. Une plaque apposée au mur rappelle cet événement.
13 – Très bel immeuble avec façade décorée de frontons, mascarons et balcons ouvragés.
Du 18 au 22, les jardins de l’ancien hôtel de la reine Hortense occupaient ce terrain avant le lotissement. La rue Pillet-Will occupe cet endroit. Cette rue, ouverte en 1901 sur l’emplacement de l’hôtel de Saint-Julien a reçu en 1905 son nom actuel, Michel Frédéric, Comte Pillet-Will (1781-1860), un des fondateurs de la Caisse d’Epargne de Paris. Elle n’est d’ailleurs bordée que par des établissements financiers.
31-33 – Emplacement de l’ancien Hôtel Thélusson, détruit en 1823, donnant également sur la rue de Provence. L’immeuble construit ici abrite la société Areva.
 
On coupe la rue Laffitte et on peut remarquer, vers la gauche, la perspective de la butte Montmartre avec, en premier plan, l’église Notre-Dame de Lorette.
A la hauteur de la rue Le Peletier se trouve la station de métro éponyme.
 
48 – L’immeuble date de 1870 et possède au rez-de-chaussée une belle boutique ancienne « CMAS » qui vend des plans et cartes.
56 – A cette hauteur de la rue Lafayette s’ouvre le Passage des Deux Sœurs, passage privé aujourd’hui qui rejoint le 42 rue du faubourg Montmartre. Il mesure 192 mètres. Cette voie, créée en 1780, sous le nom de Cour des Chiens s’est ensuite appelée en 1807 Cul-de-sac Coypel et a eu son dernier nom en 1815 en l’honneur des Sœurs Deveau, propriétaires de ce terrain. Une école d’équitation s’y implanta en 1845 en remplacement de l’ancienne qui, se trouvant rue Cadet, avait brûlé la même année.
 
60 – Emplacement de l’ancien Hôtel Cromot du Bourg, dont l’entrée se trouvait au 9 de la rue Cadet. Chopin y donna, le 26 février 1832, son premier concert devant le Tout-Paris musical. Il y jouera à plusieurs reprises et c'est là qu'aura lieu son dernier concert public parisien, devant la famille royale, le 16 février 1848. Au XVIIIème siècle, à l’époque où ce coin de Paris était encore un faubourg, le jardinier du roi Louis XIV y résidait. A la fin du siècle des Lumières, le premier commis des finances du roi, Jules David Cromot, Baron du Bourg y fit de nombreux travaux, la propriété devenant un riche hôtel, fut partagée en plusieurs lots dont l’un fut occupé par la famille Dutuit, célèbres collectionneurs. A la mort d’Auguste Dutuit en 1902, la municipalité recueillit les collections et racheta l’immeuble de la rue Cadet.
61 – L’ancien hôtel du Petit-Journal, contiguë à la rue Cadet.
 
Station de métro « Cadet » à la hauteur de la rue Cadet.La station Cadet
 
La rue Cadet, à droite où se trouve le siège du Grand Orient de France et au bout de laquelle on peut admirer la boutique ancienne « A la Mère de Famille ».
 
A la hauteur du 90 se trouve le Square de Montholon, en face duquel deux petites rues débouchent sur la rue Lafayette : la rue Riboutté et la rue Papillon. La première a été ouverte en 1781 et la seconde en 1780 sur des terrains, propriété de Lenoir et Riboutté. Quant à la seconde, elle reçut le nom de l’intendant des menus-plaisirs du roi, Pierre Papillon de la Ferté qui devait être décapité en 1794, à l’âge de 67 ans. Dans le square un monument sculpté est dédié aux Catherinettes.
 
91 – Belles cariatides.
100 – La rue Lafayette coupe la rue du Faubourg Poissonnière – métro Poissonnière.
 
A droite se trouve la Caserne de la Nouvelle France qui abrite la garde républicaine.
 
L'Eglise Saint-Vincent de Paul Continuons jusqu’à la Place Franz Liszt que domine l’imposante Eglise Saint-Vincent-de-Paul. Cette place portait le nom de Place Lafayette jusqu’en 1962.
Sur la place, au 6, beaux atlantes surplombant un café. Ici se trouvait une manufacture de pianos datant de 1850 devenue Caisse d'Épargne et remanié, dont la protubérance et le décor rompent avec les autres immeubles de la place.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Places.
 
119 – Le Centre Communautaire Juif de Paris abrite depuis novembre 2005, l’Institut Universitaire d’Etudes Juives Elie Wiesel, un pôle de recherches scientifiques, d’études universitaires et de rencontres intellectuelles de haut niveau. Une sympathique terrasse située au cinquième étage permet d’avoir une vue sur Paris et de déjeuner pour une somme modique.
125-127 – Bel immeuble avec bow-windows au coin du Boulevard de Magenta.
 
139 – Une très belle décoration de façade, sous forme de deux fresques verticales mesurant trois étages de haut, incluant deux femmes est visible du trottoir d’en face. L’immeuble date de 1898.
140 – Les bow-windows et les autres décorations de cet immeuble sont particulièrement soignés.
141 – Très bel immeuble aux décorations exubérantes et aux fenêtres stylées.
144 – De très belles statues – cariatides et atlantes soutiennent les balcons du troisième étage, tout en se reposant sur celui du second.
 
145 – Cet immeuble n’est pas un immeuble d’habitation. C’est en réalité une tour d’aération du RER tout proche.
Nous sommes tout à côté de la Gare du Nord et du quartier indien dénommé « Little India ».La Gare du Nord
 
152 – Emplacement de l’ancien Hôtel du Petit Monstre Parfait.
157 – Bel immeuble en briques dont les ferronneries des balcons sont particulièrement réussies.
 
Après cet immeuble commence la rue de l’Aqueduc sur la gauche.
A la pointe avec la rue Lafayette, une immense fresque murale représente une vue insolite de Paris.
Au 6 de cette rue se trouve un autre immeuble servant de tour d’aération pour le RER.
169 – Rare immeuble abritant une habitation individuelle.
 
Sur la droite, la petite rue d’Alsace permet de rejoindre la Gare de l’Est.
 
Franchissement des voies ferrées de la gare de l’Est sur un pont en béton armé long de 140 mètres, large de 20, construit en 1928 par Albert Caquot et inauguré le 20 octobre en présence du ministre des Travaux Publics. La circulation avait été interrompue le 13 juin 1927 pour ne reprendre que le 3 septembre 1928. Voir l'article Le Pont de la rue Lafayette.
 
206 – Au coin avec la rue du Faubourg Saint-Martin, emplacement de l’ancienne fontaine du Chaudron de 1718 à 1861.
 
En croisant la rue du Faubourg Saint-Martin, on passe devant la station de métro Louis-Blanc.
 
L'Eglise Saint-Joseph artisan 214 – Au fond de la cour, l’église Saint-Joseph l’Artisan.
Cette église est colossale et  clairement visible en passant rue du Faubourg Saint Martin, mais L'entrée se situe rue Lafayette au fond de la cour. A partir de 1848, des jésuites allemands cherchent à regrouper les immigrés de langue allemande travaillant sur les chantiers de Paris. Ils créent avec eux une chapelle en bois. En 1866 une église en pierre, Saint Joseph des Allemands, remplace la petite chapelle. Les vitraux y sont magnifiques. Le couvent est toujours occupé par les sœurs Les Servantes de Pauvres. A l'intérieur de l'Église on découvre une grande nef, quelques statues d'illustres personnages ayant marqués la vie de la paroisse. La croix au fond est entouré d'un halo de lumière et les vitraux sont très beaux. A l'extérieur, la statue dorée de Saint-Joseph appelle au recueillement, tout comme les bancs placés en face de lui.
 
231 – Très bel immeuble à la façade ouvragée et aux deux dômes coiffant le dernier étage.
 
A bout de la rue Lafayette on atteint la Place de Stalingrad et la station de métro Jaurès (lignes 2, 5, 7bis)
Arrêts de bus : 26 et 48
 
Liens
D’autres articles portant sur le 9ème arrondissement ou le 10ème arrondissement sont disponibles.
Retrouvez d’autres Circuits.
 
Sources
Wikipedia
Dictionnaire historique des rues de Parus
Divers Internet
Photos R.Desenclos 2008/2015