Aide à la recherche / Circuits Touristiques

 LES CIRCUITS DE PARIS
 
 
Paris Circuits
 
 
Voici la liste des articles se rapportant à la catégorie "Circuits".
Cliquer sur un lien pour accéder à l'article.
 

LA GRANDE TRAVERSEE DE PARIS D'EST EN OUEST - 4
 
 
 
 
 
L'Avenue Foch
Reprenons notre traversée de Paris d’est en ouest.
 

Nous sommes sur la Place de l’Etoile-Charles de Gaulle
Nous nous dirigeons vers le début de l’avenue Foch, trottoir de droite (pair)
 
L’Avenue Foch
Inaugurée en 1854, l’avenue de l’Impératrice, dite aussi avenue du Bois de Boulogne est la plus large de Paris (120 m), par la volonté du baron Haussmann. D’ailleurs les immeubles sont depuis précédés de jardinets d’une largeur de dix mètres. L’avenue a immédiatement été adoptée par la haute société de l’époque car elle donnait l’accès au Bois de Boulogne où il fallait se trouver. Les hôtels particuliers qui bordaient l’avenue rivalisaient de luxe.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Avenues.
 
L'Hôtel de Breteuil L’Hôtel de Breteuil
12 - Hôtel de Breteuil, construit en 1892 par Ernest Sanson pour Henri Le Tonnelier de Breteuil. L’architecte s’est inspiré du Pavillon de Hanovre construit au milieu du XVIIIème siècle sur les grands boulevards. Les cintres des fenêtres s’ornent de mascarons et le second étage est surmonté de balustres ornés de deux beaux groupes de putti. Les salles de réception sont ornées de boiseries d’époque Louis XV avec, dans le grand salon, des peintures de Louis Lagrénée. L’hôtel est occupé depuis 1954 par l’ambassade d’Irlande. Boiseries.
L’ambassade d’Irlande se trouve dans un hôtel construit par Ernest Sanson pour le marquis de Breteuil, fervent partisan de l’entente cordiale et ami du prince de Galles, futur Edouard VII.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les ambassades.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Hôtels particuliers.
16 – Ici a vécu Marcel Pagnol (1895-1974).
22 – A appartenu au pianiste Arthur Rubinstein (1887-1982).
 
Poursuivons en prenant le trottoir central côté droit afin de passer devant la pelouse sur laquelle se trouve :
 
Le Monument à Jean-Charles AlphandLe Monument à Jean-Charles Alphand
22 - Devant le 22 trône donc sur la pelouse le monument à Jean-Charles Alphand (1817-1891), directeur des travaux de Paris et habitant du 16ème, artisan des embellissements de la ville sous l’égide du baron Haussmann. Ce monument, inauguré en 1899 est l’œuvre de Jean-Camille Formigé et au sculpteur Jules Dalou qui travailla durant six années sans être rémunéré tant il admirait Alphand. Ce dernier, en pardessus, donne des ordres à quatre collaborateurs, l’architecte Bouvard, le peintre Roll, l’ingénieur Huet et Dalou lui-même.

Rejoindre la contre-allée.
 
24 – Ici mourut Claude Debussy (1862-1918)
32 – Hôtel Renaissance construit par Gaillard en 1884.
 
L'Hôtel Blumenthal-Montmorency L’Hôtel Blumenthal-Montmorency
34 - L’Hôtel Blumenthal-Montmorency a été construit par l’architecte de la Sorbonne, Henri-Paul Nénot, au début du XXème siècle. L’architecte dessina une version agrandie d’un hôtel particulier Louis XIV, ornée de pilastres corinthiens colossaux et dont l’étage noble est précédé d’une terrasse gardée par deux sphinges de pierre. C’est actuellement la résidence de l’ambassadeur des Emirats Arabes Unis. Construit en 1900 par Henri-Paul Nénot sur un terrain acquis de la compagnie d'assurances « La Nationale » par le négociant américain d'origine allemande Ferdinand Blumenthal. Ce terrain abritait auparavant une maison en pierre de taille avec communs, écuries et sellerie louée en 1894 au prince Boris Swiatopold Czetewerlinski puis en 1896 au comte de Ludre. Ferdinand Blumenthal présenta dans son hôtel sa collection d'antiquités et de tableaux, notamment de Corot et d'autres peintres de l'école de Barbizon. Après la mort de Ferdinand Blumenthal en 1914, l'hôtel fut la résidence de sa veuve, née Cecilia Ulman (1863-1927), qui se remaria en 1917 avec Louis de Talleyrand-Périgord (1867-1951), 7e duc de Montmorency et le 2e de la maison de Talleyrand-Périgord. Ce mariage entre un rejeton de la plus haute aristocratie et une fille de la bourgeoisie d'affaires juive new-yorkaise fit jaser, et les mauvaises langues n'appelèrent plus la nouvelle Mme de Talleyrand-Périgord que « la duchesse de Montmorenthal ». Ultérieurement, l'hôtel fut acquis par Jorge Luis Ortiz de Linares, ambassadeur de Bolivie en France après la Seconde Guerre mondiale, et sa femme Graziella Patiño, dont le père Simón Iturri Patiño habitait 30, avenue Foch, de l'autre côté de la rue Le Sueur. Il appartint dans les années 1980 à Mohammed Mahdi Al Tajir, ministre du pétrole des Émirats arabes unis et leur ambassadeur à Londres.
 
42 – Hôtel particulier appartenant à la Guinée Equatoriale occupé par Teodoro Nguema Obiang Mangué (né en 1971), surnommé Teodorin.
50 – Hôtel construit en 1896 par Sanson, pour le comte Boni de Castellane, époux, depuis 1895, de Miss Anna Gould, la plus riche héritière des Etats-Unis. Il est revêtu de marbre rose, d’où son nom de Palais Rose et possède un grand escalier de marbre rouge à double révolution, à rampe de marbre noir. Ce fut l’hôtel de Sagan après que la comtesse de Castellane eut épousé en 1908, après son divorce, Hélie de Talleyrand-Périgord, prince de Sagan. Hôtel occupé pendant la seconde guerre mondiale par le général allemand Stulpnagel et, en 1949, par la délégation soviétique à la conférence des Quatre.
56 – Hôtel particulier surélevé. On remarque les pilastres ioniques de la construction d’origine aux étages supérieurs.
60 – Hôtel où habita le vaudevilliste Georges Feydeau.
66-68 – Hôtel particulier néo-Renaissance construit par Armand Pollet en 1888. Il y a un double rez-de-chaussée en raison de la forte pente. On remarque deux paires de colonnes corinthiennes avec un double fronton circulaire.
 
64 – Ambassade d’IrakL'Ambassade d'Irak
L'ambassade d'Irak en France est la représentation diplomatique de la République d'Irak auprès de la République française. Elle est située 64 avenue Foch, dans le 16e arrondissement. L’immeuble date de 1900.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les ambassades.
 
72 – Résidence parisienne du prince séoudien Sultan Ben Abdul Aziz.
78 – Hôtel où mourut le peintre Georges Tissot, en 1902.
 
80 – Le très luxueux Square de l’Avenue Foch, qui porte ce nom depuis 1961, s’ouvre à la hauteur du 80 de l’avenue. Remarquons le charmant jardinet qui occupe le centre de la place. Autour, ce ne sont que de splendides demeures dont au :
5bis, L’ambassade de Hongrie, est le siège de la représentation diplomatique de la Hongrie en France. Son ambassadeur est, depuis janvier 2015, Georges Károlyi
9, un hôtel particulier construit vers 1930,
Le Square Foch 12, un cottage de style Tudor, ancienne propriété du comte Stanislas Potocki, qui fut un temps occupé par l’ambassade de Singapour, construit en 1885 par Steven Sauvestre, architecte de la tour Eiffel.
17, L’ambassade de Namibie, L’ambassade de Namibie se trouve sur le très élégant Square de l’Avenue Foch, situé au 80 avenue Foch. L‘immeuble date de la fin du 19ème ou du début du 20ème siècle.
24, lieu où vécut Claude Debussy, de 1905 à 1918.
Les plus anciens bâtiments datent du milieu du 19ème siècle.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les ambassades.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Squares
 
84 – Hôtel où habitait en 1910, l’écrivain Octave Mirbeau (1848-1917)
86 – Hôtel du baron de Zuylen qui organisa, sur le parcours Paris-Bordeaux, la première course automobile à la suite de laquelle fut fondé l’Automobile-Club, qu’il présida jusqu’en 1921.
90 – Face à ce numéro se trouve l’entrée de la station de métro Porte Dauphine.
 
L'Edicule Guimard de la station Porte DauphineStation Porte Dauphine
L’architecte Hector Guimard est à l’origine du style Art Nouveau. Aussi dénommé Modern Style, l’Art Nouveau exprime le rejet du modèle classique. Les formes fluides renouent avec la nature dans des cités de plus en plus marquées par l’industrialisation. Guimard se veut à la fois architecte et décorateur. Le Castel Béranger, au 14, rue La Fontaine, est un manifeste de son art. Hector Guimard ne connaîtra pas de son vivant, les honneurs qu’il méritait. Une des entrées de la station de métro Porte Dauphine représente bien l’architecture employée par Hector Guimard pour habiller les stations de métro.
Retrouvez d’autres articles portant sur Le Métro.
Retrouvez d’autres articles portant sur L’Art Nouveau.
 
A l’angle du boulevard se trouve un hôtel particulier construit pour Louis Renault. Quartier général de la Gestapo pendant la seconde guerre mondiale. L’avenue fut alors dénommée Avenue Boche.
 
Nous arrivons Place du Maréchal de Lattre de Tassigny.
 
Liens
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Circuits touristiques.
D’autres articles concernant le 16ème arrondissement sont disponibles.
 
Sources
Wikipedia
Dictionnaire historique des rues de Paris
Divers Internet
Photos R.Desenclos 2008/2015
 
Retrouvez les autres circuits « La Grande Traversée de Paris »
La Grande Traversée de Paris d’ouest en est 1 – De la Porte Dauphine à la Place de la Concorde.
La Grande Traversée de Paris d’ouest en est 2 – Des Tuileries au Louvre.
La Grande Traversée de Paris d’ouest en est 3 – Du Louvre à la Place de la Bastille.
La Grande Traversée de Paris d’ouest en est 4 – De la Place de la Bastille à la Porte de Montempoivre.
La Grande Traversée de Paris d’est en ouest 1 – De la Porte de Montempoivre à la Place de la Bastille.
La Grande Traversée de Paris d’est en ouest 2 – De la Place de la Batille à la Place de la Concorde.

La Grande Traversée de Paris d’est en ouest 3 – De la Place de la Concorde à la Place de l’Etoile.
La Grande Traversée de Paris d’est en ouest 4 – De la Place de l’Etoile à la Porte Dauphine.