Aide à la recherche / Circuits Touristiques

 LES CIRCUITS DE PARIS
 
 
Paris Circuits
 
 
Voici la liste des articles se rapportant à la catégorie "Circuits".
Cliquer sur un lien pour accéder à l'article.
 

QUE VOIR AUTOUR DE L'ARRÊT DE BUS ETIENNE MARCEL-MONTMARTRE?
 
 
Le restaurant L'Escargot Montorgueil
 
 
Mini-circuit autour de l'arrêt Etienne Marcel-Montmartre
 
 
Comment s’y rendre :
Bus : 29 arrêt Etienne Marcel Montmartre devant le 43 de la rue Etienne Marcel dans le 1er arrondissement.
Bus : 29 arrêt Etienne Marcel Montmartre devant le 41 de la rue Etienne Marcel dans le 2ème arrondissement.
 
Arrêts les plus proches :
Victoires : 29
Louvre-Etienne-Marcel : 48/67/74/85
Turbigo-Etienne-Marcel : 29
 
Mini-circuits les plus proches
Que voir autour de l’arrêt Louvre-Etienne-Marcel ?
Que voir autour de l’arrêt Victoires ?
Que voir autour de l’arrêt Turbigo-Etienne Marcel ?
 
Nous partons du carrefour entre les rues Montmartre, Jean-Jacques Rousseau, Etienne Marcel.
Faire une incursion dans la rue Jean-Jacques Rousseau pour atteindre le 68. Pénétrer dans la cour pour admirer un :
 
Cadran solaire
Au 68 de la rue Jean-Jacques Rousseau, dans cet hôtel du XVIIème siècle, Madame Dupin, femme du secrétaire du roi et fermier général tenait salon et recevait presque chaque jour Jean-Jacques Rousseau qui habitait à quelques maisons de là. La cour intérieure abrite un cadran solaire vertical déclinant du matin, peint sur la façade méridionale entre les fenêtres du second étage. Le style manque de précision, car un immeuble lui fait ombre.
 
Revenir vers la rue Etienne Marcel. Prendre à droite, la rue Montmartre et aller jusqu’au 15 ou l’on trouve :
 
Le restaurant Le Cochon à l'oreille Le bistrot Le cochon à l’oreille.
Situé au 15 rue Montmartre, le restaurant « Le cochon à l'oreille » possède une superbe décoration de céramiques de 1914, sur le thème des Halles, qui se trouvaient à quelques pas. Même le lustre semble d’époque. Son cadre a été miraculeusement épargné des vagues de la modernité qui ont frappé les Halles, il sort directement de la Belle Epoque. Il faut donc pousser sans hésitation la porte pour prendre le Cochon par l’Oreille. En patientant, on admirera des faïences d’origine sur les murs illustrant les scènes de la vie des Halles. Attention, Le Cochon à l’Oreille est un petit endroit. Mieux vaut donc réserver.
 
Puis au 13
 
Le Magasin Mora
Chute de Napoléon. Charles Trottier, chaudronnier en cuivre et étameur, fonde la Maison Mora au cœur de Paris. La maison édite son premier catalogue en 1835. En 1860, la maison est présente dans toutes les capitales étrangères où sont installés des chefs français. 1924 Gaspard Mora prend la direction avec une solide expérience de fabricant-mouliste. Il est le troisième du nom depuis 1814. La quatrième génération est en place. 1997 Techniques nouvelles et matériaux innovants permettent à Mora de proposer toujours mieux.
 
Traverser en face et remonter la rue jusqu’au carrefour. A droite se trouve :
 
Le Magasin La Bovida
Fournissant les métiers de la charcuterie et de la boucherie depuis 1921, LA BOVIDA s’est imposée comme une référence au service de tous les professionnels de l’alimentation. Forte de son expérience, elle a su s’adapter aux mutations du marché, sans jamais perdre sa crédibilité professionnelle. LA BOVIDA s’adresse aux professionnels de l’alimentation – Bouchers, Charcutiers, Traiteurs, CHR (cafés, hôtels, restaurants), Collectivités, GMS, Industrie – mais également aux particuliers.
 
Traverser la rue Etienne Marcel et s’engager à droite dans la rue Tiquetonne. Au 58, on trouve :
 
Le Magasin G.Detou
Même si on y trouve de tout, cette épicerie est spécialisée dans des produits pour pâtisseries. G. DETOU est une adresse pour des professionnels mais également pour les particuliers à la recherche de produits rares. Certains emballages ont donc été adaptés à leurs besoins. Parmi les produits intéressants : de très bons chocolats en pastilles pour faciliter la fondue au bain-marie, des pépites de chocolat pour cookies qui ne fondent pas à la cuisson, des fruits secs dont des pistaches non salées, des arômes naturels, (excellent extrait de café), des colorants, des gélifiants, des émulsifiants, la pâte à pistache ou à la rose pour macarons ... Il y a toujours des produits à découvrir. Et pour bien réussir nos macarons, Monsieur Detou a quelques conseils à nous donner : Ajouter un peu de crème de tarte dans la préparation, ceci transforme le sucre en sucre inverti et la préparation sera plus moelleuse à l'intérieur avec un extérieur croustillant. L'utilisation de blancs d'œuf en poudre facilite le travail, à défaut on peut congeler les blancs d'œufs. On obtient ainsi un meilleur résultat qu'avec des blancs d'œufs frais (voilà une bonne idée pour utiliser les blancs d'œufs en trop).
 
Poursuivre cette rue et prendre à droite la rue Montorgueil. Au 50 :
 
Le restaurant La Grille Montorgueil Le restaurant La Grille Montorgueil
Bistrot chic de l’entre-deux-guerres, la Grille Montorgueil a connu une histoire mouvementée. Celle du cinéma car de nombreuses scènes de Gueule d’Amour avec Jean Gabin y ont été tournées. Celle de la politique car le Général de Gaulle y avait ses habitudes. Aujourd’hui, retour aux sources du vrai bistrot avec le zinc qui brille de nouveau, on y redécouvre les petits plats d’autrefois ; mais aussi tous les nouveaux standards des brasseries parisiennes. Nous avons un Happy Hours de 17h à 20h30 et vous pourrez déguster pour le déjeuner notre nouvelle carte de Burgers et Club Sandwichs.
 
Continuer jusqu’au 38 (nous entrons dans le 1er arroncissement) :
 
Le restaurant L’Escargot Montorgueil
Fondé en 1832 sur le Mont des Orgueilleux, au cœur des Halles, l’Escargot Montorgueil s’appelait alors L’Escargot d’Or. André Terrail, fondateur de la mythique « Tour d’Argent » acquiert l’établissement en 1919. Le tout Paris des années folles s’encanaillait au rez-de-chaussée du restaurant : Sacha Guitry, Charlie Chaplin, Marcel Proust. Le nouvel acquéreur accueille dans un cadre préservé et feutré ainsi que dans une ambiance lounge. Terrasse, décor, carrelage, boiseries, larges miroirs, banquettes confortables. Il y a un magnifique escalier en colimaçon menant à trois salons privés.
 
Prendre à gauche
 
La rue Mauconseil
Cette rue, en partie construite dès 1250, portait déjà le nom de rue Mauconseil. Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous le nom de rue Mauconseil. La rue Mauconseil formait l'une des limites du fief de Joigny. De 1792 à 1806, elle se nomma rue Bonconseil, ainsi que la section dont elle faisait partie. Une décision ministérielle du 3 pluviôse an IX (23 janvier 1801), signée Chaptal fixe la moindre largeur de cette voie publique à 9 mètres. En vertu d'une ordonnance royale du 21 juin 1826, sa largeur est portée à 10 mètres. En 1866, la rue Mauconseil disparaît partiellement lors des prolongements des rues Étienne-Marcel (entre les rues Saint Denis et Montorgueil), et Turbigo (entre la rue Saint Denis et la pointe Saint-Eustache).
Au bout de celle-ci prendre à gauche, la rue Française et à gauche la rue Etienne Marcel.

On rejoint ainsi le point de départ.
 
Liens
Retrouvez d’autres articles portant sur Les circuits touristiques.
D’autres articles portant sur le 1er arrondissement sont disponibles.
D’autres articles portant sur le 2ème arrondissement sont disponibles.
 
Sources
Divers Internet
Wikipedia
Photos R.Desenclos 2008/2017