Aide à la recherche / Circuits Touristiques

 LES CIRCUITS DE PARIS
 
 
Paris Circuits
 
 
Voici la liste des articles se rapportant à la catégorie "Circuits".
Cliquer sur un lien pour accéder à l'article.
 

PROMENADE AUX TUILERIES
 
Le Jardin des Tuileries
 
 
 
La partie du terrain séparant la Place de la Concorde du Carrousel est occupée par le Jardin des Tuileries et le Jardin du Carrousel.
 
 
Ces jardins sont décorés de nombreuses statues et sculptures. Elles sont au nombre de 87.
 
Le jardin des Tuileries peut être divisé en trois parties, elles-mêmes subdivisées :
Le Grand Bassin entre la Place de la Concorde et le Grand Couvert. La zone du Grand Bassin comprend en son centre le Grand Bassin octogonal. Face à lui, près de l’entrée donnant sur la Place de la Concorde se trouve le Fer à Cheval. De part et d’autre de celui-ci, on trouve les parterres de broderie et sur les deux côtés, le Musée de l’Orangerie, et la Galerie Nationale du Jeu de Paume. Les limites du jardin dont occupées par la Terrasse du Bord de l’eau côté Seine et par la Terrasse des Feuillants côté rue de Rivoli.
Le Grand Couvert que les allées de Solferino et Grande divisent en quatre. Seize surfaces sont ainsi délimitées à l’aide de ces allées mais aussi de chemins secondaires. A la limite est se trouvent deux bassins dénommés les exèdres (nord et sud).
Le Grand Carré se situe entre le Grand Couvert et la Terrasse qui l’on rejoint par le Grand Degré. Il comprend le Grand Bassin Rond et deux petits bassins ronds. De la Terrasse, on rejoint le jardin du Carrousel.
 
Comment s’y rendre
Métro : Tuileries (ligne 1)
Bus : 72, arrêt Castiglione
 
Comment quitter
Métro : Concorde (lignes 1/8)
Bus : 24/42/52/72/73/84/94 arrêt Concorde
 
 
Nous visitons le Jardin des Tuileries
Les statues anciennes et les œuvres sculptées modernes occupent ces ensembles.
 
Dans le Grand Carré, côté rue de Rivoli, par l’entrée de l’avenue du Général Lemonnier :
    Retour de Chasse, d’Antonin Carlès, 1888.
    Monument à Jules Ferry, de Gustave Michel, 1910.
A proximité du petit bassin rond nord :
    Tigre terrassant un crocodile, d’Auguste Caïn, 1873.
Le long de l’allée, côté nord :
    La Nymphe, de Louis Auguste Levêque, 1866.
Le long de l’allée, côté sud :
    Diane chasseresse, de Louis Auguste Levêque, 1869.
A proximité du petit bassin rond sud :
    Tigresse portant un paon à ses petits, d’Auguste Caïn, 1873.
Sur la Terrasse du Bord de l’Eau :
    Les Fils de Caïn, de Paul Landowski, 1906.
Autour du Grand Bassin Rond :
Quart sud-est :
    La Misère, de Jean-Baptiste Hugues, 1907.
    Périclès distribuant des couronnes aux artistes, de Jean-Baptiste Debay père, 1835.
    Le Bon Samaritain, de François Sicard, 1896.
Quart sud-ouest :
    Alexandre combattant, de Charles Nanteuil, 1836.
    Cincinnatus, de Denis Foyatier, 1834.
    Médée, de Paul Jean-Baptiste Gasq, 1896.
Quart nord-ouest :
    Le Serment de Spartacus, de Louis-Ernest Barrias, 1869.
    La Comédie, de Julien-Toussaint Roux, 1874.
    Le Centaure Nessus enlevant Déjanire, de Laurent-Honoré Marqueste, 1892
Quart nord-est :
    Thésée combattant le Minotaure, d’Etienne-Jules Ramey, 1821.
    Cassandre se met sous la protection de Pallas, d’Aimé Millet, 1877.
    Caïn venant de tuer son frère, d’Henri Vidal, 1896.
Du côté de la Terrasse du bord de l’eau par l’allée transversale :
    La Mort de Laïs, de Roland Mathieu-Meusnier, 1850
    Sans Titre, de Tony Cragg, 1991
Dans l’allée de Diane, qui borde le Grand Couvert, près de la Terrasse du Bord de l’Eau :
    Flore Farnèse, d’Antoine André, 1676.
Au coin de la Grande Allée :
    Jules César, d’Ambrogio Parisi, 1688.
    Hercule Farnèse, de Giovanni Comino, 1670.
Vers la Terrasse des Feuillants :
    Diane à la biche, de Guillaume Coustou.
 
Le Grand Couvert est composé de seize pelouses. Nous les suivrons depuis la rue de Rivoli en partant de celle que longe l’Allée de Diane (coin nord-est) :
Pelouse 1
    Confidence, de Daniel Deseuze, 2000.
    Force et Tendresse, d’Eugène Dodeigne, 1996.
    L’Ami de Personne, d’Erik Dietman, 1999.
Pelouse 2 – Occupée par l’exèdre nord. Autour de l’exèdre :
    Manus Ultimus, de Magdalena Abakanowicz, 1997.
    Atalante, de Pierre Lepautre, 1704.
    Hippomène, de Guillaume Coustou, 1712.
    Faune au chevreau, de Pierre Lepautre, 1685.
Pelouse 3 – Occupée par l’exèdre sud. Autour de l’exèdre :
    Daphné poursuivie par Apollon, de Guillaume Coustou, 1715.
    Apollon poursuivant Daphné, de Nicolas Coustou, 1714.
    Vénus callipyge, de François Barois, 1686.
Pelouse 4 – Le long de la terrasse du bord de l’eau. Vide.
Pelouse 5 – Le long de la terrasse des Feuillants. Vide.
Pelouse 6 – Le long de la Grande Allée, côté nord.
    Primo Piano II, de David Smith, 1962.
Pelouse 7 – Le long de la Grande Allée, côté sud.
    L’Echiquier Grand, de Germaine Richier, 1959. -
Pelouse 8 - Le long de la terrasse du bord de l’eau.
    L’arbre des voyelles, de Giuseppe Penone, 2000.
En retournant vers la rue de Rivoli, on remarque, de part et d’autre de l’entrée donnant rue de Rivoli :
    Lion et lionne se disputant un sanglier, d’Auguste Caïn, 1875.
    Rhinocéros attaqué par un tigre, d’Auguste Caïn, 1882.
Pelouse 9 – Le long de la terrasse des Feuillants. Vide.
Pelouse 10 – Le long de la Grande Allée côté nord.
Pelouse 11 - Le long de la Grande Allée côté sud. Vide.
Pelouse 12 - Le long de la terrasse du bord de l’eau.
    Un, deux, trois, nous, d’Anne Rochette, 2000.
Pelouse 13 - Le long de la terrasse des Feuillants.
    Monument à Charles Perrault, de Gabriel Pech, du 19ème siècle.
    Jeannette, de Paul Belmondo, 1933.
    Apollon, de Paul Belmondo, 1933.
Pelouse 14 - Le long de la Grande Allée côté nord.
    Personnages III, d’Etienne Martin, 1967.
Pelouse 15 - Le long de la Grande Allée côté sud.
    La Grande Musicienne, d’Henri Laurens, 1937.
Pelouse 16 - Le long de la terrasse du bord de l’eau. Vide.
 
Autour du Grand Bassin octogonal, adossés à la pelouse 14.
    Véturie ou le Silence, de Pierre II Legros, 1695.
    L’Eté ou Cérès, de Guillaume Coustou, 1726.
    L’Hiver, de Jean-Melchior Raon, 1712.
    Annibal, de Sébastien Slodtz, 1722.
Autour du Grand Bassin octogonal, adossés à la pelouse 16.
    Jules César, de Nicolas Coustou, 1722.
    L’Automne ou Vertumne, de François Barois, 1696.
    Le Printemps ou Pomone, de François Barois, 1696.
    Agrippine-Plotine, de Robert Doisy, 1685.
En prenant l’escalier qui mène à la terrasse du bord de l’eau. Au pied de l’escalier :
    Figure couchée, d’Henri Moore, 1951.
Sur la terrasse, derrière l’Orangerie.
    Lion au serpent, d’Antoine Louis Barye, 1832.
Longer la terrasse vers l’ouest pour atteindre, au coin de la terrasse.
    Lion, de Giuseppe Franchi, 18ème siècle.
Et, juste derrière,
    Le Baiser, d’Auguste Rodin, 1881.
Poursuivre en longeant l’Orangerie, là sur la gauche :
    Grand Commandement Blanc, d’Alain Kirili, 1986. :
    Eve, d’Auguste Rodin, 1881.
Et sur la gauche :
    La Méditation, avec bras, d’Auguste Rodin, 1881.
Devant :
    La Grande Ombre, d’Auguste Rodin, 1880.
Prendre l’allée à gauche, vers le fer à cheval. A l’entrée du jardin :
    La Renommée, d’Antoine Coysevox.
Descendre le Fer à cheval, en bas à droite :
    Le Nil, de Lorenzo Ottoni, 1692.
Dans le Fer à Cheval, à gauche en bas :
    La Loire et le Loiret, de Corneille Van Clève, 1707.
    Arcs de Cercle Complémentaires, de François Morellet, 2000.
En face, à gauche :
    Buste d’André Le Nôtre, d’Antoine Coysevox.
    Arcs de Cercle Complémentaires, de François Morellet, 2000.
    La Seine et la Marne, de Nicolas Coustou, 1712.
Se diriger vers l’escalier de la terrasse des Feuillants, on passe devant :
    Le Tibre, de Pierre Bourdict, 1690.
Au bas de l’escalier :
    La Foule, de Raymond Mason, 1965.
Contourner le mur avant de prendre l’escalier :
    (Placé) sur un point fixe, (pris) depuis un point fixe, de Lawrence Weiner, 1992.
    Monument à Waldeck-Rousseau, Laurent Marqueste.
Revenir à l’escalier et monter, tourner à gauche, là, sur la droite :
    Le Bel costumé, de Jean Dubuffet, 1978.
Plus loin :
    Welcoming Hands, de Louise Bourgeois, 1996.
Puis, au coin de la terrasse, le pendant de celui qui se trouve vers le pont de la Concorde.
    Lion, de Giuseppe Franchi, 18ème siècle.
 
Liens
Retrouvez d’autres articles portant sur le 1er arrondissement.
D’autres articles concernant les Circuits touristiques sont accessibles.
 
Sources
Les Tuileries, du Louvre à la Concorde.
Photos Richard Desenclos 2008/2017