Aide à la recherche / Inclassables

LES INCLASSABLES

 Inclassables

Cet article est une aide à la recherche. Cliquer sur le lien pour accéder à l'article de la catégorie Inclassables.

Lire la suite : INCLASSABLES

L'ECLAIRAGE

 

L'Eclairage

 

Sous Philippe le Bel, Paris ne possédait, la nuit venue, que trois lumières : une sous la voûte du Grand-Châtelet, une à la tour de Nesles et une au cimetière des Innocents. Diverses ordonnances, parues sous les règnes de Louis XII, François 1er et Henri II, prescrivirent la pose de chandelles à une des fenêtres de chaque maison.

Ces prescriptions restèrent sans effet, aussi, le guet ramassait-il chaque nuit les corps d’une quinzaine de personnes assassinées dans les rues. En 1662, l’abbé Caraffe fit adopter un éclairage « mobile ». On trouvait à certains carrefours des porteurs qui accompagnaient les passants en les éclairant, soit à l’aide de flambeaux de cire moyennant cinq sols la tranche de cire consumée – le flambeau était divisé en dix tranches, soit à l’aide de lanterne à l’huile. Ces porteurs, munis d’un sablier, prenaient trois sols par quart d’heure d’éclairage (cette mesure fut étendue en 1769, à des porteurs de parapluie). Dans les deux cas, on était accompagné jusqu’à la porte de son appartement, même situé au dernier étage. L’évolution de l’éclairage passa ensuite par des phases variées. En 1667, ce sont des lanternes garnies d’une chandelle que l’on posait sur des fenêtres. Vers 1700, on les suspendit aux façades à l’aide d’une corde et d’une poulie. En 1745, Bourgeois de Châteaublanc, inventa la lanterne à réverbère pourvue d’une réflecteur et où l’huile remplaça la chandelle. Le lieutenant de police, M. de Sartine, fit expérimenter cet éclairage dans une des plus belles rues du Paris d’alors, la rue Dauphine. Puis, vers 1769, ces lanternes furent hissées au milieu des rues à cinq mètres de haut, à soixante mètres de distance les unes des autres. En 1791, Philippe Lebon (1769-1804) inventa le gaz d’éclairage par combustion du bois. Il obtint son brevet le 21 septembre 1799. C'est dans l’hôtel de Seignelay que fut réalisée la première expérience d'utilisation du gaz dans les immeubles. Le 11 octobre 1801, au 43-47 rue Saint-Dominique, l'ingénieur Philippe Lebon parvint à chauffer plusieurs pièces avec un seul poêle et à éclairer tout un jardin à l'aide d'une thermolampe de son invention. Après la mort mystérieuse de son mari en 1804, madame Lebon s'emploiera à exploiter ses résultats. En 1811, elle installe une thermolampe rue de Bercy et dans une habitation du Faubourg Saint-Antoine et réalise l'éclairage de la galerie Montesquieu au Palais-Royal. En 1818, l'hôpital Saint-Louis est éclairé avec le procédé de Lebon. Quatre ans plus tard, c'est le tour de l'Opéra. Le gaz fait des adeptes, surtout dans les commerces et les théâtres. La première voie publique à être éclairée est le Passage des Panoramas, en 1817. En 1829, quatre lanternes sont installées place du Carrousel. Douze le sont rue de Rivoli, rue de la Paix, rue de Castiglione, place Vendôme, place de l'Odéon et galerie du Palais-Royal. Les grands boulevards sont éclairés en 1837. Sous Louis-Philippe, Hittorff créé les fastueux lampadaires de la place de la Concorde. A partir de 1855, le préfet Haussmann et Napoléon III développent l'éclairage au gaz et alignent des réverbères dans les rues de Paris. En 1891, la capitale est illuminée par 53.000 réverbères. Pour les allumer, les éteindre et les nettoyer, des escouades parcourent la ville. Chaque employé a en charge 70 lanternes qui s'allument en 40 minutes. Certaines sont éteintes à minuit, d'autres au petit matin. En 1901, la Compagnie Parisienne d'Eclairage et de Chauffage par le Gaz, créée en 1855, emploie 9.000 personnes et en dessert 523.000 dans Paris et sa banlieue.

Under Philippe le Bel, Paris had during the night, only three lights: one under the arch of the Grand Chatelet, one at the Tour de Nesle and one at the cemetery of the Innocents. Various orders issued during the reigns of Louis XII, François 1er and Henry II, prescribing the installation of a candlelit windows of every house. These requirements remained without effect, and, every night a dozen of bodies of people murdered were picked up in the streets. In 1662, Father Caraffe did adopt a light 'mobile'. One find at some intersections porters who accompanied the passers-by enlightening them, either using wax slices torches at five soles each slice of wax consumed - the torch was divided into ten slices, either using the lantern oil. These carriers, equipped with a timer, took three soles per quarter-hour lighting (this measure was extended in 1769 to carry an umbrella). In both cases, one was accompanied to the door of his apartment, even on the top floor. The evolution of light then passed through various phases. In 1667, it was candle lanterns which were posed on windows. By 1700, they were hung on walls using a rope and pulley. In 1745, Bourgeois Châteaublanc, invented the lantern lamp provided with a reflector where oil replaced the candle. The police lieutenant, Mr de Sartine, experimented this lighting one of the most beautiful streets of Paris i.e. the Rue Dauphine. Then, around 1769, these lanterns were hoisted in the streets to fifteen feet high, fifty yards away from each other. In 1791 Philippe Lebon (1769-1804) invented gas lighting by burning wood. He obtained his commission on the 21st September 1799. It was in the hotel de Seignelay that was made the first experience of using gas in buildings. On October 11, 1801, 43-47 rue Saint-Dominique, the engineer Philippe Lebon managed to heat several rooms with a single pan and light a whole garden with a thermolight of his invention. After the mysterious death of her husband in 1804, Madame Lebon seeks to exploit his results. In 1811, she installs a thermolight rue de Bercy, and in a house in the Faubourg Saint-Antoine and manages the lighting of Montesquieu gallery at the Palais Royal. In 1818, the St. Louis hospital is illuminated with the process of Lebon. Four years later, it was the turn of the Opera. The gas is catching up, especially in shops and theaters. The first street to be illuminated is the Passage des Panoramas, in 1817. In 1829, four lanterns are installed Place du Carrousel. Twelve are installed the Rue de Rivoli, rue de la Paix, rue de Castiglione, Place Vendome, Place de l'Odeon and in the gallery of the Palais Royal. The boulevards are lit in 1837. Under Louis Philippe, Hittorff created ostentatious chandeliers on the Place de la Concorde. As from 1855, the prefect Haussmann and Napoleon III develop gas lighting and line up street lamps in the streets of Paris. In 1891, the city is illuminated with 53,000 lamps. To light them up, turn them off and clean, squads roam the city. Each employee is responsible for 70 lanterns that light up in 40 minutes. Some are turned off at midnight, others at dawn. In 1901, the Compagnie Parisienne of Lighting and Heating by Gas, founded in 1855, employs 9,000 people and serves 523,000 more in Paris and its suburbs.

Liens
D’autres articles peuvent vous intéresser concernant la catégorie Inclassables.

Source
Connaissance du vieux Paris
Le Guide du Paris savant
Photo R.Desenclos 2013
Photo de la Galerie Véro-Dodat, Paris, 1er