Aide à la recherche / Avenues

LES AVENUES

Les avenues

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les avenues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

 

Lire la suite : AVENUES

L'AVENUE RUYSDAËL
 
 
L'avenue Ruysdaël
 
 
 
Cette avenue qui fait partie du Parc de Monceau a été ouverte en 1861. Elle porte depuis 1869 le nom du peintre hollandais Jacques Ruysdaël (1629-1682). Elle commence Place de Rio de Janeiro et se termine en impasse au Parc de Monceau. Elle mesure 76 mètres.
 
 
1 – Hôtel Crosnier.
2 - La chancellerie de l'Ordre de la Libération s'y installa de 1954 à 1967.
 
3 - Hôtel Dreyfus
Hôtel acquis en 1874 par l'homme d'affaires Auguste Dreyfus (1827-1897), et qui a été après lui la résidence de sa veuve, Luisa González Orbegoso (1847-1924), marquise de Villahermosa. Ancien petit commerçant en « objets, produits et denrées de luxe » au Pérou devenu un industriel richissime, Dreyfus y accumula d’extraordinaires collections d’œuvres d’art dont il fit dresser l’inventaire détaillé une dizaine d’années plus tard, qui mentionne des tableaux de maîtres anciens (Velasquez, Zurbaran, Murillo, Goya, Rubens, Ruysdael, Le Lorrain) et modernes (Courbet, Corot ou Meissonier), des tapisseries flamandes du XVIe siècle, des broderies au petit point du XVIe siècle espagnol, des tapisseries des Gobelins et de Beauvais, une collection de tabatières, bonbonnières, châtelaines et montres du XVIIIe siècle, des pièces d’orfèvrerie, des vases japonais ou chinois en bronze, des ivoires, jades, laques de Chine, des antiquités péruviennes, des porcelaines et faïences, des armes anciennes, etc. Au deuxième étage, se trouvait à côté de la bibliothèque le « petit cabinet des étoffes » où étaient conservées 335 pièces de tissus précieux estimés 8 000 francs : robes de Chine ou du règne de Louis XV, coussins en broderie persane de soie, coussins de gondole vénitien du XVIIIe siècle, morceaux de soie en lés d’époque Louis XV ou Louis XVI, broderie d’or, étoles et chasubles, chapes en damas ou en satin, passementerie et dentelles… Les onze coffres en bois qui contenaient un service en vermeil de la maison Odiot de 500 pièces dont 98 plats, les onze placards de l’office où se trouvaient les services de porcelaine et de cristal, ainsi que les vingt placards de la lingerie témoignaient également de l’opulence de la maison...qui marqua de même la « maison de campagne » de Pontchartrain, domaine acquis par Dreyfus en 1888 et que ses héritiers conservèrent jusqu'en 1932. Aujourd'hui, c'est le siège de la société Rolex.
 
4 - Hôtel Menier
Hôtel particulier construit en 1875 pour M. Lecomte par l'architecte Jules Pellechet. En 1878, Gaston Menier achète l’hôtel à l'industriel originaire de Mulhouse Georges Michel dit Jules Koechlin (1816-1882) et fait exécuter des travaux de décoration intérieure, en particulier les belles mosaïques de l’escalier, qui portent la date de 1879, et qui sont classées. Il en prend possession en 1880, l’année de son mariage. En 1885, il fait construire par l'architecte Henri Parent les communs qui se trouvent dans la cour située derrière le bâtiment principal (les anciennes écuries ont conservé les anneaux où l’on attachait les chevaux ; l’emplacement où se trouve la collection Bouvet devait servir de remise pour les voitures). Au-dessus de ces communs se trouve l’étage construit en encorbellement et reposant sur un système d’arcs entrecroisés. Il est éclairé par de curieuses fenêtres mauresques dans le style de celles de l’hôtel d'Henri Menier, rue Alfred-de-Vigny. Cet étage était occupé par une « salle mauresque » destinée aux réceptions et aux représentations théâtrales. Gaston Menier avait également fait installer dans la salle à manger de son hôtel, en 1887, un célèbre petit train électrique de table qui apportait les plats devant chaque convive. Hôtel de M. P. Lozouet en 1910. Depuis 1953, l'hôtel abrite le Conseil national de l'ordre des pharmaciens.
 
6 - Hôtel d'Émile Bieckert (1837-1913), brasseur alsacien qui avait fait fortune en Argentine avant de revenir vivre en France en 1889, passant le plus clair de son temps dans le Midi (en 1910).
 
Adresse
Avenue Ruysdaël
75008 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.877944
Longitude : 2.310048
 
Comment s'y rendre
Métro : Monceau (ligne 2)
Bus : 84 arrêt Ruysdaël-Monceau
 
Plan

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 8e arrondissement et découvrir les environs.

Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles portant sur le 8e arrondissement.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Avenues.

Liens externes sur ce sujet
-

Sources
Dictionnaire historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2012