Aide à la recherche / Boulevards

LES BOULEVARDS

Les boulevards

 

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les boulevards sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : BOULEVARDS

LE BOULEVARD LANNES
 
 
 
 
Le boulevard Lannes part de la place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny et se termine à l’avenue Henri-Martin, où il laisse la place au boulevard Suchet après la porte de la Muette. Il a une longueur de 960 mètres pour une largeur de 33,50 m entre l’avenue Foch et l’avenue de Pologne et une largeur de 30 m ailleurs.
 

Le boulevard de l'Amiral-Bruix a fait partie du boulevard Lannes jusqu’à ce que l’arrêté du 29 juillet 1932 l’en détache. Le côté intérieur du boulevard est essentiellement composé d’habitations tandis que, sur le côté extérieur, on trouve, au niveau de la place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, l’université Paris-Dauphine, la piscine Henry-de-Montherlant et l’ambassade de Russie en France. Il a reçu son nom de Jean Lannes (1769-1809), duc de Montebello, maréchal de France.
 
Jean Lannes, 1er duc de Montebello, né le 10 avril 1769 à Lectoure (Gers) et mort le 31 mai 1809 sur l'île de Lobau, en Autriche, à la suite des blessures reçues à la bataille d'Essling, est un général français de la Révolution et de l'Empire, élevé à la dignité de maréchal d'Empire en 1804. Engagé volontaire en 1792, il fait ses premières armes sur le front pyrénéen, puis dans l'armée d'Italie où, général de brigade, il est remarqué par Bonaparte lors de la bataille du pont d'Arcole. Il participe ensuite à la campagne d'Égypte et est élevé au rang de général de division. Lors de la seconde campagne d'Italie (1799-1800), il dirige l'avant-garde de l'armée française. Il remporte son plus grand succès à la bataille de Montebello le 9 juin 1800. Son intelligence et son aptitude au combat sont confirmées lors de la bataille de Marengo cinq jours plus tard. Il est ensuite ministre plénipotentiaire au Portugal où il se heurte aux diplomates britanniques et portugais. En 1804, Napoléon l’élève à la dignité de maréchal d'Empire et lui donne le commandement du quatrième corps de l'armée des côtes de l'Océan. Il participe à la campagne d'Allemagne achevée à Austerlitz (décembre 1805). Ayant quitté l'armée à la dissolution de la Troisième Coalition, il est rappelé par Napoléon lorsque la Prusse déclare la guerre à la France et suit l'Empereur dans sa campagne de Prusse et de Pologne : après la bataille d'Iéna (octobre 1806), il est chargé de pourchasser l'armée russe de Bennigsen, qu'il écrase à la bataille de Pułtusk. Il prend part à la bataille de Friedland où il combat encore en infériorité numérique. Le 15 juin 1808, il est fait duc de Montebello puis envoyé en Espagne où il remporte la bataille de Tudela, puis mène le second siège de Saragosse. En 1809, il participe à la deuxième campagne d'Autriche, durant laquelle Vienne est de nouveau prise par les Français. Mais le 22 mai 1809, durant la bataille d'Essling, le maréchal Lannes, après avoir vu son ami le général Pouzet se faire tuer d'une balle perdue, est frappé à son tour par un boulet de trois livres qui le blesse gravement aux jambes. Malgré les tentatives des médecins, il meurt le 31 mai 1809, à l'âge de 40 ans. Au cours de sa carrière, Lannes a démontré des qualités d'attaquant (Saragosse, Montebello), de chef d'avant-garde (Friedland, Aspern-Essling) ou de manœuvrier (Ulm, Iéna) qui en font, avec Davout, l'un des meilleurs commandants dont ait disposé Napoléon : celui-ci dira de lui à Sainte-Hélène: « Lannes, le plus brave de tous les hommes […] était assurément un des hommes au monde sur lesquels je pouvais le plus compter […] L'esprit de Lannes avait grandi au niveau de son courage, il était devenu un géant […] ». Le peintre Pierre Ernest Ballue (1855-1928) s'est installé dans un immeuble de cette rue vers 1900, sa belle-mère décéda dans son appartement en 1917.
 
La Porte Dauphine La Porte Dauphine
La porte Dauphine est un des accès de Paris située dans le 16e arrondissement, à l'extrémité ouest de l'avenue Foch et aux abords du bois de Boulogne.
 
2 – Université Paris-Dauphine
L’université Paris-Dauphine est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche français spécialisé dans les sciences des organisations et des marchés. Créée en 1971 après la scission de l’université de Paris avec le nom d’« université Paris-IX », elle prend en 2004 son nom actuel d'« université Paris-Dauphine », ainsi que le statut de grand établissement. Elle est spécialisée en économie, gestion, droit, sciences sociales, mathématiques et finance. Elle tire son nom de la porte Dauphine, proche, où est situé le bâtiment principal, l'ancien secrétariat général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN). Dauphine est membre de la Conférence des grandes écoles et également l'un des membres fondateurs de la Comue Paris sciences et lettres.L'Université Paris-Dauphine
 
4 – Square Robert Schumann – adresse 41, avenue du Maréchal Fayolle
Il est situé entre l'université Paris-Dauphine au nord et le square du Général-Anselin au sud (il est séparé de chacun d'eux par l'avenue de Pologne), et entre le boulevard Lannes à l'est et l'avenue du Maréchal-Fayolle (qui longe boulevard périphérique) à l'ouest. Ce square rend hommage à Robert Schuman, l'un des fondateurs de la construction européenne, non seulement par son nom mais aussi par une statue en bronze le représentant, œuvre de Jean-François Hamelin en 1985. Il s'étend sur 3 559 m2 en lisière du jardin d'acclimatation et du bois de Boulogne.
 
6 – Square du Général Anselin – adresse 1, avenue de Pologne.
Le square du Général-Anselin est un square du 16e arrondissement. il fut nommé ainsi en l'honneur d'Ernest Anselin (1861-1916), un général de brigade mort pour la France au cours de la Première Guerre mondiale.
 
9 – Jardin Maurice Barlier – adresse 68/70 boulevard Flandrin
Le Jardin Maurice Barlier se trouve le long du boulevard Flandrin au carrefour avec la rue de Longchamp dans le seizième arrondissement. Cet espace vert porte depuis 1999 le nom du résistant Maurice Barlier (Saint-Dié, le 9 septembre 1905 - fusillé au Mont-Valérien, le 29 août 1941).
 
11 - Paul Claudel est décédé dans cette maison le 23 février 1955.
13 - Ici demeurait le peintre Charles-Alexandre Coëssin de la Fosse (1829-1910)
23 - Georges Laugée (1853-1937), artiste peintre, y eut son atelier de 1910 à 1923.
30/32 - Centre sportif Henry-de-Montherlant et piscine Henry-de-Montherlant.
 
33/35 - École Pascal (école-collège-lycée privé).
L’école Pascal est un établissement privé laïque mixte sous contrat d’association avec l’État qui s'étend de la maternelle à la terminale générale. Fondée en 1899 par Albert Amadieu, ancien professeur au lycée Louis-le-Grand, l’école Pascal se situe au 33, boulevard Lannes, dans le 16earrondissement. L’école Pascal accueille plus de 480 élèves qui se répartissent dans les classes de la maternelle jusqu’aux terminales L, S et ES. Elle obtient depuis plusieurs années 100% de réussite au baccalauréat dans les trois sections avec un pourcentage de mentions supérieur à 85%. Elle dispense un enseignement laïque. La direction de l’établissement définit son objectif dans le développement individuel des élèves en fonction des talents et la personnalité de chacun. Un internat permet à 38 garçons de la sixième à la terminale de travailler sur place, soit en dortoir pour les plus jeunes, soit en chambre particulière pour ceux qui préparent les examens du lycée. L’enseignement scientifique et littéraire s'accompagne d'un renforcement du pôle langue avec notamment l'« Objectif bilingue » en anglais, dispensé de la maternelle à la terminale par des professeurs natifs. La certification du Goethe Institute est également proposée aux collégiens germanistes. De nombreux voyages linguistiques et culturels sont organisés chaque année.
 
36 – Jardin Claude Debussy
Le jardin Claude-Debussy occupe le terre-plein central de l’avenue Chantemesse. Il est délimité par les deux chaussées parallèles de l’avenue Chantemesse, par le boulevard Lannes et par l’avenue du Maréchal-Fayolle. Il a pour adresse le 49, avenue du Maréchal-Fayolle. Le square est orné d’une statue réalisée en 1932 par les frères Jan et Joël Martel ; elle rend hommage au compositeur français Claude Debussy (1862-1918). Il comporte également « un cèdre pleureur, des marronniers, des cerisiers à fleurs et quelques rosiers ».
 
40 à 50 - Ambassade de Russie en France.
Le premier diplomate russe est envoyé en France sur oukase de l’empereur Pierre le Grand en 1717. Sous le Premier Empire, la représentation est installée dans l'hôtel Biron, près des Invalides. En 1818, le tsar Alexandre Ier fait de l'hôtel Thellusson (actuel 9e arrondissement) l'ambassade de Russie en France. Elle est ensuite située dans l'hôtel d'Estrées, au 79 rue de Grenelle, dans le 7e arrondissement ; elle a été transférée à son adresse actuelle en 1978, et l'hôtel d'Estrées est devenu la résidence de l'ambassadeur. Le nouveau bâtiment fut construit en 1974-1975 par George Vari (1923-2010), un ingénieur d'origine hongroise. Celui-ci avait pourtant fui son pays à la suite de la répression de l'Insurrection de Budapest vingt ans auparavant, cela ne l'empêcha pour autant d'édifier ce bâtiment dans le plus pur style brejnévien destiné à abriter la représentation diplomatique de l'Union soviétique en France. Le 26 décembre 1991, l'URSS est dissoute et la Russie deviendra par la suite la seule occupante de l'édifice, puisque les autres Républiques soviétiques devenues indépendantes ont préféré ouvrir leurs ambassades dans d'autres endroits de la capitale française
 
57 - Le général SS Obergruppenführer Carl Oberg residait sous l’Occupation.
59 - L’actrice Brigitte Bardot a habité ici.
60 – Stade de la Muette
67 - Dernier domicile de la chanteuse Édith Piaf qui y résida de 1953 à 1963 dans un appartement situé au rez-de-chaussée. Claude Léveillée, chanteur québécois, s'y est installée pendant deux ans à partir de juin 1959.
 
La statue d'Alexandre 1er de Yougoslavie Square Alexandre 1er de Yougoslavie
Un monument en bronze, à la gloire du roi Alexandre 1er de Yougoslavie (1888-1934), qui participa activement à la première guerre mondiale aux côtés des alliés, constitue l’élément principal de cette place plantée de tilleuls. Des pelouses habillées tout au long de l’année de fleurs (bisannuelles, estivales et chrysanthèmes) entoure le monument réalisé par Réal del Sarte en 1936. Le roi yougoslave y est représenté à cheval, aux côtés de son père, Pierre 1er de Serbie (1844-1921) et du maréchal Franchet d’Espérey (1856-1952).
 
La Porte de la Muette
L'origine du nom « Muette » est controversée. Il peut faire référence à la mue des cerfs ou à celle des faucons, ou bien désigner une meute de chiens dans une ancienne orthographe. La porte de la Muette est située à 500 m au nord de la porte de Passy et 900 m au sud de la porte Dauphine, à la jonction du boulevard Suchet et du boulevard Lannes au niveau de la place de Colombie dans le prolongement de l’avenue Henri-Martin.
 
Adresse
Boulevard Lannes
75016 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.866867
Longitude : 2.271828
 
Comment s'y rendre
Métro : Porte Dauphine (ligne 2)
RER : Avenue Foch (ligne C)
Bus : PC1 arrêt Porte de la Muette, arrêt Dufresnoy, arrêt Longchamp, arrêt Porte Dauphine, 63 arrêt Octave Feuillet
Tramway : -
 
Plan
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 16e et découvrir les environs.
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 16e arrondissement.
D’autres articles concernant Les boulevards peuvent vous intéresser.
 
 
Sources
Dictionnaire Historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2008/2017