LA PLACE EDOUARD RENARD
 
 
La Place Edouard Renard
 

La porte Dorée ou porte de Picpus est une porte située sur les boulevards extérieurs dans le quartier de Bel-Air du 12e arrondissement. Le secteur fut aménagé pour l’exposition coloniale de 1931.

Le palais de la Porte Dorée abritait le Musée des colonies, qui accueillait, jusque dans les années 1970, une collection ethnographique unique, ainsi qu’un bel aquarium. Le musée a fermé ses portes en janvier 2003 ; ses collections ont rejoint celles du musée du quai Branly. Le palais de la Porte Dorée abrite, depuis le10 octobre 2007, la Cité nationale de l'histoire de l'immigration. Une statue de bronze doré, d’une dizaine de mètres de hauteur, fut également construite. Elle représente la guerrière Athéna, avec une lance, dominant un bassin à plusieurs niveaux. Cette statue de Léon-Ernest Drivier représente « La France apportant la paix et la prospérité aux colonies ». Après l'exposition, la statue a été placée sur la place Édouard-Renard, qui comporte également une grande cascade réalisée par Louis Madeline. La porte Dorée représente également un accès à la foire du Trône, qui se déroule sur la pelouse de Reuilly durant les mois d’avril et mai.

Cette statue est décidément un témoignage désuet et ambigu de l’exposition coloniale internationale de 1931. L’œuvre, d’abord commandée à Antoine Bourdelle, devait à l’origine occuper le péristyle du Musée des colonies. La commande, finalement, échut à Léon Drivier, qui doit faire face à la ligue formée par Albert Laprade et Alfred Auguste Janniot, qui trouvent le projet trop grand. Janniot surtout ne l’aime pas -jalousie ou querelle d’école-. Il écrit à Laprade vers 1930 : «une fois de plus, on n’aura pas réussi à réaliser une statue représentant la France autrement qu’avec des attributs grecs (la statue est pourtant armée à la gauloise) qui n’ont rien à voir avec la France et lui donnent beaucoup plus l’aspect d’un gendarme qu’autre chose». La statue, réduite de moitié, sera disposée devant le perron durant l’exposition pour enfin trouver la place qu’elle a aujourd’hui après sa fermeture. Le jugement de Janniot est tout de même bien partial pour une œuvre, certes convenue, mais qui reste cependant bien représentative du style néoclassique. Drivier, ancien assistant de Rodin, appartint au début du siècle à «la bande à Schnegg». Ces jeunes sculpteurs, qui se réunissaient vers 1900 chez les frères Schnegg, confessaient tous un attachement à la figuration moderne. On y rencontrait, outre les frères Schnegg eux-mêmes, des artistes comme Bourdelle, Despiau, Wlérick, Pompon, Malfray, Dejean, Yvonne Serruys… S’il suscite aujourd’hui un regain d’intérêt, ce mouvement a été occulté pendant de nombreuses années par la sculpture cubiste ou abstraite. On peut cependant rattacher sa production, située sous les auspices de Rodin, à celle de Maillol ou de la période néoclassique de Picasso : formes synthétiques et alourdies, simplifications des volumes, tendance au monumental. Les artistes de «la bande à Schnegg» ont largement contribué à la sculpture des jardins du Trocadéro. On y retrouve Drivier (la joie de vivre), qui est aussi présent au Musée d’art moderne de la Ville de Paris (muse allongée).

 
Adresse 
Place Edouard-Renard
75012 PARIS

GPS 
Latitude : 48.835258
Longitude : 2.407416
 
Comment s'y rendre
Métro : Porte Dorée (ligne 8)
Bus : 46 arrêt Porte Dorée, 3a arrêt Porte Dorée
 
Plan

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 12ème arrondissement et découvrir les environs.

Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 12ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les Places peuvent vous intéresser.
 
Liens externes sur ce sujet
-
 
Source
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2013