Aide à la recherche / Quais

LES QUAIS

Les Quais de Paris

 

Cet article est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les quais sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : QUAIS

LE QUAI D'ORLEANS
 
 
Le Quai d'Orléans
En hommage à Gaston d’Orléans, le frère du roi Louis XIII. Il va du Pont de la Tournelle au Pont Saint-Louis. Il mesure 275 mètres. Il a été construit de 1614 à 1646. C’est le plus court des quais de l’île Saint-Louis.
2-4 – Constructions de 1640.

6 - On y trouve la Bibliothèque polonaise qui occupe, depuis 1853, un bel immeuble classé du XVIIème siècle qui appartient à la Société historique et littéraire polonaise. Créée en 1832 par des migrants issus de la brutale répression de l’occupant russe à une insurrection polonaise, celle-ci se fixa alors pour but « réunir en une entité et de diffuser les écrits et les documents portant sur l’histoire de la Pologne, son présent, son avenir, cela en vue d’entretenir et de consolider l’attachement mondial à la cause polonaise ». La bibliothèque possède aujourd’hui plus de 200.000 ouvrages et imprimés dont certaines pièces très rares comme des lettres personnelles de Frédéric Chopin, les procès-verbaux de la Diète polonaise du XVIIIème siècle, une édition très précieuse de la Carte des terres slaves de Ptolémée ou les trois éditions originales (Bâle, Nuremberg, Amsterdam) de De revolutionibus orbium coelestium de Copernic (1534). Dans une ambiance délicieusement romantique et intimiste, trois autres petits musées ont été installés. Au premier étage, dans un petit salon, des souvenirs personnels, portraits et gravures de Frédéric Chopin, ont été regroupés. Au second étage, le musée Adam-Mickiewicz, grand poète romantique polonais né en 1798 en Lituanie, occupe trois salles remplies de souvenirs personnels, de manuscrits de ses poèmes, de documents en relation avec son activité de publiciste et d’homme politique, ainsi que des portraits et des sculptures le représentant réalisés par des artistes de l’époque. La visite s’achève au dernier étage par le musée Boleslas-Biegas, qui présente sa vie et son œuvre ainsi que quelques tableaux et sculptures d’autres artistes polonais contemporains. Porte monument historique.

8 - Construction datant de 1645. A été habitée par le poète de La Ville de Mirmont, mort en 1914. La plaque dit: « Jean de la Ville de Mirmont né à Bordeaux le 20 décembre 1886. Mort au champ d’honneur le 28 novembre 1914. A vécu et écrit dans cette maison de 1911 à 1914. ». Le balcon est inscrit aux monuments historiques.

10 – Bâtiment de 1920.

12 – Construction de 1645. Remarquer le magnifique balcon galbé à doubles courbures et consoles de fer qui a été classé. Pierre Royer-Collard, alors âgé de 29 ans, habita ici en 1792. C’était un homme politique, professeur d’histoire de la philosophie à la Sorbonne, il fut sous la Restauration président de la Chambre des députés entre 1828 et 1830. Il entra à l’Académie française en 1827. Le physicien Henri Walferdin (1795-1880), qui inventa en particulier les thermomètres à minima et maxima, habita ici pendant les trente dernières années de sa vie. Façade décorée d'un bronze de Fraisse avec le premier vers de son sonnet à Marie Nodier "Mes heures perdues".

14 – Maison construite en 1865, sur l’emplacement des jardins de l’hôtel de Chenizot.

16 – En 1640, appartenait au receveur des finances Bigot, puis en 1733 à la veuve de Besson de Rosefort et en 1751 à Jean Bruant des Carrières, correcteur des comptes de 1727 à 1786. Le jeune cinéaste Roger Vadim (1928-2000) s'installa ici avec son ami Christian Marquand. Pendant un temps, l'acteur américain Marlon Brando, encore peu connu en France, fut hébergé par le duo. En 1949, Brigitte Bardot s'installa avec Roger Vadim.

18 – A appartenu en 1639 au trésorier de la gendarmerie Luce, puis en 1686 à Robert Cousinet, en 1741 à Elisabeth Bruant des Carrières, en 1752 à Pichon de Madières. Bâtiment surélevé par un groupe américain qui habitait l'immeuble en 1925. Porte commune avec le numéro 20.

20 – A appartenu en 1640 à Pierre Cordier, en 1662 à Jacques Rohault, en 1680 à l’écuyer du roi de Bourlon, en 1686 au marquis d’Arcelot, conseiller au Grand-Conseil, qui le loua. Ensuite, il appartint en 1724 à la comtesse d’Oisy, sa fille et en 1781 à sa petite-fille, la comtesse de Rosières. Balcon protégé. Porte commune avec le 18.

22 – Construction du second quart du 17ème. A appartenu en 1689, à Charles Léon Dorat.

24 – 1642. À cet emplacement se trouvait sous le Consulat et l’Empire le commissariat de police de l’Ile. Balcon protégé.

26 – De 1642. Souvenir de l’écrivain et journaliste Elimir Bourges (1852-1925) qui habita ici en 1883.

28 - L’immeuble a appartenu au trésorier aux guerres Arnault.

28, 30, 32 – De 1645. On peut admirer les belles ferronneries ainsi que la très belle vue sur le chevet de la cathédrale. Balcon du 28, ferronneries, porte commune inscrits à l’inventaire des Monuments historiques.

36 - A l’angle du quai et de la rue Boutarel « Le peintre et illustrateur André Dignimont a vécu dans cette maison de 1927 à sa mort le 4 février 1965. ».
Adresse
Quai d'Orléans
75004 PARIS
GPS
Latitude : 48.851889
Longitude : 2.353921
Comment s'y rendre
Métro : Pont-Marie (ligne 7)
Bus : 67 arrêt Pont-Marie ou Ile Saint-Louis
Plan
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 4e et découvrir les environs
Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 4e arrondissement.
Retrouvez d’autres articles concernant Les Quais.
Liens externes sur ce sujet
-
Source
Dictionnaire Historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2015