Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE SEGUIER

La rue Séguier


Cette rue, ouverte vers 1180, sur le clos de Laas, s’appelait en 1300, Pavée, au XVI°, Pavée d’Andouilles, peut-être par corruption du nom du prévôt Nantouillet, puis Pavée-Saint-André-des-Arts ou Pavée-Saint-André. Elle a reçu en 1864, le nom de la famille des magistrats parisiens Séguier (1588-1672). Elle va du Quai des Grands Augustins jusqu'à la rue Saint-André des Arts.

 

L'Hôtel Feydeau de Montholon 2 et 35, Quai des Grands Augustins – L’Hôtel Feydeau de Montholon. Résidence parisienne de François-de-Paule Feydeau (1676-1710), seigneur du Plessis-Saint-Antoine et de Trancault, baron de Bourdenay, conseiller au Parlement de Paris, et de son épouse Catherine-Gabrielle de Montholon. Le mathématicien Pierre-Simon de Laplace (1749-1827) y habita par la suite. Cet hôtel particulier abrita aussi la librairie Didot, dont l'enseigne était La Bible d'Or. Le monument fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 31 janvier 1969 pour la façade et la toiture sur la rue Séguier, et il fait également l'objet d'une inscription depuis cette même date pour ses façades et toitures sur cour.

3 – Emplacement d’un hôtel ayant appartenu jusqu’en 1476 aux évêques de Lodève, puis au XVI° à ceux de Rodez. Démoli puis reconstruit en 1590, il devint une hôtellerie appelée en 1617, Saint-François. L’hôtel fut acheté au milieu du XVII° par le président de la chambre des enquêtes Jérôme le Maistre de Bellejamme (1620-1669). Celui-ci devint également propriétaire des 9, 11 et 13. Hôtel reconstruit au XVIII°. Cour et escalier. Ici vécut l’architecte Ernest Bosc (1837-1908). Photo ci-contre à droite.Rue Séguier 3

6 – Vestiges de l’Hôtel Savoie-Nemours où habitat Jean Giraudoux (1882-1944). Cet hôtel du début du XIV°, avait appartenu au connétable Gaucher, à son fils, le comte Jean de Châtillon, à l’évêque d’Autun, Jean d’Arcy en 1337, puis aux évêques de Laon en 1352, en la personne de Hugues d’Arcy, neveu du précédent. L’Hôtel fut rebâti en 1406, et, fut vendu à partir de 1562, au duc de Savoie-Nemours. C’était un hôtel considérable formé de quatre grands corps de bâtiments entourant une cour carrée Cet hôtel fut loti en 1670 et la rue de Savoie ouverte peu après sur son emplacement. Il subsiste des vestiges au 6, rue Séguier et au 5-7, rue de Savoie.

8 – Ancienne demeure du poète écrivain et peintre belge Henri Michaux (1899-1984).

Rue Séguier 12

 

9, 11, 13 – Ces trois maisons dont le propriétaire est le même que celui du 3 furent vendue en 1700 à un maître-cordonnier qui y installa une maison de la communauté des frères cordonniers de Saint-Crépin, fondée en 1645.

10 – Ferronneries à monogr

Rue Séguier 15

amme. Façade inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

12 – Porte cloutée, ferronnerie. Photo ci-contre à gauche.

15 – Portail, cour. Photo ci-contre à droite.

16L’Hôtel Séguier

Cet hôtel, d’abord dit de Moussy, fut cédé à titre d’échange par le marquis de Rothelin, en 1695, à la veuve d’Henri d’Argouges, marquis de Rannes, gouverneur d’Alençon, qui le légua à la comtesse de La Palue-Bouligneux, dont hérita son cousin, marquis de la Housse, ambassadeur de France au Danemark. Il appartint en 1728 à Grossoles, marquis de Flammarens, grand chancelier de France, puis, en 1750 à Madame de Marigny, veuve du grand maître des eaux et forêts et, enfin, de 1803 à 1848, au président Jean-Mathieu de Séguier, magistrat habile et intègre qui y mourut en 1848, à l’âge de 80 ans. Hôtel remanié, cour, escalier. Remarquer, entre le 14 et le 16, une belle mansarde à poulie qui possède encore sa L'Hôtel Séguier poulie. Par ailleurs, la porte monumentale est flanquée latéralement de deux rateliers qui recevaient le foin destiné aux chevaux en attente. Ce bâtiment a été inscrit au titre des monuments historiques en 2010. Photo ci-contre à gauche.

17 – Maison natale et mortuaire du théologien Sainte-Beuve (1613-1677). Portail du XVIII°.

18 et 40, rue Saint-André des Arts – L’Hôtel d’Aguesseau

L’Hôtel d’Aguesseau actuel remplace celui qui a été ravagé, le 17 juin 1714, par un terrible incendie qui d

L'Hôtel d'Aguesseau

onna lieu à de grands procès par suite de la destruction de nombreux dossiers. Il avait remplacé un hôtel d’Eu (1300), d’Artois (1352), de Nevers (1472), de l’Etaile (1536) et appartenait à Henri d’Aguesseau (1635-1716), alors conseiller d’état, et était habité par son fils, Henri-François d’Aguesseau (1668-1751), procureur général du Parlement de Paris, un des hommes les plus distingués et les plus honorables du XVIII° siècle. Les portes et la cour de cet hôtel ont gardé leur caractère. La porte monumentale sur rue avec ses vantaux, la façade au fond de la cour sont classées. Albert Camus y habita dans la dernière partie de sa vie. Photo ci-contre à droite.

Adresse
Rue Séguier
75006 PARIS


GPS
Latitude : 48.854189
Longitude : 2.342148

 


Comment s'y rendre
Métro : Saint-Germain des Prés ou Saint-Michel (lignes 4 et B/C)
Bus : 24/27 arrêt Saint-Michel
o : Saint-Michel (lignes B, C, 4, 10)
Bus : 24/27/96 arrêt Saint-Michel

 

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 6ème et découvrir les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 6ème et découvrir les environs.

Liens  
Pour rechercher d'autres rues, aller à : Transports et Voirie / Rues
Pour rechercher d'autres articles dans le même arrondissement, cliquer ici : Paris 6ème arrondissement
Vous souhaitez rechercher d'autres Hôtels particuliers.

 

Liens externes sur ce sujet
-


Sources
Dictionnaire historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R. Desenclos 2014