Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE DU TEMPLE
 
La rue du Temple
 
 
 
Cette rue résulte de la fusion en 1851, sous le nom de l’une d’entre elles, de quatre rues :
 
  • Entre les rues de la Tixeranderie – absorbée par la rue de Rivoli et la rue de la Verrerie, une rue appelée en 1300, ruelle Gentien, nom propre, puis au XVème siècle, rue des Coquilles, dû aux coquilles qui ornaient la façade d’un hôtel.
  • Entre les rues de la Verrerie et Saint-Merri, la rue Barre-du-Bec.
  • Entre les rues Saint-Merri et Michel-le-Comte, la rue Sainte-Avoye, nommée primitivement Grande-rue-du-Temple ou du Temple. On l’a confondue avec la suivante jusqu’en 1515, mais son nom Saint-Avoye lui a ensuite été réservé.
  • Entre la rue Michel-le-Comte et le boulevard, une rue appelée, dès 1235, Vicus Militae Templi. En 1252, c’était la rue de la Chevalerie-du-Temple, puis en 1300, du Temple puisqu’elle conduisait à la Commanderie de ce nom.
Elle mesure 1135 mètres. Madame de Sévigné, alors veuve, habita la rue Sainte-Avoye de 1651 à 1669, date à laquelle elle alla rue de Thorigny.
10 – Vieilles maisons
12 – Mascarons
17 - Emplacement d'une entrée de l'hôtel de Du Guesclin à la fin du XIVe siècle (inscription).
18 – Vieille maison, cour, escalier.
20 – Ancien bureau de la Gabelle au XVIIème siècle. Entrée sous voûtes à solives, cour.
22 – Hôtel de Maisonfort puis du Canet du Guay, ayant appartenu, en 1718, au marquis de la Maisonfort, capitaine des vaisseaux du roi et, en 1752, à Canet du Guay, lieutenant général honoraire de la connétablie et maréchaussée de France. Mansardes, porte, cour, escalier.
24 – Tourelle de 1610, attenante à une maison, fort restaurée, où habitèrent, en 1620, le trésorier Le Boullenger, en 1635, Turpin, chirurgien de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, puis, en 1653, son fils Charles Turpin, remplacé, en 1685, par le maître chirurgien Jolly. Propriété, en 1689, du marchand de vin Rousseau, puis de la famille Patu.
25 – Bas relief classé, représentant des têtes d’angelots, à l'angle de la rue Saint-Merri.
41 – Auberge de l’Aigle d’Or (Café de la Gare). L'ancienne auberge de l’Aigle d’Or était au XIXe siècle une tête de ligne de diligences. Un escalier Louis XIII est encore visible dans le passage. Dans la belle cour aux façades classées, on trouve un café-théâtre, le Café de la Gare.
43 – Petit hôtel du XVIIIème siècle. Ferronneries, toit. Très ancien hôtel particulier du XVIe siècle aux façades classées. Mitoyen à l'ancienne auberge de l'Aige d'Or. Il possède un majestueux escalier avec ferronnerie Henri IV au sol pavé noir et blanc. On y trouve l'Association des Jeunes Chinois de France (école de langues).
57 – Au fond de la cour, Hôtel Maximilien Titon construit, vers 1665, pour Maximilien Titon, fournisseur d’armes aux arsenaux. Il resta dans sa famille jusqu’en 1789, année où l’arrière-petite-fille de Maximilien Titon vendit l’hôtel au notaire Arnaud, déjà locataire. La veuve de ce dernier le vendit, en 1816, à un négociant, Pépin Le Halleur, aussi locataire, qui devait devenir président du Tribunal de Commerce en 1840. Ici résidait en 1830 monsieur François Fortuné Guyot de Fère (1791-1866), un des fondateurs de la Société libre des beaux-arts de ParisL’hôtel resta dans la famille jusqu’en 1885.
60-62 69-71 - Emplacement de la porte du Temple de l'enceinte de Philippe Auguste au XIIIe siècle.
 
On entre dans le troisième arrondissement.
 
62 - Passage Sainte-Avoie. À l'emplacement de l'hôtel Neuf-de-Montmorency, le passage Sainte-Avoye fut ouvert en 182810 et en 1838 lors du percement de la rue Rambuteau, cet hôtel disparu complètement. Le connétable Anne de Montmorency y mourut en 1567. L'hôtel deviendra la propriété de Mesmes. En mai 1716, le banquier John Law y installe sa première banque.
66-68 - Vieilles maisons.
69 – La Maison des Ursulines de Saint-Avoye. Très ancienne maison.
70 - A l'angle de la rue de Braque, se trouve l’hôtel de Testars, situé à l’emplacement des anciennes Boucheries des Templiers.
72 - C'était ici une ancienne hostellerie dite de Sainte-Avoye et dont on peut encore voir l'enseigne au-dessus de la porte.
73-75 - Très anciennes maisons.
77 – Vieille maison habitée, en 1791, par Bouchotte. Fenêtre de l’entresol. Fronton demi-circulaire et écusson au second étage.
79 – L’Hôtel de Montmor. De la rue, on trouve l'hôtel de Montmor, (1623), propriété du trésorier Jean Habert de Montmor, dit « Montmor le Riche ». Son fils Henri Louis Habert de Montmor, ami de Madame de Sévigné, qui avait créé une ébauche d'Académie des sciences fréquentée par Descartes, Molière, Huygens, Roberval, et dont la très riche bibliothèque achetée par Colbert fait maintenant partie du fonds de la Bibliothèque nationale de France, habita dans ces lieux à partir de 1643. En 1751 il devint la propriété de Laurent Charron, fermier général. C'est lui qui lui donna son aspect actuel. Les façades sur rue et sur cour et le départ de l'escalier sont inscrits aux monuments historiques.
81 - Hôtel ancien.
84 – Mascarons.
86 – Maison à pignon où, sous Louis XV, un cabaret à l’enseigne de la Croix-Blanche, aurait été tenu par un nommé Lahire, un des descendants du Valet de Cœur, le vaillant compagnon de Jeanne-d’Arc.
88–90 – Vieilles maisons.
101 – 103 – L’Hôtel vieux de Montmorency, s’étendait jusqu’ici.
114 – Maison habitée, au XVIIIème siècle par le conseiller aux enquêtes François de Maissat, marquis de Léveville (1708-1765). Porte.
115 – Cet hôtel aurait été habité par Jean Bart, le célèbre corsaire du règne de Louis XIV.
122 – Maison habitée par Balzac de 1814 à 1819. Il avait alors de 15 à 19 ans. Il venait de quitter le 9 de la rue de Thorigny où il résidait avec ses parents.
157 – Cadran solaire dans la cour.
Entre le 178 et le 207 se trouve l'emplacement de l'ancienne porte du Temple de l'enceinte de Charles V. Cette porte était située au débouché de l'actuelle rue Meslay (anciennement « rue du Rempart » ) au niveau du 2 et du 207 de la rue du Temple.
 
Adresse
Rue du Temple
75003 PARIS
75004 PARIS

GPS
Latitude : 48.864045
Longitude : 2. 358881

Plan

Comment s'y rendre
Métro : Hôtel-de-Ville (lignes 1/11), Temple (ligne 3)
Bus : au début de la rue 67/69/76/96 arrêt Hôtel-de-Ville
A la hauteur de la rue Rambuteau 29 arrêt Archives-Rambuteau
A la hauteur de la rue des Haudriettes/Rue Michel le Comte 29 arrêt Archives-Haudriettes
A la hauteur du Square du Temple 20 arrêt Square du Temple
A la hauteur de la rue de Turbigo 20/75 arrêt Turbigo/République

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 3ème arrondissement et découvrir les environs
Naviguer sur la carte du 4ème arrondissement et découvrir les environs

Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 3ème arrondissement.
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 4ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les Rues peuvent vous intéresser.

Liens externes sur ce sujet
-

Sources
Dictionnaire Historique des rues de Paris
Photo R.Desenclos 2013