Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE MAZARINE
 
 La rue Mazarine
 
 
 
Cette rue provient du chemin de contrescarpe de l’enceinte de Philippe Auguste qu’il longeait depuis la porte de Nesle (au fond près de l’Institut) jusqu’à la porte Buci (Boulevard St Germain).
Il n’était du temps de Charles V qu’un sentier, bordé à l’ouest par le petit Pré-aux-Clercs, avec quelques jeux de paume en lisière, appelé chemin des Buttes, en raison des monticules formés à cet endroit par des débris de tuileries. La suppression du rempart et de son fossé permit de bâtir des maisons sur les deux côtés et de le transformer en une rue appelée des « Buttes », puis du « Fossé ». La fondation par Mazarin du Collège des Quatre-Nations (palais de l’Institut) lui fit donner, en 1687, son nom actuel. Le coude que fait cette rue et qui la met en communication avec la rue de Seine, est à l’emplacement du chemin qui contournait jadis le Séjour de Nesle. Ce chemin portait en 1540 le nom de « Traversine » et devint en 1636 la rue de Nesle. La rue Mazarine longe, le long de ses premiers numéros impairs, le palais de l’Institut. Elle a été amputée de ses premières maisons du côté pair lors de la formation du square Honoré Champion. Cette rue commence rue de Seine et se termine rue Dauphine. Elle mesure 414 mètres.
1 – Marque du niveau de la crue de 1910 au coin avec la rue de Seine.
3 – Ex-entrée du Collège des Quatre Nations, actuellement entrée secondaire de l’Institut où mourut en 1907, le chimiste Marcellin Berthelot, à 80 ans.
4bis – Demeure de l’historien et philosophe républicain Edgar Quinet, exclu du Collège de France par Guizot en 1846.
5 – Demeure de Marie Desmares, dite la Champmeslé, interprête célèbre des pièces de Jean Racine. Atelier du sculpteur Henri Lagriffoul.
10-14 – Jeu de Paume des Métayers où Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière y crée l’Illustre Théâtre en 1643. La première représentation de la troupe eut lieu le 1er janvier 1644.
12 – Atelier du peintre Joseph Vernet.
16 – Le Bureau des Longitudes.
5-17 et 19-23 – Maisons en partie construites sur des terrains expropriés mais non utilisés lors de la construction du Collège des Quatre Nations. Les 7, 9, 11 ont des façades et toitures inscrites ainsi que les vantaux du 7.
18 – Maison du 17e siècle, habitée au 18e par une actrice de la Comédie Française.
19 – Porte aux vantaux inscrits. Demeure du poète Robert Desnos, résistant déporté en 1944, mort du typhus au camp de Terezín en 1945. Le rez-de-chaussée fut longtemps occupé par le café Le Rubens, dans l'arrière-salle duquel travaillait et recevait l'écrivain Antoine Blondin.
20 - Demeure du député girondin Charles Barbaroux leader du bataillon des Marseillais. Il « inspira » Charlotte Corday et fut guillotiné à Bordeaux. En 1885, le peintre marseillais Raymond Allègre (1857-1933), demeurait à cette adresse.
22-26 – Vieilles maisons, mansarde à poulies au 22.
27 - Vestiges de l’enceinte de Philippe Auguste dans un parking souterrain. Accès au passage Dauphine.
28 – Demeure de Jean-François Champollion qui déchiffra les hiéroglyphes à partir de la pierre de Rosette en 1822. Demeure également du peintre Horace Vernet. Porte, cour.
30 – Hôtel des Pompes - Où se tenait l'état-major de la Compagnie des Gardes-pompes du Roy, précurseur du corps des pompiers de Paris, fondée en 1722 par Louis XIV, sous la direction de François Dumouriez du Perrier, « premier pompier professionnel de France ».
34 - Premier restaurant coopératif des Marmites, association créée par Nathalie Lemel et Eugène Varlin à la fin du Second Empire.
35 - Tour habitée de l’enceinte de Philippe Auguste. À cette adresse est née la couturière Jeanne Lanvin, le 1er janvier 1867, au domicile de ses parents.
36 - Demeure de Pierre-Joseph Proudhon dans une chambre d'étudiant. Longues discussions avec Karl Marx en 1844.
33-36-38-40 – Vieilles maisons, mansarde au 33.
43-45-47-48-49-50 – Vieilles maisons. Une fenêtre par étage aux 47 et 49.
46 - Annexe de l'École des beaux-arts où étaient imprimées les affiches de Mai 68.
51 – Bel immeuble du 18e. Façades inscrites.
54-56-64-66-70-72-78 – Vieilles maisons.
54 - Hôtel où résida en 1867 Antoine de Tounens, éphémère roi d'Araucanie et de Patagonie. Dans la cour se trouvent des maisons à pans de bois.
60 - Demeure du peintre Édouard Manet et entrée historique de la librairie Gründ.
70 - Autre adresse de Proudhon, théoriciens de l’anarchie ; auteur de la Théorie de la propriété. Il travaillait non loin, quai des Grands-Augustins, comme prote dans l'imprimerie de l'éditeur Gauthier et fréquentait assidument la bibliothèque Mazarine.
 
Adresse
Rue Mazarine
75006 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.
Longitude : 2.
 
Comment s'y rendre
Métro : Odéon (lignes 4, 10)
Bus : 24/27 arrêt Pont des Arts-Quai de Conti, 58/70 arrêt Mazarine,
 
Plan
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives
Naviguer sur la carte Paris 6e arrondissement et découvrir les environs.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles portant sur le 6e arrondissement.
Retrouvez d’autres articles portant sur Les Rues.
 
Liens externes sur ce sujet
-
 
Sources
Dictionnaire historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2012