Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE DE L'ARBRE SEC
 
 
 
 
La rue de l'Arbre Sec
Cette rue du premier arrondissement va de la rue des Prêtres de Saint-Germain l’Auxerrois à la rue Saint-Honoré. Elle mesure 270 mètres. Elle est coupée en deux par la rue de Rivoli.
 
 
Plusieurs hypothèses sont faites quant à l'origine du nom de la rue:
  • ce nom proviendrait de l’enseigne d’un commerce qui s’y trouvait, enseigne représentant un arbre dépourvu de feuilles.
       
  • le surnom d'Arbre sec aurait été donné au gibet qui servait à pendre les condamnés et qui se trouvait à l'extrémité nord de la rue, sur l'ancienne place de la Croix-du-Trahoir, à l'angle de la rue Saint-Honoré.
       
  • rue de l'Arbre-Sec serait la déformation de « rue de l'Arbre-Sel » comme aurait été dénommée la rue au XIIIe siècle en référence à un chêne situé dans cette rue qui, un matin d'hiver, se trouva couvert de givre, donnant l'impression qu'il était couvert de sel.
La rue de l'Arbre-Sec, attestée au XIIIe siècle, se trouvait pour sa partie méridionale à l'intérieur de la première enceinte médiévale de Paris construite au Xe siècle, dont les restes comblés du fossé ont été retrouvés au croisement de la rue avec celle de Rivoli lors de fouilles en 2009.
Le chevet de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois offre sur la rue de l'Arbre-Sec une curiosité : le pourtour de la chapelle centrale est décoré d'une frise constituée de tronçons de carpes (têtes, corps et queues). Cette chapelle, financée par un riche drapier du nom de Tronson, date de 1505.
 
2-22 – Anciennement « La Samaritaine ».
4 - A cet endroit se trouvait l'Hôtel des Mousquetaires, où le célèbre d'Artagnan aurait habité un temps.
11 - Demeure de Friedrich Engels venu retrouver Marx à Paris, entre 1844 et 1846.
21 - Façade sur rue.
23 – Le Musée en herbe.
26 – De 1750 environ.
28 - Ferronneries, deux étages de lucarnes.
30 - Lucarnes, ferronneries, porte intérieur et escalier.
32 - de 1750 environ.
34 - Ferronneries, escalier du XVIIIe.
35/37 - Maisons de style Louis XV datant du XVIIIè. Façade du rue et sur la rue Bailleul.
 
Les façades de ces deux maisons, remaniées au 18ème siècle, présentent des refends aux niveaux inférieurs et des garde-corps en ferronnerie de style Louis XV. Le rez-de-chaussée est malheureusement défiguré par des boutiques.
 
39 - Durant la Terreur, Eugène de Beauharnais (Paris, le 3 septembre 1781 – Munich, le 21 février 1824), fils adoptif de Napoléon, se cacha ici se faisant passer pour un apprenti menuisier.
44 – De 1760, ancien cabaret.

48 – L’Hôtel de Saint-Roman
Cette maison fut élevée à la fin du XVIIème siècle. Le centre de la façade est souligné par un bel avant-corps couronné d’un fronton, lui-même orné d’une coquille. Elle a appartenu, en 1645, au notaire Chapelain, puis de 1647 à 1675 à sa veuve, et enfin jusqu’en 1727, à sa famille. On cite ensuite des Saint-Roman, l’un deux fut page de Charles X, un autre, pair de France.
 
52 – L’Hôtel de Trudon ou d’Eynaud
Pierre-François Godot est l’architecte de cette maison bâtie au début du XVIIIème siècle pour François de Trudon. Sa façade comporte un beau balcon sur toute la longueur du premier étage. Des coquilles ornent les mascarons des fenêtres des premier et deuxième étages. Dans la cour curieuse de l’hôtel se trouve la librairie Galcante. Façade inscrite à l'inventaire des monuments historiques, ferronneries, porte.
 
54 – Ici fut installée depuis 1643 une fabrique de cierges qui fut, en son temps, l’une des boutiques les plus anciennes de Paris.
56/58/64 – Vieilles maisons.
60 - Demeure d'Honoré Daumier en 1832, au moment qu'il est condamné à six mois de prison à cause de sa caricature de Louis-Philippe représenté en Gargantua.
62 – Appartint en 1673 au conseiller au Parlement François de Creil, qui mourut l’an suivant, puis à sa fille, Catherine, qui avait épousé le président de la Cour des Monnaies, Jean-Baptiste Amelot.
 
Au coin avec la rue Bailleul : Gravures aux symboles monarchiques ayant échappé à la Révolution.
Au carrefour rue de l'Arbre-Sec et rue Saint-Honoré se trouve la fontaine de la Croix du Trahoir qui date du XVIIe siècle. La Croix du Trahoir, érigée sur la même place, a quelque célébrité dans les annales des exécutions judiciaires. C'est là qu'étaient mis à mort les condamnés de la juridiction de Saint-Germain-l'Auxerrois.
 
Adresse
Rue de l’Arbre Sec
75001 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.460144
Longitude : 2.342212
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Louvre-Rivoli (ligne 1)
Bus : 21/67/74/75/76/85 arrêt Louvre-Rivoli
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 1er arrondissement et découvrir les environs.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 1er arrondissement.
D’autres articles concernant Les Rues peuvent vous intéresser.
 
Liens externes sur ce sujet
-
 
Sources
Wikipedia
Divers Internet
Photo R.Desenclos 2012