Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE CHARLEMAGNE
 
 
La rue Charlemagne
 
 
 
Cette voie existait vers le milieu du XIVe siècle. À l'origine, elle était comprise dans la rue de Jouy.
 
 
Elle a ensuite changé de nom. Elle s'est appelée rue de l'Abbé-de-Jouy, rue de la Fausse-Poterne, rue de la Fausse-Poterne-Saint-Paul puis plus tard, rue de l'Archet-Saint-Paul et rue des Prêtres-Saint-Paul. Le nom actuel vient du lycée Charlemagne qui est au 14. Elle mesure 236 mètres. Elle commence rue Saint-Paul et se termine rue de Fourcy. En 1957, Georges Perec partagea au 16, deuxième étage, un appartement avec quelques amis (Raoul Levy, Isidore Bernhart, Marc Semtov): plusieurs passages de son roman La vie mode d'emploi sont inspirés de cette époque.
 
Parcourons la rue :
 
4-6 – La rue Eginhard à droite.
La rue Eginhard est une petite voie piétonne à l’aspect médiéval, comportant un puits en cul-de sac, des jardins et de beaux bâtiments en pierre. Près du puits, on y remarque une vieille imposte en fer forgé aux initiales S A (Sainte-Anastase), les Hospitalières de Sainte-Anastase ayant été propriétaires des maisons du côté pair de cette rue ainsi que des premières maisons de numéro impair de la rue Charlemagne. Eginhard  ou  Einhard, né vers  775 et mort le 14 mars 840, est un écrivain du ixe siècle connu pour avoir été le biographe de Charlemagne. Il est l'auteur d'une Vie de Charlemagne en latin. Eginhard est un grand nom de la renaissance carolingienne. Après la mort de Charlemagne, il reste à la cour de son fils, l'empereur Louis le Pieux, et s'occupe de l'éducation de Lothaire, son fils aîné. En récompense, Louis le Pieux lui confie plusieurs abbatiats laïcs, dont celui de l'abbaye de Saint-Wandrille (Fontenelle) de 816 à 823 et celui de Saint-Bavon de Gand. La rue donne sur la rue Saint-Paul et en retour d’équerre, sur le rue Charlemagne. Elle mesure 39 mètres. Elle se nommait ruelle neuve Saint-Paul au XIIIème siècle, puis rue Neuve-Sainte-Anastase à partir du XVIIème siècle. Elle a reçu son dernier nom en 1864.
 
7 – Passage menant au Village Saint-Paul.
Le Village Saint-Paul, se situe dans un lieu chargé d'histoire en plein cœur du quartier du Marais. On y trouve un ensemble de galeries, de restaurateurs, d'antiquaires, d'artisans et de créateurs en tous genres. Il y a des antiquités et des décorations XVIIIème - XIXème, des objets d'art de la table 1800/1950, de l'argenterie XIXème, des bijoux anciens, des cartes postales anciennes, du linge brodé, du mobilier Art Déco 1900/30, des poupées XIXème, du mobilier tous styles. Structuré autour de cours intérieures, son périmètre est défini par les rues St-Paul, Ave Maria, Charlemagne et les Jardins St-Paul. Tout autour du Village Saint-Paul se trouvent les Hôtels de Sully, Sens, Aumont et de La Marquise de Brinvilliers. Au VIIe siècle, en 630, Saint-Eloi Ministre et Grand Argentier de Dagobert 1er fonde un monastère de femmes dédié à Saint-Martial dans l'Ile de la Cité. Trois Cents moniales y résident en permanence. En 635 il construit à la limite des marécages sur la rive droite une basilique dédiée à Saint-Paul-de-Thébaïde. Cet édifice sera à l'origine du Village Saint-Paul des Champs. Après la construction des remparts Philippe Auguste (1190-1209), le Village Saint-Paul sera nommé hors les murs. Choisi par Charles V comme lieu de résidence en 1360, le Village Saint-Paul deviendra la paroisse des Rois de France de 1361-1559.
 
9 – Les Jardins Saint-Paul.
 
9-15 – L’enceinte Philippe Auguste
Une partie des bâtiments de l’annexe du lycée Charlemagne est adossée à des vestiges de l’enceinte Philippe Auguste, construite dans les années 1190. Ces vestiges comprennent les ruines de deux tours reliées par une partie du mur d’enceinte - haut d’une dizaine de mètres et dont l’épaisseur à la base est d’environ trois mètres – qui protégeait Paris. L'un des trottoirs de la rue des Jardins-Saint-Paul est bordé d'immeubles anciens du quartier des antiquaires du « Village Saint-Paul ». De l'autre côté, un terrain vague transformé en espace sportif est défendu sur toute sa longueur par un gros mur flanqué de deux tours. Il s'agit du plus grand vestige de l'enceinte de Philippe Auguste, commencée il y a plus de huit siècles, en 1190. Entre les pierres des parements fut coulé un mélange de sable et de moellons qui rendit la construction particulièrement résistante. La bonne conservation de nombreux éléments de cette enceinte s'explique : la rapide poussée urbaine digéra plus qu'elle ne détruisit ces fortifications, s'en servant souvent comme points d'appuis solides. Plusieurs pans de la muraille furent ainsi dissimulés au fond d'une cour ou d'un atelier. Le fragment de la rue des Jardins-Saint-Paul, long de 70 mètres est le plus impressionnant. Pour avoir une juste idée de l'ensemble tel qu'il se présentait au Moyen Âge, il faut l'imaginer un peu plus haut qu'aujourd'hui et crénelé. Au fond, rue Charlemagne, la tour Montgomery.
 
12 – La Fontaine Charlemagne. Passage rejoignant l’Eglise Saint-Paul.
La construction de la fontaine sur la rue des Prêtres Saint-Paul (actuelle rue Charlemagne) fut approuvée par l'arrêté préfectoral du mois d'août 1840 pour être située contre un mur de presbytère de l'ancien Église Saint-Paul. La fontaine est construite en 1840, sous la monarchie de juillet au chevet de l'église Saint-Paul-Saint-Louis et avoisinant le Lycée Charlemagne. Sur le fronton de la fontaine figurent les armes de Paris et l'inscription ANNEE avec des chiffres romaines M.DCCC.XL qui mentionnent la date de la création de la fontaine, 1840. La fontaine est en forme d'une niche voutée, ornée de motifs en relief des plantes et des animaux aquatiques. La vasque en fonte est portée par des dauphins et décorée d'une statue d'enfant souriant, les bras levés, portant une coquille. L'eau se déverse de la coquille dans le bassin par les minces filets pour rejaillir dans la gueule des poissons sous la vasque.
 
13 – Collège Charlemagne.
 
14/16 – Lycée Charlemagne.
Maître d’ouvrage : l’ordre des Jésuites pour loger leur maison professe
Architectes : le père Derrand aidé du père Turmel, 1627-1647.
Depuis 1804, le lycée Charlemagne occupe une partie des bâtiments de l’ancienne maison professe des Jésuites, ensemble auquel appartenait l’église Saint-Paul Saint-Louis. Le grand lycée Charlemagne est quant à lui situé du 10 au 16. Il a été aménagé en 1804 dans l’ex-maison professe des Jésuites. Une partie des bâtiments du lycée est adossée aux ruines de l’enceinte de Philippe Auguste dont on peut voir ici les vestiges de la tour Montgomery. Il serait vain de citer le nom de plus de 80 000 élèves ayant usé les bancs du lycée. Ne citons que quelques noms fameux : Gérard de Nerval, Léon Blum, Jules Renard, Gustave Doré, Théophile Gauthier… et Honoré de Balzac qui a fait au lycée l'honneur d'y être un élève médiocre.
 
16 – Passage Charlemagne.
 
18/20 – La rue du Prévôt.
Cette rue s’est appelée, du XIIIème siècle jusqu’en 1877, Percée, car elle fut percée entre la rue Saint-Antoine, grande artère de tous les temps, et la rue qui lui était parallèle au sud, la rue des Poules-Saint-Paul, aujourd’hui rue Charlemagne. Elle a reçu son nom actuel en rapport avec Hugues Aubriot, le célèbre prévôt de Paris sous Charles V, qui fit construire la Bastille, dont la première pierre fut posée le 22 avril 1370. Lorsque Charles V installa sa résidence à l’hôtel Saint-Pol, Hugues Aubriot aménagea ici, par ordre du roi et avec ses libéralités, un logis du XIIIème siècle assez important, appelé Hôtel des Marmousets, du nom des figurines qui l’ornementaient. Le roi, à l’hôtel Saint-Pol, était donc protégé, d’un côté par la Bastille, de l’autre par le domicile du prévôt de Paris. En 1397, l’hôtel devint propriété du duc Louis d’Orléans, frère du roi. L’hôtel pri alors le nom de Porc-Epic, cet animal figurant sur le blason du duc d’Orléans. Toutes les maisons de la rue sont anciennes sauf une. Il ne lui manque que son caniveau central et ses bornes pour la reconstituer telle qu’elle était au début du XVIIème siècle (portes basses, cintrées, cloutées, fenêtres à barreaux de fer..).
 
22 – L’Hôtel Lecamus a été construit en 1889.
 
Adresse
Rue Charlemagne
75004 PARIS
 
GPS  
Latitude : 48.854179
Longitude : 2.360547
 
Comment s'y rendre
Métro : Saint-Paul (ligne 1)
Bus : 69/76 arrêt Birague
 
Plan
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 4ème et découvrir les environs.
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 4ème arrondissement.
Vous pouvez accéder à d’autres articles concernant Les Rues qui peuvent vous intéresser.
 
Liens externes sur ce sujet
-
 
Sources
Dictionnaire historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R. Desenclos 2009