Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE DANIELE CASANOVA

La rue Daniel Casanova


La rue Danielle-Casanova est orientée globalement est-ouest et forme une partie de la limite entre les 1er et 2e arrondissements de Paris. Elle débute à l'est au niveau du 31, avenue de l'Opéra et se termine 230 m à l'ouest à l'intersection de la place Vendôme et de la rue de la Paix. Elle est prolongée à l'ouest par la rue des Capucines et à l'est par la rue des Petits-Champs.


Sur son côté nord, la voie reçoit la rue Louis-le-Grand entre les nos 16 et 18 et la rue d'Antin entre les nos 12 et 14. Cette dernière est poursuivie du côté sud, entre les nos 15 et 17, par la rue du Marché-Saint-Honoré.

15 - Hôtel de Coigny du premier quart du 19ème siècle. Le balcon et la porte sont inscrits aux monuments historiques en 1925.

19 - L'immeuble, bâti au début du 18e siècle, est probablement l'œuvre de Jules Hardouin-Mansart. Il comprend des boutiques au rez-de-chaussée, une porte cochère surmontée d'un balcon et une façade sobre. Un escalier de style Empire mène au premier étage comportant de très belles pièces avec lustres, frises, corniches ornées et illustrées, trumeaux de glace Régence et niche d'angle néo-classique. Partiellement inscrit aux monuments historiques en 1994.

18 - L'immeuble du 18, rue Danielle-Casanova conserve son ancienne numérotation, avant la création de la voie : 74, rue des Petits-Champs.

21 - Immeuble construit par Jacques Mazière, partiellement inscrit aux monuments historiques en 1998.

Au moment de la création de la place Louis-le-Grand, des terrains adjacents furent proposés à des officiers de la finance, mais aussi à des architectes spéculateurs des Bâtiments du Roi, la gestion des transactions ayant été cédée par le Roi aux échevins de Paris. C'est le cas de la partie sud de la rue Neuve-des-Petits-Champs qui intéresse ce dossier (actuelle rue Danielle Casanova, côté impair). Les terrains furent proposés à la vente autour de 1699 ; ils furent acquis par des propriétaires bâtisseurs entre 1702 et 1707. En effet, ces terrains furent rarement bâtis par les premiers acquéreurs. Les difficultés économiques du pays avaient rendu difficiles les opérations immobilières. Jules Hardouin Mansart quant à lui, s'était arrangé pour se faire offrir par le Roi un certain nombre de terrains, avant 1699, dont ceux correspondant aux n°s 17 à 27 de la rue Danielle Casanova. Décédé en 1708, c'est sa veuve qui continua la vente qu'il en avait entreprise. Les constructions s'échelonnèrent entre 1703 environ et 1715. Plusieurs immeubles furent bâtis par paire comme les 97 et 99 (29 et 31 rue Danielle Casanova) ou encore les 93 et 95 (25 et 27 rue Danielle Casanova). Des noms d'architectes sont connus ; ainsi Jacques Mazière pour le 89 (21, rue Danielle Casanova) et Germain Boffrand pour le 101 (33, rue Danielle Casanova). L'ensemble de ces immeubles fit l'objet d'acquisition ou de rachat par adjudication entre 1837 et 1842, ce qui correspond parfaitement à la datation des aménagements visibles aujourd'hui dans les parties communes et sur les façades arrière, bien typiques de la période Louis-Philippe. Ces immeubles étaient d'abord des logements de fonction, destinés aux " fonctionnaires " royaux. Le plus souvent double en profondeur, ils ont une aile en retour, faisant pendant parfois à celle de l'immeuble adjacent contemporain, et comprenant l'escalier, autour d'une cour commune avec un puits commun également. Le rez-de-chaussée est consacré aux écuries, nombreuses, l'entresol, aux logements des domestiques, tandis que l'étage possède de larges salons et antichambres lambrissés. Les escaliers, pour la plupart retouchés au début du 19e siècle, ont conservé bien souvent leur rampe. Le vestibule et le passage cocher témoignent des aménagements de la première moitié du 19e siècle. Les façades sur rue ont conservé leur élévation et leur traitement du 18e siècle tandis que les façades sur cour ont évolué au fil des réaménagements de la cour et des bâtiments donnant sur le passage Gomboust.

23 (et 2, impasse Gomboust) - Immeuble partiellement inscrit aux monuments historiques en 1994. A la fin du 17e siècle, au moment de la création de la place Louis-le-Grand, les terrains adjacents furent proposés à la vente ; ces ventes se prolongèrent au début du 18e siècle. Les constructions s'échelonnèrent entre 1703 et 1715, souvent par paires d'immeubles comme le 29 et le 31, rue Danielle-Casanova. L'ensemble de ces immeubles - d'intérêt d'ordre urbanistique et sociologique - fit l'objet d'acquisition ou de rachat par adjudication entre 1837 et 1842, ce qui correspond parfaitement à la datation des aménagements visibles dans les parties communes (vestibule, passage cocher, ...) et sur les façades arrière. Ces immeubles étaient d'abord des logements de fonction, destinés aux fonctionnaires royaux. Le plus souvent double en profondeur, ils ont une aile en retour, faisant pendant parfois à celle de l'immeuble adjacent, et comprenant l'escalier, autour d'une cour commune avec un puits commun également. Le rez-de-chaussée est réservé aux écuries ; l'entresol aux logements des domestiques ; l'étage possède de larges salons et antichambres lambrissés. Les façades sur rue ont conservé leur élévation et leur traitement du 18e siècle.

25 et 27 - Immeubles partiellement inscrits aux monuments historiques en 1994. Le rez-de-chaussée du 25 hébergeait une ancienne crèmerie dont la devanture et le décor intérieur, datant des années 1930, sont inscrits en 1984. Terrains proposés à la vente autour de 1699 et construits entre 1703 et 1715. Plusieurs immeubles furent bâtis par paire, comme les numéros 29 et 31, ou 25 et 27, rue Danielle-Casanova. L'ensemble de ces immeubles fit l'objet d'acquisition ou de rachat par adjudication entre 1837 et 1842 (quelques remaniements et aménagements, surtout pour les parties communes : vestibule, passage cocher, escalier...).

29 - Immeuble construit en 1715, partiellement inscrit aux monuments historiques en 1998.

31 – Ecole des Arts joailliers

33 - Immeuble construit par Germain Boffrand.

37 et 28, à l'angle avec la Place Vendôme : Hôtel Gaillard de la Bouëxière, partiellement inscrit aux monuments historiques en 1994.

Adresse
Rue Danièle Casanova
Paris 1er

Comment s’y rendre
Métro : Pyramides (ligne 7, 14)
Bus : 21/27/68 arrêt Pyramides,

Plan



Liens
Retrouvez d’autres articles concernant le 1er arrondissement.
Retrouvez d'autres articles concernant le 2ème arrondissement.
D’autres articles portant sur Les Rues peuvent vous intéresser.

Liens externes
-

Sources
Divers Internet – Wikipedia
Photo Wikipedia